Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Luc Ardellier : "Partir d’une feuille blanche…"

Partir d’une feuille blanche et créer, ex nihilo, le projet, voilà le moteur de Luc Ardellier, qui dirige depuis 2010 OREKA SUD, une start-up spécialisée dans l’édition de logiciels de simulation 3D et d’ingénierie dans le domaine du nucléaire.

RÉVÉLATION

A 45 ans, l’ingénieur a fait ses premières armes chez Areva comme ingénieur d’études puis chef de projet. Puis il intègre le groupe Suez où il crée une filiale qui comptera jusqu’à 50 collaborateurs. Et puis ras-le-bol des grands groupes ! Luc continue son parcours dans deux PME, où il sera responsable de business unit. Et puis vint Copernic…

Oui, Copernic. Pas l’astronome, mais le parcours de professionnalisation du CJD qui porte son nom. En 2010, alors que Luc participe au module préparatoire de ce programme, c’est la révélation. "Au tour de table, j’ai mesuré à quel point les patrons de petites boîtes semblaient s’éclater. J’ai pu mesurer leur décalage avec moi, qui n’avais pas la main sur la stratégie de l’entreprise dans laquelle je travaillais. Ça a été le déclic".  Après s’être assuré du soutien familial, Luc crée sa propre structure, à Bagnols-sur-Cèze (Gard), non loin du site nucléaire de Marcoule. Le parcours Copernic vient structurer sa démarche. "Je mettais en œuvre dans l’entreprise l’apport des différents modules. Le module "complexité"  m’a permis de mieux déterminer le projet de l’entreprise ; les modules "diversité" et "compétences" de mieux comprendre les interactions avec mon associé. Pour le dernier module "vision", je rencontrais des investisseurs. Le déroulé de la formation coïncidait parfaitement avec l’état de mes questionnements".



MODELISATION

L’idée de Luc est de développer un logiciel innovant qui permettrait de simuler les projets de démantèlement de centrales nucléaires. Cette idée est aujourd’hui bien concrète. Elle porte un nom : DEMPlus. "La vision, je l’avais. Il me restait à définir le chemin pour la concrétiser". Soutenu par la région Languedoc-Roussillon et par une pépinière, OREKA SUD met au point son premier prototype. "Notre produit est le premier à simuler les projets de démantèlement". Innovant ? "Sur une même plateforme, nous proposons une vision globale du projet sur tous ses aspects, économique comme environnemental".

L’outil, intuitif et à forte valeur métier, est à utiliser dès la conception du site afin d’intégrer dès le départ départ tous ses cycles de vie. Il modélise un projet de démantèlement nucléaire, mais a vocation à se déployer vers d’autres secteurs. Aujourd’hui, OREKA SUD, c’est douze salariés, six experts du démantèlement, six de l’informatique. L’entreprise vient de lever 800 000 euros de fonds. La presse se fait l’écho du potentiel de développement de l’entreprise, que ce soit La Tribune ou encore Le Parisien.



INSPIRATION

Luc avoue que l’idée de ce logiciel a été inspirée par le CJD qui, depuis une douzaine d’année, promeut la performance globale de l’entreprise. C’est aussi quasiment l’ancienneté de Luc au sein du mouvement, lui qui a été président de région PACA et adhérent successivement des sections d’Aix-en-Provence, d’Avignon, de Nîmes et maintenant de Montpellier. Luc occupe des responsabilités nationales au CJD en tant que délégué national à l’écoconception. Logique ?

Au CJD, l’objectif de Luc est de objectif la performance globale 2.0 au travers de la commission "fly". Cette commission permet à chaque adhérent du CJD d’optimiser le cycle de vie de leurs produits ou services. "Là aussi, nous partons d’une feuille blanche", avoue-t-il. C’est d’ailleurs ce qu’il aime faire. Son expérience d’entrepreneur inspirera et nourrira ce projet du CJD. "Le CJD est une école de la vie : je n’en serai pas là sans la formation Copernic. Ça m’a permis de faire des choses que je ne pensais pas possible". Celui à qui le CJD a tant apporté redonne aujourd’hui au mouvement de son expertise, de son énergie, de son envie. C’est ça le CJD ! Merci Luc.

Lionel Meneghin
Le 7-04-2014
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz