Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Croire de nouveau en l’Europe

Pascal Lamy
Le tableau européen n’est pas brillant sur le plan politique. Le soutien à l’intégration européenne ne cesse de s’affaisser. Au congrès de Lille, Pascal Lamy, ancien directeur général de l’OMC, énumère les carences de l’idée européenne.

Ces déficits sont au nombre de trois.


Déficit d’appartenance d’abord : les Européens ne savent plus pourquoi ils sont ensemble et ce qu’ils peuvent mieux faire ensemble.


Déficit de croissance ensuite : avec une croissance moyenne de 1,5 %, les pays européens font pâle figure face aux États-Unis d’Amérique (3 % en moyenne) et les pays émergents. La croissance des pays européens est désespérément faible… alors même qu’ils sont les champions en matière de redistribution de la richesse. Ce n’est pas sans poser problème…


Déficit de gouvernance enfin :à force de compromis, on a construit quelque chose de véritablement illisible. Qui décide de quoi ? Quelle légitimité pour le pouvoir qui s’exerce ?


Pour Pascal Lamy, rien n’est fatal : chaque déficit peut être comblé.


Concernant l’appartenance, il faut construire un nouveau narratif. Les générations actuelles ne se retrouvent plus dans le discours européen qui s’ancre dans la Seconde Guerre mondiale et dans la volonté partagée qu’un tel épisode tragique ne doit plus se reproduire. Être européen, c’est se retrouver autour d’un modèle très particulier du vivre-ensemble, empreint de liberté et de solidarité.


Concernant la croissance, il faut gagner en productivité et combler le déclin démographique par le recours à l’immigration. De même, malgré notre marché intérieur hors du commun, il faut s’ouvrir aux marchés extérieurs.


Concernant la gouvernance, la commission européenne doit jouer son rôle de pilotage politique et elle ne doit pas être réduite à un secrétariat technique et bureaucratique.


Pour Pascal, toutes ces évolutions n’ont rien d’impossible. C’est une simple affaire de conviction. Mais aussi de confiance et d’audace.

La Rédaction
Le 7-07-2014
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz