Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Camif : préférer le made in France

Emery Jacquillat
A sa sortie de HEC en 1995, Emery Jacquillat crée sa société, Matelsom. Son business : la vente de matelas par téléphone. Avouons qu’il n’est pas courant pour un diplômé de la prestigieuse business school de monter sa boîte, qui plus est dans ce secteur d’activité… Alors qu’il souhaite se développer en investissant ce media qu’est le minitel, il choisit plutôt de s’orienter vers une technologie qui en est alors à ses balbutiements : l’Internet. Emery Jacquillat bénéficie de l’effet pionnier : son site devient rapidement le premier site mondial de vente de literie en ligne. En 2003, il rachète le site meuble.com.

Et puis vient la crise de 2008… et la chute d’une entreprise "culte", la CAMIF, créée en 1947 par des instituteurs. Une marque forte qui bénéficie de l’attachement des sociétaires. Emery Jacquillat décide de lui redonner une nouvelle vie. Une vie nouvelle, mais une vie différente. Différente, car sans boutiques physiques, les achats s’effectuant en ligne. Différente, car réunissant des produits de fabrication française, respectueux des exigences liées au développement durable.


En interne, là aussi les lignes bougent. Les salariés venant d’entreprises différentes développent des synergies dont ils n’ont pas toujours conscience. Pour décloisonner l’entreprise et provoquer la prise de conscience, Emery Jacquillat a fait appel à une artiste qui a su matérialiser, par des lignes au sol, toutes les interactions entre les différents salariés. Par ce stratagème, chaque salarié réalise alors qu’au-delà de ses collègues, il entretient des relations avec d’autres personnes qui travaillent sur le même lieu. Le regard porté sur l’entreprise change. Parce que l’entreprise a elle-même changé…


Vendre en ligne pour éviter les magasins physiques et le coût qu’ils génèrent, proposer en conséquence des produits au meilleur prix, valoriser la fabrication « made in France » et les territoires qui la portent, diffuser des produits dont les standards sont ceux du développement durable, voilà le pari gagnant d’Emery Jacquillat.

La Rédaction
Le 10-07-2014
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz