Juillet 2018


Entreprises : l’alliance pour tous !

Ce pourrait être une fable ou encore un conte, celle d’un dirigeant d’entreprise, voyant sa structure menacée par l’appétit vorace d’un plus grand groupe, qui en convainc d’autres de se réunir en une alliance afin de contrarier le destin. Parfois, la réalité dépasse la fiction, et l’esprit entrepreneurial redonne espoir aux rêves les plus fous.

Exavert regroupe 17 entreprises de 50 à 550 salariés qui affichent une belle santé économique grâce aux nombreux échanges créés entre les membres, qui achètent ensemble et répondent conjointement aux appels d’offres de grands comptes nationaux. Des exemples d’alliances, il en existe autant que de raisons qui ont amené à leur création. Une volonté de grandir plus vite, une réponse à l’attaque d’un concurrent, une stratégie pour atteindre des marchés (publics notamment) plus gros ou rassurer le client, une solution pour réaliser des économies d’échelle, un moyen d’acquérir des savoir-faire non maîtrisés, voire une recherche de bien-être… Mais toutes les alliances se rejoignent sur un point commun : la volonté et le plaisir de femmes et d’hommes de structures différentes à travailler ensemble. L’alliance est avant tout une aventure humaine, elle rassemble des valeurs, agglomère des rêves et fait se fusionner des envies.

Un formidable accélérateur du développement des entreprises

Souvent, c’est la rencontre qui fait l’alliance plus que son objet, celui-ci venant plus tard. Aussi, les réseaux professionnels sont-ils des vecteurs extrêmement puissants de naissance de projets collectifs. Les portes de la société, déjà entrouvertes par l’implication du dirigeant à l’extérieur, laissent désormais entrer pleinement la différence et l’altérité, toutes deux formidables facteurs d’innovation. C’est d’abord en cela que l’alliance est un formidable accélérateur du développement des entreprises. L’alliance naît d’une rencontre, d’un échange de valeurs, de problématiques et de besoins. Il s’en suit généralement une période où chacun essaie d’apprendre de l’autre, imaginer des solutions communes face à un problème, et, en fait, estimera la possibilité d’une collaboration future.

Le projet doit être gagnant-gagnant

L’alliance se concrétise avec l’échange. Cela peut aller d’un simple partenariat jusqu’à la création d’une société commune. Comme les raisons qui l’amènent, les formes d’alliance sont multiples : échanges de compétences, achat en commun, réponse à des appels d’offres, création d’une filiale, embauche conjointe, etc. Pour qu’il réussisse, le projet doit être gagnant-gagnant. L’échec d’une alliance tient la plupart du temps au fait que l’une des parties prenantes n’obtient pas le bénéfice justifiant son investissement. Le comité de pilotage national du CJ D qui travaille sur le sujet, baptisé « Confluence » (NDLR : Terme généralement utilisé pour désigner le point de rencontre entre deux cours d’eau), s’est efforcé de déterminer les facteurs clés de succès de l’alliance.

Faire vivre un projet commun

La question essentielle que pose l’alliance est : comment va-t-on faire vivre le projet commun ? Il est essentiel que celui-ci repose sur des bases solides : des valeurs et des envies partagées, une connaissance approfondie des structures et des dirigeants entre eux, une vision de long terme, une identification précise des compétences et des possibilités de contribution, et enfin, la définition de règles du jeu. Ces règles précisent le cadre de l’alliance, les modes de gouvernance et d’échange, les moyens alloués, elles structurent, même légèrement, le projet. Le lancement de l’alliance peut (doit) passer par une phase expérimentale, un petit projet en commun par exemple, pour s’assurer de l’adéquation des envies et des façons de faire.

En ce qui concerne le fonctionnement courant, les alliés doivent tenir quelques engagements : respecter la liberté de l’autre, accepter les concessions, être le plus transparent possible, échanger régulièrement et s’assurer du partage équitable des gains. L’alliance est un projet qui se construit pas à pas. Elle doit être réfléchie, intégrée à la stratégie et envisagée sur le long terme. Telle est l’expérience des dirigeants du CJ D que nous avons rencontrés. Tous s’accordent sur une certitude :« quelle belle aventure humaine et entrepreneuriale ! ».Autre avantage, l’alliance est un formidable tremplin vers l’agilité puisqu’elle oblige à des fonctionnements collaboratifs, enseigne le fonctionnement par itération et par subsidiarité, place les entreprises dans une démarche d’amélioration continue, et oblige à perfectionner ses modes de communication.

Vous hésitez encore ?


Antoine Pivot
Le 18-09-2014
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz