Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Dix conseils pour augmenter l’impact de vos présentations

Faites-vous partie des 25 % des salariés qui préféreraient se passer de sexe plutôt que de subir (ou donner) une mauvaise présentation POWERPOINT ? Ou des 55 % qui avouent avoir dormi au moins une fois pendant une présentation au travail ? Pour beaucoup de personnes, la prise de parole en public est stressante. Un mauvais moment à passer, et à préparer (si j’ai le temps…) et à prester le plus vite possible. Les conseils « so british » de Carol Bausor.

D’autres personnes, plus sûres d’elles, connaissent leur sujet sur le bout des doigts… et se détournent des besoins de leur auditoire. Dans la salle, beaucoup de personnes regardent le plafond (ou leur téléphone portable). Le fait est que le public n’écoute mêmepasdes présentations ternes, qui ne les font pas vibrer. Que penser des POWERPOINT trop chargés en informations, statistiques aussi difficiles à lire qu’à comprendre ? Cela nous l’avons tous vécu, subi.

En tant que manager, chaque fois que vous parlez à plus d’une personne à la fois dans votre contexte professionnel ou personnel... vous êtes bel et bien en train de parler en public. Et cela mérite un peu de votre temps et d’attention.

Le mot clé est le suivant : votre impact.

La tentation est forte, lorsque vous préparez votre message, ou bien de ne pas préparer du tout, ou bien de vous concentrer sur tout ce que vous avez à dire. Ou aussi, encore moins efficace, de commencer votre préparation en vous concentrant sur vos supports audiovisuels en premier.

Commencez plutôt à vous concentrez sur... votre auditoire. Car dans votre prise de parole, ce sont eux les plus importants. Qu’est-ce qui va les intéresser dans votre message ? Sont-ils de bonne humeur ? Et sinon comment les rendre plus joyeux ? Est-ce que votre présentation va leur paraître trop longue ? Sont-ils en train de consulter leur messagerie tout en faisant semblant de vous écouter ?

Voici quelques astuces qui vont rendre vos présentations plus efficaces :

1 - Préparez. Même si vous avez déjà parlé de ce sujet mille fois, préparez. Car cette fois-ci vous avez un auditoire différent. Des interprètes me disent que beaucoup de conférenciers internationaux ne préparent pas, ne parlent pas de manière claire, lisent leur texte… et le résultat est que leur traduction est mauvaise aussi !

2 - Commencez votre préparation devant une feuille blanche et non devant un écran d’ordinateur. Si vous commencez à bâtir des slidesou des notes, vous vous contraignez à un cadre linéaire, alors que sur la feuille vous pouvez faire des cartes heuristiques, marquez tous les points que vous souhaitez évoquer, et ensuite priorisez.

3 - Soignez particulièrement votre introduction et votre conclusion. Ne parlez pas trop de vous-même, mais de ce qui peut intéresser. Surprenez, faites de l’humour ! Rappelez – vous que… vous n’aurez jamais une seconde chance de faire une première bonne impression. L’introduction est le moment où l’auditoire décide de vous écouter. Ou pas… Et la conclusion est le moment où celui-ci redouble d’attention.

4 - Devant un public aujourd’hui habitué à zapper, il est essentiel d’apporter de la variété dans vos propos : moduler le volume de votre voix, la vitesse de votre débit, la longueur des pauses, vos gestes, votre regard.

5 - Impliquez votre auditoire : vous avez certainement l’habitude de faire des phrases commençant par « je… », ou « il semblerait… », mais pouvez commencer par « vous… », « nous… ». Sautez allègrement des affirmations aux questions : des questions rhétoriques (« Qui eût cru que… ? »), aux questions appelant une réponse (« Combien de personnes dans cette salle ont vu le dernier film de… ? »), aux impératifs (« Écoutez bien ! »).

6 - Répétez et chronométrez-vous. Dépassez le temps qui vous a été imparti, et vous manquez de respect à l’auditoire et aux intervenants qui vous suivent.

7 - Appuyez-vous sur un aide-mémoire au besoin, si vous avez peur d’oublier votre texte. Mais ne lisez surtout pas votre texte littéralement. Et rappelez-vous que les diaporamas que vous pouvez utiliser n’ont pas pour rôle de combler votre manque de préparation, elles sont là pour l’auditoire. Songez alors que vous devez les rendre attrayants : éliminez les slides superflus. Et pendant que vous parlez, ne les regardez surtout pas ! Car vous tournerez le dos à votre auditoire. Gardez le contact visuel avec votre auditoire.

8 - Filmez-vous et osez vous regarder. Il n’y a pas pareil pour détecter vos « tics » de langage ou gestuels. Des « en fait », « effectivement », et des « un petit peu » finissent par énerver ceux qui vous écoutent.

9 - Bougez, mais bougez lorsque vous avez choisi de bouger, plutôt que de façon involontaire. Si vous ne contrôlez pas votre corps, vous ne transmettrez pas l’impact de quelqu’un d’assuré.

10 - Si vous avez le trac, concentrez-vous sur votre respiration. C’est la meilleure façon de dompter votre mal-être.

Carol Bausor
Le 7-10-2014
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz