Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Osez faire le pari de l’intelligence

Prospectiviste reconnu, André-Yves Portnoff livre ici quelques pistes de réflexion pour les « managers » soucieux d’améliorer la performance sociale de leurs entreprises.

Comment amener la majorité des employés à devenir des apporteurs de solutions, des acteurs du progrès de l’entreprise qui rendent celle-ci durablement compétitive, car capable d’anticiper et de rester viable malgré et grâce aux changements du contexte ? La règle de base est que l’on ne saurait exploiter très longtemps l’intelligence de gens que l’on trompe et prend pour des imbéciles. Il faut fournir de bonnes raisons aux employés pour qu’ils aient envie de s’impliquer : leur apporter les trois éléments qui définissent pour la majorité des Européens un « bon » travail.


CREER UNE ATMOSPHERE BIENVEILLANTE

Une bonne rémunération, mais aussi une activité épanouissante pour la personne, donnant le sentiment de bien utiliser ses capacités, de réussir quelque chose qui en vaut la peine. Ce qui implique que chacun comprenne à quoi sert son travail, qu’est-ce qu’il contribue à construire. Il faut donc un management par le sens. Enfin, troisième élément, les Européens veulent se trouver dans une atmosphère bienveillante, avec des gens estimables et qui les estiment. La qualité de vie au travail est conditionnée par le respect, comme le confirme une étude récente en France.

La première mesure pour rétablir la compétitivité de beaucoup de grands groupes et des administrations françaises est de combattre le management hyper-hiérarchique par le mépris qui a mis à genou Alcatel et bien d’autres entreprises.


CONFIANCE, RESPECT, PRISE DE RISQUE, COLLABORATIONS

C’est possible, même dans l’administration, comme le prouve ce qui se passe en Loire-Atlantique notamment. Encore faut-il au sommet une direction courageuse, capable de se battre pour rétablir la confiance et donner à nouveau le goût de la prise de responsabilité, donc du risque et de la collaboration. Risque, collaboration, ces deux mots sont essentiels, tout comme respect et confiance.

La direction incite-t-elle à essayer de nouvelles voies ? Ce n’est possible que si l’on institue clairement le droit à l’erreur. De jeunes entrepreneurs finlandais ont créé une journée annuelle de l’échec considérée comme l’antichambre de la réussite. L’erreur est féconde si on l’analyse pour accumuler de l’expérience et faire mieux. C’est l’esprit des méthodes agiles. Mais on ne peut reconnaître son erreur que dans un milieu bienveillant. Et on arrive à l’autre mot capital, la collaboration. Chacun sait que l’on est plus fécond à plusieurs que tout seul… Il faut être deux pour faire un enfant, il faut échanger à plusieurs pour innover.

Au management de s’interroger : son attitude crée-t-elle de la compétition hostile ou de l’émulation coopérative ? A-t-on expliqué que, dans la course de relais, ce ne sont pas les performances individuelles qui comptent, mais la vitesse du relais ? Le personnel est-il informé que chacun sera récompensé selon sa performance propre, mais aussi, tout autant, selon sa contribution personnelle aux performances des collègues et surtout à la réussite collective de l’entreprise ?


DU COURAGE

Revenons sur la confiance. Elle implique une prise de risque de la direction, donc du courage. Elle apporte agilité et économies, car elle permet de réduire les contrôles a priori beaucoup trop lourds en France, le pays d’Europe où on a le moins confiance dans les autres. On occupe une partie excessive des effectifs non pas à produire de la valeur, mais à vérifier si les autres travaillent, non pas bien, mais conformément à des procédures souvent discutables. Faisons ensemble le pari de l’intelligence… des autres, et l’entreprise France va repartir de l’avant.


André-Yves Portnoff
Le 13-11-2014
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz