Juillet 2018


Emile Servan-Schreiber, journaliste et entrepreneur

De la Belle Époque à la République gaullienne, l’itinéraire intime et entrepreneurial d’un "bâtisseur", à la fois journaliste et patron, dans l’effervescence de la presse écrite.

L’actualité de l’édition et des médias fait régulièrement surgir au premier plan les membres de la « tribu » Servan-Schreiber. Une famille d’origine allemande et juive dont Monique NEMER propose la biographie de la figure tutélaire, Émile Servan-Schreiber (1888-1967), co-fondateur du quotidien économiqueLes Échos qu’il dirigea pendant cinquante ans, dont quarante conjointement avec son frère aîné Robert.

Des Échos de l’Exportation, modeste mensuel créé en 1908 par Robert, au plein rayonnement des Échos, l’auteur en retraceles tribulations, restituant les étapes de son patient et volontariste développement. Des évolutions vers la parution quotidienne — effective en 1928 — au « temps des fils » — Jean-Jacques — puis, plus tard, Jean-Louis — et Jean-Claude, cousins dont l’implication antagoniste et les dissensions politiques provoquent la vente du titre familial en 1963.

Heureux directeur de rédaction et éditorialiste, Émile Servan-Schreiber journaliste s’y dévoile en amoureux des mots. En esprit libre et non conformiste, à l’affût des précurseurs et des idées neuves. En zélateur de la modernité, passionné de technologies comme de progrès social. En globe-trotter que son insatiable curiosité et son « goût des autres » amènent à parcourir les cinq continents dont il rapporte la matière d’articles, de conférences, d’essais.

Benjamin des trois fils de Clara Feilchenfeld et Joseph Schreiber, un Prussien émigré à Paris où il installe sa maison d’import-export en 1877, Émile perpétue l’ambition parentale, œuvrant à l’ascension familiale, de la « francisation » à la grande bourgeoisie.

Désireux de se construire une descendance française, il épouse en 1923 Denise Bresard, personnalité d’exception, qui l’a toujours accompagné pour le meilleur mais aussi le pire, lors des persécutions antisémites du régime de Vichy.

« Homme tranquille », épris de valeurs humanistes, Émile demeure attaché aux bonheurs simples de la vie de famille, autour de leurs cinq enfants. Une fratrie qui s’illustre dans le sillage de Jean-Jacques, l’aîné, fondateur en 1953 deL’Express, hebdomadaire à succès, résolument engagé aux côtés de Pierre Mendès France, et prônant avec constance et conviction la fin de la guerre d’Algérie.

De tous les débats et combats, Émile et les siens ont « tutoyé » ténors et leaders de leur temps.

Guerres mondiales, crise économique, nazisme, fascisme et communisme, IIIe, IVe puis Vème Républiques… Au prisme du parcours singulier d’Émile Servan-Schreiber, Monique NEMER nous convie à une traversée au long cours de la France contemporaine, scandée par les tragédies d’un 20e siècle « de bruit et de fureur ».

Une trajectoire qui se déploie entre Paris et province, au détour des demeures privées et des sièges du journal, dans des décors aussi contrastés que le 10e arrondissement et les Champs-Élysées, le Pays de Caux à Veulettes-sur-Mer, et la Haute-Savoie à Megève, village découvert dès 1925 par un Émile pionnier des sports d’hiver.

Le récit d’une« ambition française » qui est aussi le roman d’une époque.



Description : description : description : description : \\servclu1fs\profile$\mpdanset\mes documents\auteurs-cp-listes-etc\culture g - histoire\jlss - emile\couv' définitive\nemer_emile_c1.jpg


Monique NEMER, Émile, patriarche des Servan-Schreiber, Editions Eyrolles, 18 €.


A paraitre le 8 janvier 2015.

La rédaction
Le 6-01-2015
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz