Juillet 2018


Et si on arrêtait de se regarder le nombril ?

Alors que notre pays semble régulièrement jouer à « Comment gêner le plus grand nombre de citoyens », les entrepreneurs du Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise s’interrogent sur la notion de responsabilité. Cette valeur, ainsi que la loyauté, la solidarité et le respect de la dignité humaine, les animent depuis près de 80 ans. A-t-elle encore un sens au moment où chacun oppose sa surenchère individualiste à toute idée d’intérêt général ? Indubitablement, oui !

En tant qu’entrepreneurs, notre responsabilité première vise la pérennité de nos entreprises. Pour nous, nos collaborateurs, leurs familles et les nôtres et tous ceux avec qui nous partageons les fruits de cette activité. Au quotidien, elle se décline vis à vis des fournisseurs pour qu'ils puissent exercer normalement leur métier, envers les clients qui attendent et ont besoin de ce qu'ils nous achètent (et par conséquent, responsabilité sur la qualité, le prix, les délais, etc.) et vis-à-vis des collaborateurs pour garantir leur bien-être, leur sérénité, leurs conditions de travail, leur formation, leur équilibre vie privée/vie professionnelle.Au quotidien, nous œuvrons pour améliorer et transmettre nos savoirs, nos métiers afin de proposer toujours mieux. Notre responsabilité participe ainsi au progrès pour tous.

La responsabilité nous engage également en tant qu’acteurs d’un territoire et nous sommes redevables envers chacune de nos parties prenantes, mais également de la société toute entière, des conséquences de nos actes. Cela nous oblige à ne pas être inconséquents ou inconscients. Comme l’exprime la sagesse populaire « le roi disait nous voulons » et nous ne pouvons pas nous permettre d’exiger pour satisfaire un besoin individuel. Comme dans nos entreprises où seuls nous n’irions pas très loin, nous devons mettre en œuvre une démarche collaborative avec notre écosystème pour proposer des solutions correspondant à l’intérêt général. Certes, notre responsabilité s’exprime également lorsque nous avons le courage de pointer du doigt les dispositifs qui freinent notre société et qui doivent être remis en cause et adaptés à notre époque. Mais cela s’arrête quand ces revendications ne bénéficient qu’à une minorité de personnes et qu’elles pénalisent le plus grand nombre au nom de préoccupations partisanes. La responsabilité doit donc s’exercer avec humilité, en faisant preuve d’un esprit positif et à travers des propositions bénéfiques pour tous. Car seule la critique constructive s’avère source de progrès.

Enfin, nous devons être responsables pour laisser demain à nos enfants un monde où il fait bon vivre. Car au-delà de l’intérêt général se trouve le bien de l’Humanité. A travers les sciences, la recherche, l’innovation, nos entreprises doivent développer des produits et services à faible impact sur la nature. Notre responsabilité implique d’assumer les conséquences de nos actions, que ce soit financièrement, juridiquement ou moralement. Elle nous engage également à nous remettre en cause et à accepter le progrès et le changement. Au CJD, nous prônons l’autrement pour aller de l’avant et proposer de nouveaux modèles durables et respectueux et en cela aussi nous agissons en entrepreneurs responsables.

Nous sommes tous des acteurs d'une économie et d'un écosystème global dans lequel la responsabilité individuelle se place au service de la responsabilité collective. Valeur fondamentale au service de l'équilibre de notre société, la responsabilité nous fait grandir. Alors, soyons tous responsables et avançons ensemble pour une économie au service de l’Homme !

Richard Thiriet, Président national, et Laurent Bazin, Vice-président national
Le 26-05-2016
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz