Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Les perroquets et les chiens de garde de l’information

Le trop-plein d’information sur les réseaux sociaux nous fait relayer de fausses informations. Derrière ce phénomène, c’est notre paresse intellectuelle qui est à incriminer. Qui que nous soyons – et d’autant plus si l’on exerce la profession de journaliste – notre devoir est de prendre de la distance et de faire preuve d’un minimum d’esprit critique.

Un article du Bien Public sur le coût du travail en France a circulé ces derniers jours sur les réseaux sociaux. Son auteur affirme que sur 150 euros payés par son patron, le salarié au final n’en touchera que 39. Indignation sur la toile, partage à vitesse grand V : l’article fait le buzz !

Mais le raisonnement proposé dans l’article me semblait bancal. J’ai établi rapidement un calcul qui invalidait les chiffres mis en avant. Mon calcul se basait sur les faits suivants, occultés dans l’article du journaliste du Bien Public.

1- Le taux du brut au net est de 23 % donc dans l’exemple de 100 € brut, le salarié perçoit 77 € net et pas 70 €.

2- 100 € brut revient à 135 € et pas 150 €. Même avec un statut de cadre, on n’arrive pas à 150 €.

3- L’impôt est calculé par tranches. 0 % jusqu’à 9700 € net, 14 % de 9701 € à 26 791 €, 30 % de 26 792 € à 71 826 €.

4- Les plus gros postes de dépenses étant le logement et la nourriture, la TVA n’est pas appliquée sur le logement et n’est que de 5,5 % sur la nourriture.

Bref, de nombreuses erreurs émaillaient le raisonnement du journaliste, qui disait répéter ce qu’un entrepreneur lui avait confié.Un calcul beaucoup plus précis a été effectué par un internaute lui aussi surpris par ce calcul « à la louche ». Son calcul montre que notre journaliste s’est fourvoyé en reprenant sans vérification préalable les propos tenus par un quidam, fut-il entrepreneur.

Cette anecdote me fait réagir à deux niveaux.

D’abord,l’Etat à sa part de responsabilité, c’est clair… mais les entreprises ont aussi leur part à prendre. Rien n’oblige à embaucher des salariés au SMIC et leur laisser un pouvoir d’achat quasi nul. Rien n’oblige à fabriquer en Chine et détruire l’emploi en France. Rien n’oblige à licencier pour améliorer ses bénéfices... Un entrepreneur doit avoir une vision, une stratégie et un minimum d’empathie pour les hommes et femmes qu’il emploie, car sa boutique tourne aussi grâce à eux. Ainsi, en tant qu’entrepreneurs, nous ne pouvons pas systématiquement incriminer l’état pour tous nos maux et nous ne pouvons pas laisser notre image s’écorner plus qu’elle ne l’est déjà en relayant de fausses informations.

Enfin, ce qui me gêne le plus, c’est la facilité actuelle avec laquelle chacun d’entre nous – y compris un journaliste censé vérifier ses infos – peut « balancer » tout et n’importe quoi sur les réseaux sociaux. Un média publie une information fausse que les réseaux sociaux se chargent de relayer très largement. On le voit là et finalement ce n’est pas très grave. On l’a vu aussi plus tragiquement après les attentats de Charlie, du Bataclan ou de Nice. Par exemple, l’AFP publiera après l’attentat de Nice le portrait de Timothée Fournier, buraliste à Paris qui, au prix de sa vie, avait sauvé sa femme enceinte. Info reprise par tous les médias en France et dans le monde, il sera érigé au rang de héros sur les réseaux sociaux. Tragique, mais quelle belle histoire… si l’on n’avait pas fini par trouver que cet homme n’existait finalement pas.

Pris dans l’infobésité des réseaux sociaux, qu’est-ce qui est vrai ? Qu’est-ce qui est faux ? Qui vérifie ? Il faut que chacun d’entre nous acquière une prudence et un esprit critique suffisant pour ne pas se jeter sur l’information et la faire tourner en boucle. Nous devons être davantage chiens de garde que perroquet. Comme nous y encourageait Louis Pasteur,« ayez le culte de l’esprit critique ».


Julien Tosi est entrepreneur à Cannes.

Julien Tosi
Le 30-08-2016
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz