Mai 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


La “magie” de la dynamique entrepreneuriale réside dans la transformation de l’idée à l’action

Comment passe-t-on d’une à idée à une entreprise ? Quelles sont les étapes de ce parcours, le questionnement à développer pour concrétiser un projet ? Rencontre avec Didier Vinot, Professeur des Universités en Sciences du Management à l’IAE Lyon Université Jean Moulin Lyon 3.

Dirigeant : Pouvez-vous décrire les étapes du processus entrepreneurial ?

Didier Vinot : A la différence de la réalisation d’un plan d’action stratégique, le processus entrepreneurial n’est pas constitué d’étapes linéaires. Il s’agit plus de la combinaison de plusieurs ingrédients qui a un moment donné vont aboutir à un résultat. Le premier ingrédient est la vision. On n’entreprend pas par défaut. Si l’on a une idée, une envie, on regarde toujours si elle peut se concrétiser dans notre environnement présent ou s’il faut créer les conditions pour la réaliser. Viennent ensuite la mobilisation des ressources et les outils de pilotage, de mise en œuvre. Croire que leur seule maîtrise suffit s’avère une grossière erreur. L’entrepreneur ne peut se contenter de répliquer un process existant : il doit concevoir le mode d’organisation propre à son projet. Enfin, et c’est pour moi primordial, il y a la capacité à enrôler les autres. Un créateur ne peut rester seul. Il a besoin des autres pour réaliser sa vision. Il doit savoir convaincre, s’associer, enchanter toutes les parties prenantes qui trouveront un intérêt à ce que son projet se réalise. Cette exigence forte de socialisation demeure pour moi la clé de réussite de la dynamique entrepreneuriale.


Dirigeant : Quelles sont les principales questions à se poser pour passer de l’idée au projet ?

D.V. :D’abord se demander jusqu’où on est prêt à aller en termes de temps à consacrer au projet et pour combien d’années on accepte de tenter l’aventure. Si se donner 6 mois est irréaliste, s’acharner pendant 10 ans l’est tout autant. De même, l’entrepreneur doit jalonner son projet d’étapes où il se posera la question de la poursuite, de la réorientation du projet. Enfin, il doit savoir sur qui il peut compter. Les personnes en qui il a confiance, son réseau social lui apporteront un miroir très salutaire et constructif. Enfin, il y a aussi les fausses bonnes questions ou les questions à ne pas se poser. Du style « mon idée est-elle bonne ? », « Correspond-elle à un marché ? » C’est insuffisant. En effet, s’il ne doit pas éluder les sujets économiques, le créateur doit s’interroger sur les modalités de concrétisation et de formalisation de son projet afin de passer de l’implicite qu’il a en tête à l’explicite qu’il va mettre en œuvre.


Dirigeant : A partir de quel moment peut-on se dire prêt à entreprendre ? Faut-il nécessairement avoir une idée ou est-ce avant tout un parcours personnel ?

D.V. : Être prêt à confronter ses idées à la réalité représente ce moment où l’on franchit le cap.

Je rencontre autant de créateurs issus de familles d’entrepreneurs que venant d’autres horizons. Il n’y a pas de déterminisme. La clé provient beaucoup plus des moyens que l’on se donne pour réaliser son projet, sa propre liberté. Je préconise de travailler sur un scénario projectif pour déterminer si un créateur est prêt à passer à l’acte. Il s’agit de narrer en détail le « jour d’après ». En concrétisant ainsi sa nouvelle vie à partir d’un imaginaire, le créateur valide si elle correspond à son rêve d’entreprise et s’il est prêt à la rendre réelle. Cet important travail sur soi représente une étape essentielle où le créateur identifie et verbalise quel(s) désir(s) il a en tête et quels efforts il devra fournir pour y parvenir.


Dirigeant : La gestion quotidienne d’une entreprise, avec ses contraintes juridiques, ses lourdeurs administratives et ses charges sociales et fiscales peuvent pousser bon nombre d’entre-elles à mettre la clé sous la porte. Est-il possible d’anticiper ce découragement dans la phase de préparation ?

D.V. : Il faut surtout les envisager en amont, soit par soi-même soit avec une aide. Je suis très méfiant envers ceux qui conseillent de se lancer et d’attendre d’être confronté à des problèmes pour leur trouver une solution. L’anticipation est le gage d’une démarche sérieuse. Se préparer mentalement aux aléas économiques, concurrentiels ou techniques fait partie du métier et du processus de création. Je soulignerai également la vigilance essentielle à apporter au modèle de gouvernance. Réfléchir dès le départ aux règles de fonctionnement entre associés, notamment en termes de prises de décision, et au choix des statuts est une étape malheureusement trop souvent négligée alors qu’elle permet d’envisager plus sereinement l’avenir de l’entreprise.


Dirigeant : Une fois l’entreprise créée, comment faire perdurer cet esprit entrepreneurial ?

D.V. : La magie de la dynamique entrepreneuriale réside dans le passage de l’idée à l’action. Souvent donc, au bout d’une dizaine d’années, l’entrepreneur se pose la question de la re-création entrepreneuriale. Généralement, l’entreprise se porte bien et l’entrepreneur dit « s’ennuyer ». Ne pouvant plus se contenter d’un quotidien ronronnant, l’entrepreneur doit alors entamer un questionnement personnel pour déterminer le moteur de son action et de ses envies. A partir de là, il va pouvoir choisir de développer son entreprise actuelle en utilisant sa créativité pour concevoir de nouveaux modes d’organisation et de collaboration, au lieu de nouveaux produits ou services. Mais il peut également la vendre, en reprendre une autre ou re-créer autrement, à travers l’entrepreneuriat social ou l’engagement associatif. Cela démontre que le projet d’entreprendre ne se limite pas aux frontières de l’entreprise. A nouveau un autre ingrédient de la magie entrepreneuriale.


Propos recueillis par Nathalie Garroux
Le 17-04-2017
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz