Décembre 2018


Finansol, un acteur incontournable de la finance solidaire

Frédéric Tiberghien
Donner du sens à son argent en participant aux défis de notre société comme la lutte contre le chômage, le mal-logement, le recyclage, l’alimentation bio, le développement des énergies renouvelables tout en faisant fructifier son argent, tel est l’enjeu rendu possible par la finance solidaire en accompagnant depuis le début des années 80 les porteurs de projets et les épargnants solidaires.

« Ces derniers visent avant tout l’impact social ou environnemental du projet», soutient Frédéric Tiberghien, Président de Finansol, collectif, qui depuis 1995, fédère les acteurs de la finance solidaire en France. Une histoire riche en évènements. C’est sous la houlette de quelques acteurs de la société civile comme les Cigales, le CCFD-Terre solidaire, Habitat et Humanisme, la NEF qui a créé le premier livret solidaire, ou encore le Crédit Coopératif, qu’ont émergé les premiers produits de gestion alternative de l’épargne solidaire mis en place pour des particuliers.

Le label Finansol, qui a fêté ses 20 ans en 2017, est le premier label de finance éthique et le seul en France dédié à la finance solidaire. Il est attribué aux produits d’épargne solidaire par un comité d’experts indépendants. Les produits labellisables sont des placements bancaires (livrets ou dépôts à terme), des actions non cotées d’entreprises solidaires, des obligations, des Organismes de Placement Collectif (FCPE, SICAV. ) ou des contrats d’assurance vie. « Nous demandons que les fonds suivent une gestion socialement responsable, contrôlée chaque année», précise Frédéric Tiberghien. Pour obtenir le label,le candidat doit justifier le caractère solidaire du produit et préciser ses objectifs. Il s’engage aussi à indiquer aux épargnants comment l’argent a été utilisé et quel a été son impact. « Nous sommes porteurs de valeurs de transparence. La citoyenneté fiscale est au cœur de notre démarche» ajoute le Président de Finansol.

Les entreprises solidaires ne mettent pas la rentabilité en numéro un, mais elles se développent autour de l’innovation financière qui, elle, a des exigences de rentabilité pour réinvestir dans le projet. A la suite de Finansol, plusieurs autres labels, moins exigeants, ont vu le jour, en particulier le label public ISR d’Investissement Socialement Responsable, créé en 2017. Les banques ne prêtant pas de petits montants, une partie de la finance solidaire s’est orientée vers le microprêt solidaire surtout dans les pays en voie de développement.


Yan de Kerorguen
Le 17-09-2018
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz