Décembre 2018


Tous concernés par l'Intelligence Artificielle

© Can Stock Photo / jirsak
Face à la multiplication des applications de l’intelligence artificielle (IA), les dirigeants d’entreprise ont une grande responsabilité.

C’est ce que soulignait l’ancien vice-président de Bosch, Markus Schmidt. La mutation digitale, martèle-t-il, ce n’est pas seulement discourir sur l’industrie 4.0, c’est une question de culture ; cela signifie pour le dirigeant de ne pas rester un gestionnaire, de se comporter en entrepreneur assumant des risques et consacrant beaucoup (plus) de temps à animer et motiver des équipes d’hommes. Pour autant, beaucoup d’études montrent que le dirigeant ne doit pas commettre l’erreur courante de vouloir traiter le problème seul, sans associer à la fois des compétences extérieures et les équipes qui vont exploiter au quotidien les possibilités techniques nouvelles. Le dirigeant doit, d’une part, construire une vision et veiller à la cohérence des applications de l’IA dans son entreprise, favorisant les synergies. D’autre part, il doit laisser aux acteurs de terrain la liberté de prendre des initiatives ; certaines déboucheront sur des applications inattendues méritant d’être généralisées.

La machine n’est ni intelligente ni objective

Premier point, écartons les fausses vérités qui nous sont quotidiennement assénées. Les ordinateurs n’ont ni intelligence ni conscience. Ce qu’ils nous proposent découle des données que nous avons sélectionnées et des règles que nous avons mises dans les programmes informatiques. La puissance de calcul permet de traiter des quantités colossales de données et d’en tirer des corrélations grâce au progrès de la statistique. Mais corrélation n’est pas raison ! Les diagnostics, notamment médicaux, peuvent être justes, mais ils ne sont pas explicatifs.

Second point, les verdicts proposés par l’intelligence artificielle ne sont pas objectifs. Ils reposent sur des choix humains dans la sélection des données, leur formulation et sur les hypothèses, les jugements de valeur inclus dans les algorithmes qui traitent ces données. Le décideur humain demeure donc pleinement responsable ; quand l’on utilise de l’IA pour des décisions importantes, il faut connaître les idées, voire les intentions commerciales ou politiques des concepteurs, pour ne pas se laisser manipuler. Pour autant, ne cédons pas à l’espionite : nous utilisons déjà à chaque instant l’intelligence artificielle avec notre téléphone portable, quand nous lui parlons, quand nous cherchons un itinéraire… Mais chaque entreprise doit être consciente du fait qu’elle crée constamment des données. Elle peut les mettre en valeur, même sans l’IA dans un premier temps, en constituant une banque de données mise à disposition des clients, comme le fait la PME du bâtiment Janus-France. Elle peut, grâce à l’IA et au Cloud, vendre comme General Electric maintenance et optimisation du fonctionnement des équipements qu’elle a fournis à ses clients. Sinon, elle risque d’être exploitée par des acteurs qui vont vendre du service à sa place.

Cinq options antagonistes

Les conséquences de l’irruption de l’IA dans tous les domaines dépendront des rapports de force entre cinq séries d’acteurs. Pour les ultra-financiers, seul compte leur profit immédiat, quelles que soient les conséquences pour les autres parties prenantes et l’environnement ; ils vont exploiter l’IA pour éliminer le maximum d’emplois et manipuler les clients. Mais cette avidité réduit à terme la compétitivité et les pouvoirs d’achat des clients, aggrave des inégalités, d’où plus de conflits. Simultanément, les nouveaux géants du numérique, essentiellement américains et chinois, profitent de leurs connaissances de nos comportements et nos désirs pour étendre leurs activités à tous les secteurs de la vie quotidienne, concurrençant durement les acteurs classiques, des banques à la Santé. Certains de ces géants vont abuser de cette situation pour nous manipuler complètement et nous soumettre à un esclavage numérique. C’est aussi la tentation de pays autoritaires comme la Chine qui met en place une notation de chaque citoyen, pour récompenser les bons, sanctionner les insoumis. Autres acteurs déjà à l’œuvre, mafias et crime organisé pourraient déclencher des catastrophes meurtrières. Mais fort heureusement, il y a aussi les citoyens et les entreprises du capital patient, comme celles, au CJD, visant à la performance globale.


André-Yves Portnoff
Le 26-11-2018
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz