Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Belgique : un marché plein d’opportunités

Gilles de Binche en Belgique
La Belgique vit une période difficile en termes politiques. Pourtant lorsque l’on interroge les dirigeants des entreprises belges, aucun ne nous confie être préoccupé par les démêlées politiques. Leur priorité : continuer de faire fructifier leurs affaires !

Lors d’une visite effectuée dans le cadre du voyage d’études proposé en décembre 2010, où une délégation de 26 entreprises du CJD s’est déplacée, c’est une véritable découverte culturelle qui s’est opérée. Si le marché belge reste proche de la France, il n’en demeure pas moins spécifique. Et si une partie du pays parle la même langue que la nôtre, on oublie parfois que les mœurs et les coutumes y sont bien différentes de chez nous.

Avec un montant de 297,3 milliards de dollars, la Belgique a un PIB à peu près 6 fois inférieur à celui de la France, mais l’économie belge ne peut se comprendre comme un tout. Certains de ses traits caractéristiques sont en réalité le fait d’une seule ville ou d’une région. Les économies flamande et wallonne se distinguent sur de nombreux points. La Flandre est la région la plus puissante économiquement puisqu’elle pèse pour 57, 3 % dans l’économie belge, contre 23,4 % pour la Wallonie et 19,3% pour Bruxelles-Capitale.

Le groupe Dufour implanté en Flandre nous a ouvert ses portes et en a impressionné plus d’un. A l’origine, entreprise familiale d’une vingtaine de personnes, le groupe compte plus de 800 collaborateurs après seulement une quinzaine d’années d’existence. L’entreprise a su diversifier son activité et à l’heure des externalisations massives des entreprises, elle a, au contraire, une politique d’intégration de ses services. Ainsi la flotte automobile est totalement gérée en interne, de l’immatriculation à l’entretien des véhicules, en passant par l’approvisionnement du carburant. Aujourd’hui, le groupe Dufour est actif dans les domaines du levage-manutention, du génie civil, de l’environnement – collecte et recyclage -, du béton, et des carburants et lubrifiants. Il est présent sur quatre sites, à Paris Lille, Dunkerque et Tournai. Ses activités se déploient en fonction des opportunités du marché. Ainsi l’entreprise a su s’adapter au tournant de l’économie verte, et consacre une bonne part de ses activités à l’installation d’éoliennes ou encore au recyclage des déchets.

Le groupe MAES, holding de 42 entreprises nous a également accueillis et présenté ses activités d’avant-plan dans le monde de la construction, le développement et la gestion de projets immobiliers à vocation commerciale et résidentielle. A écouter les responsables, le discours est très proche des idées que nous portons : ils mènent une politique de fidélisation des salariés très pointue, plaçant le capital humain au cœur de leur préoccupations.

Ainsi, le marché belge est plein d’opportunités. Aujourd’hui 1 600 entreprises françaises se sont implantées et plus de 30 000 exportent vers la Belgique. Mais comme pour toutes les démarches à l’export, la démarche de prospection ou d’implantation doit faire l’objet d’une réelle préparation.

Stéphanie Le Dévéhat
Le 24-01-2011
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz