Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Lettre ouverte au Gouvernement, aux Acteurs socio-économiques et à Qui de droit !

Driss Belkhayat, président du CJD Maroc
Au moment où de nombreux pays arabes se soulèvent contre leurs gouvernements autoritaires, en particulier pour des raisons économiques, le CJD Maroc prend position pour accélérer le développement économique de son pays, dans un esprit de performance globale, et stimuler l’emploi des jeunes.

Mesdames, Messieurs,

Les crises économique et financière qui ont secoué le monde, ces trois dernières années, ont eu des répercussions indirectes sur notre pays. Leurs conséquences ont été aggravées par notre tissu économique, constitué de PME et de TPE très fragiles et insuffisamment innovantes pour faire face à la concurrence internationale.

La conjoncture régionale actuelle sème l’incertitude sur l’avenir du monde et montre que les jeunes d’aujourd’hui sont en quête d’un changement profond, dans plusieurs domaines, qui leur permettrait de s’épanouir et d’entrevoir un avenir meilleur avec plus de dignité. Notre pays a avancé dans ce sens en développant certains axes majeurs, mais reste, malheureusement, à la traîne dans bien d’autres.

A cet effet, le Centre des Jeunes Dirigeants du Maroc, milite depuis sa création pour une Économie au service de l’Homme et une performance globale qui n’a de sens que lorsqu’elle est économique, sociale et sociétale.

Cette conviction constitue l’essence même de nos valeurs et la vision permanente sur laquelle se base l’ensemble de nos actions, développées selon les quatre axes : Former pour progresser, Réfléchir pour anticiper, Expérimenter pour innover et Communiquer pour influencer.

Le Centre des Jeunes Dirigeants est plus que jamais appelé à jouer son rôle de force de propositions d’idées, de projets et de réflexions, qui contribueraient à développer des TPE et des PME compétitives, un capital humain fort et acteur à même d’entreprendre autrement pour innover et ancrer l’esprit d’entreprise chez les jeunes.

Le Centre des Jeunes Dirigeants, mouvement à but non lucratif, apolitique, engagé et soucieux de l’avenir de notre pays, animé par l’action et le partage avec tous les partenaires publics et privés, se propose de vous soumettre des projets concrets et expérimentés ainsi que des réflexions nouvelles, en parfaite concordance avec les nouvelles donnes, les possibilités et les réalités de notre pays.

Notre ambition est d’apporter ensemble des solutions permettant de garantir une reprise économique pérenne, une progression de notre croissance et une stimulation forte de l’emploi des jeunes dans notre pays.

Les mesures que nous vous préconisons de prendre sont :

1. Instaurer et lancer, avant la loi de finances 2012, le statut de l’Auto-entrepreneur, à même de libérer les énergies et les idées et de créer immédiatement des emplois.

2. Octroyer un bonus à la création d’entreprise dont les objectifs sont : capitaliser sur les TPE et PME, stimuler l’investissement et créer des emplois

3. Généraliser aux niveaux des écoles, collèges, lycées et universités, les bonnes pratiques de stimulation de l’esprit d’initiative et entrepreneurial, expérimentées et réussies par le CJD et d’autres partenaires.

4. Mettre en place des fonds d’amorçage (nationaux et régionaux) au profit des jeunes créateurs d’entreprises.

5. Mettre en œuvre la mesure de recrutement des handicapés prévue par le code du travail avec des incitations fiscales appropriées dans le privé.

6. Instaurer et veiller au respect du quota « marchés publics » pour les PME et TPE à même de les pérenniser et d’assurer l’employabilité des jeunes.

7. Repenser le système de formation continue, notamment les CSF, en vue de permettre au levier formation de développer le capital humain tout au long de la vie, gage de compétitivité des TPE et PME.

8. Mettre en place les mécanismes nécessaires et encourager le rapatriement des fonds à l’étranger pour les réintégrer dans les circuits formels de l’économie au Maroc.

9. Proposer une TVA sociale qui alimenterait un fond « perte d’emploi » et contribuerait ainsi à assurer un filet social pour tous.

10. Instaurer le label « Performance globale : économique, sociale, sociétale » dans la gestion des affaires publiques et privées.

11. Mettre en place un impôt sur la succession, hors actifs productifs, en vue d’augmenter les recettes fiscales et de les affecter à des investissements productifs, de forte valeur ajoutée et de forte dimension technologique.

12. Prendre les mesures nécessaires pour freiner la corruption : une transparence au service de la performance globale.

13. Réformer la caisse de compensation pour lui rendre sa fonction première : servir les plus faibles.

Le CJD Maroc
Le 5-04-2011
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz