Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Avaaz ou la naissance d’une conscience mondiale

Page d'accueil d'avaaz.org
Je, tu, il… signent une pétition sur Avaaz et la barbarie recule. Sous nos yeux, l’opinion publique mondiale est en train de se forger un outil de pression redoutable avec lequel États, despotes et multinationales doivent désormais compter…

YIN : Un site, une histoire : www.avaaz.org

Il y a une authentique jouissance, une fois connecté, à voir croître en direct le nombre de signataires de la pétition du moment. De sentir, signature après signature, goutte d’eau après goutte d’eau, progresser la motion populaire visant par exemple (en mai dernier) à empêcher le passage d’une loi anti-gays en Ouganda : 987 345 signataires, 987 346… Dernier en date ? Aurélien Dutrieux, Belgique, puis, deux secondes après : Françoise Herrero, France, Hugo Vestergaard, Danemark…

Au final, en moins d’une semaine, plus d’un million et demi de personnes se sont mobilisées et le président Museveni a dû reculer. D’autres victoires récentes auxquelles Avaaz a fortement contribué ? Le vote de l’exclusion aérienne en Lybie, le gel des millions de Moubarak, l’extension de la surface des océans protégés, le revirement de Lula sur la protection de la forêt amazonienne…

Conclusion : de nos jours, le recours à l’opinion publique est devenu l’un des leviers les plus efficaces lorsqu’il s’agit de préserver la planète ou de lutter contre l’injustice, bref de « Réduire l’écart entre le monde tel qu’il est et le monde que nous voulons », baseline du site Avaaz.

Donnons de la voix

Avaaz - qui signifie “voix” dans plusieurs langues orientales et asiatiques - a été lancé en Janvier 2007 et compte aujourd’hui près de 9 millions de membres. Nos contemporains seraient 100 000 de plus à rejoindre chaque semaine le mouvement. Intéressant : avec le Brésil, la France est le pays comptant le plus de membres, près d’un million. Deux fois plus que les États-Unis !

Or, dans les pays où Avaaz est bien implanté, le mouvement est devenu un puissant outil de pression. En réunissant en 36 heures la signature de plus de 650 000 Indiens, Avaaz a ainsi obligé le gouvernement à projeter le vote d’une loi anti-corruption. Même chose du côté de l’Italie où Sylvio Berlusconi a été contraint de retirer son projet de loi sur la censure.

Mais les États ne sont pas les seuls à trembler devant ce nouveau bras armé de la société civile. Confronté à quelques 320 000 signatures, le Pdg du groupe Hilton dû instaurer un « code de conduite contre le commerce du viol » dans ses établissements. Autant de victoires de la vox populiqui font dire au Times qu’Avaaz est aujourd’hui devenu « L’une des nouvelles voix les plus influentes sur la scène internationale ».

Vers un nouvel ONU populaire ?

Naturellement, pouvoir agir dans un cadre légal, c’est toujours mieux. Or, « l'initiative citoyenne» figurait justement au nombre des rares innovations du Traité de Lisbonne. Si un million au moins de citoyens européens invitent, par voie de pétition, la Commission à faire une proposition législative, celle-ci doit désormais le faire. Associée pour l’occasion à Greenpeace, Avaaz, s’est donc empressée d’inaugurer cette forme inédite de démocratie participative en réclamant de « décréter un moratoire sur l'introduction des plantes génétiquement modifiées en Europe ».

Mais, depuis quelques semaines, la « Voix » ne se contente plus de se faire entendre, elle agit. Après avoir financé la première enquête d’opinion sur les réfugiés du Darfour, Avaaz a lancé durant le printemps arabe une campagne de dons à laquelle ont souscrit 30 000 membres, permettant ainsi l’envoi de matériel de communication (téléphones mobiles, modems…) en Syrie, au Yémen et en Libye.

YANG : Internet & Utopie (le pourquoi du comment)

Les utopies ici manifestées sont celle d’un monde de justice et de paix, celle du fameux village global également ou, pour reprendre une métaphore biologique, celle de ce fameux cerveau planétaire dont chaque individu représente un neurone qui, connecté à ses semblables, va peu à peu donner naissance à une conscience mondiale douée d’une intelligence collective.

Et internet dans tout ça ?

Utopie vient d’« u-topos », qui signifie « non-lieu » en grec. Internet se trouvant à la fois nulle part et partout est donc « l’utopie » par excellence. C’est ici à la fois le caractère ubiquitaire d’internet (qui permet de faire connaître au monde entier une problématique locale via le mégaphone Avaaz) et son instantanéité qui entrent en jeu. Sans oublier naturellement, ce rôle essentiel de LIEN, le seul, aujourd’hui capable de connecter entre eux plusieurs milliards d’individus.

Prochaine utopie : la culture du free, « libre » et « gratuit »

Les chroniques d’Utopia par Jérôme Bourgine
Le 13-06-2011
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz