Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Les associations ne connaissent pas la crise

Malgré la crise, le secteur associatif a continué à créer des emplois et ne cesse de se développer. Il représente aujourd’hui près de 10 % des effectifs du secteur privé.

Le secteur associatif employeur s’est fortement développé en 11 ans, affichant une augmentation de 16 % du nombre d’établissements et une hausse de l’emploi de 30 % (400 000 emplois supplémentaires, soit une croissance deux fois plus élevée que celle du secteur privé). En comparaison, l’ensemble du secteur privé enregistrait une baisse de 2,3 % des effectifs salariés. Les déclarations d’embauche dans les associations sont d’ailleurs restées dynamiques, contrairement à celles du secteur privé. En 2009, les associations représentent ainsi 8,7 % des établissements du secteur privé, soit 9,5 % des effectifs.

Cette même année, les associations ont continué de créer des emplois (+ 1,8 %) malgré la crise économique et la diminution du nombre de contrats aidés. 153 000 établissements associatifs ont employé 1,7 million de salariés et distribué 32 milliards d’euros de salaires, soit 6,8 % de l’assiette salariale globale. Cette meilleure résistance au retournement conjoncturel s’explique notamment par des activités moins dépendantes du cycle économique que dans d’autres secteurs concurrentiels.

Des salaires plus faibles

Le salaire moyen par tête (SMPT) s’établit à 1 600 € par mois dans les associations, inférieur de plus de 600 € au niveau moyen de l’ensemble du secteur privé. Cette différence s’explique notamment par les niveaux de qualification relativement faibles dans le secteur associatif, ainsi que par l’importance des emplois à temps partiel ou de courte durée (Insee, 2009) en particulier dans le secteur de l’aide à domicile (Acoss Stat n°92).

Le dispositif du chèque emploi associations (CEA), destiné à faciliter les embauches dans les petites associations a concerné près de 100 000 salariés en 2009, soit 13 % de plus qu’en 2008.

Si sept associations sur dix emploient au maximum cinq salariés, près de la moitié de l’emploi associatif est concentré dans les entreprises de plus de 100 salariés. Au niveau géographique, l’emploi associatif est davantage présent dans la moitié sud du territoire, et, plus généralement, dans les départements ruraux qui ont une importante population âgée.

Une dominante sociale

Près de 90 % des salariés du secteur privé de l’action sociale sans hébergement travaillent dans une structure associative et 75 % des salariés de l’hébergement médico-social relèvent des associations. C’est aussi le cas des deux tiers des salariés de l’enseignement du secteur privé. L’action sociale représente près de la moitié de l’emploi associatif. En 2009, les secteurs de l’action sociale, de l’hébergement médico-social, de l’enseignement et de la santé regroupent près de 69 % de l’effectif salarié des associations.

Le secteur de l’action sociale sans hébergement, qui représente en 2009 plus de 30 % de l’emploi associatif est notamment composé des associations d’aide à domicile et d’aide par le travail. L’hébergement médico-social concentre près d’un cinquième des effectifs salariés et de la masse salariale du secteur associatif. Les établissements de ce secteur sont constitués de structures relativement grandes ; elles emploient en moyenne 35 personnes. Le secteur de l’enseignement regroupe quant à lui 11,9 % des effectifs des associations. Les activités de la santé concernent 7,7 % des effectifs associatifs. Les établissements de ce secteur emploient 39 salariés en moyenne.

La culture en pointe

Le secteur associatif est aussi composé d’une mosaïque d’établissements du domaine sportif et culturel. Ces établissements représentent 30,2 % de l’ensemble du secteur associatif employeur. Néanmoins, il s’agit avant tout de petites structures (en moyenne 2,7 salariés) fondées principalement sur du bénévolat.

Les associations proposant des activités culturelles, ou récréatives et de loisirs, se sont également beaucoup développées au cours de la dernière décennie. Si elles ne représentent que 4,3 % des effectifs des associations en 2009, l’évolution de leur masse salariale sur les 11 dernières années est parmi les plus importantes observées dans le monde associatif (+ 80 %). Deux principaux facteurs ont pu contribuer à cette évolution. D’une part, la mise en œuvre de la réduction du temps de travail a permis aux salariés concernés d’augmenter leur temps consacré aux loisirs et à la culture. D’autre part, le départ en retraite des générations du baby-boom a induit une croissance des besoins dans ce domaine.

Article publié en collaboration avec place-publique.fr

D. Sabo
Le 27-06-2011
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz