Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


L’incroyable principe de la longue traîne…

Quel expert aurait pu assurer, il y a seulement 10 ans, que l’économie sur internet répondrait - en partie - à des lois totalement opposées à celles régissant les marchés « physiques » ? Aucun. Et pourtant, il en va bien ainsi. Introduction à la cour de Sa Majesté la Longue-Traîne…

YIN : Un site, une histoire : Amazon.com

C’est en 2005, pour expliquer le fonctionnement surprenant d’un des premiers géants du web, Amazon, que le terme de « longue traîne » fut inventé. Amazon, en effet, fut la première entreprise à succès à vendre en quantité considérable d’innombrables petits produits différents ne faisant généralement l’objet que d’une très faible demande. Et ce, au point de représenter collectivement une part de marché supérieure à celle des best-sellers. Particularité d’autant plus remarquable qu’elle était en contradiction absolue avec l’une des lois fondamentales régissant le commerce : la loi dite de Pareto qui indique que 20 % des ventes (produits vedettes ou gros clients) réalisent généralement 80 % du chiffre d’affaires.

Le temps passant, force fut de constater qu’Amazon ne constituait nullement l’exception et qu’en dehors de quelques créneaux spécifiques (luxe, commerces spécialisés, etc.), dès qu’un site marchand connaissait une audience suffisante, l’ubiquité du support conduisait à vérifier ce nouveau principe, dit « de la longue traîne » du fait de l’aspect étonnamment étiré que prenait la courbe des ventes les plus faibles avant de s’éteindre.

Les derniers seront les premiers

Ce sont donc bien, sur internet, les innombrables petits acheteurs éparpillés qui constituent le gros de la force d’achat. Mais comme ce n’étaient ni l’acte d’achat, ni les produits, ni les acheteurs eux-mêmes qui pouvaient avoir changé à ce point du seul fait de passer par internet, on en conclut que c’était la nature même du canal qui générait cette particularité et qu’en conséquence, le principe de la longue traîne s’appliquait à l’ensemble de l’économie (au sens le plus large) d’internet et pas uniquement au seul commerce.

Il en va donc ainsi, entre autres, de la fréquentation d’un site et également de la manière dont les internautes parviennent sur ce site. Un petit croquis valant mieux qu’un long discours…

Effet long tail - effet longue traîne

NB : la longue traîne s’étend en réalité beaucoup plus loin sur la droite.

En bleu : les mots clés les plus utilisés et « logiques » pour arriver sur un site. En rouge : tous les autres mots clés employés pour y parvenir. Côté e-commerce, on remplacera « Visites » par « Popularité », et « Mots clés » par « Produits ».

Ainsi donc, moins de la moitié des mots clés tapés dans les moteurs de recherche font partie du premier cercle « évident et logique » défini par un webmaster pour qualifier son site (mots dits « à fort trafic ») : « achat », « voiture », « occasion », « vente », « pas cher », « affaire », « auto »… par exemple pour un site de vente de voitures d’occasion. Tandis que la majorité des visiteurs arrivés sur ce site n’auront tapé aucun de ces mots, mais d’autres, des milliers d’autres dits à « faible trafic » et bien plus éloignés du sens premier, tels que : « crédit », « kilomètre », « volant », « contrôle technique », « métallisé », « beige », « velours »… Sachant qu’il existe en « bout de traîne », des milliers de mots clés qui n’ont été utilisés chacun qu’une seule fois !

Par extension, en faisant jouer à la fois le principe de la longue traîne (tous les clients, tous les produits, toutes les approches possibles), celui de l’économie d’échelle et du prix de groupe, internet permet à des entreprises de se créer sur un modèle économique complètement novateur.

Nous en reparlerons…

YANG : Internet & Utopie (le pourquoi du comment)

Les utopies ici manifestées sont celles d’un monde où la loi du plus fort (ou du plus nombreux) n’est pas toujours la meilleure et où chacun, avec ses particularités, existe et est accessible.

Ce sont ici les caractères ubiquitaire et omniscient d’internet qui permettent au modèle de la longue traîne de fonctionner. En autorisant la mise en relation de la totalité des clients potentiels (ubiquité) avec tous les contenus (omniscience), aussi peu connus soient-ils.

Dont acte.

Prochaine utopie visitée : Tous ensemble ! Ou les premiers pas de l’intelligence collective…

Jérôme Bourgine est l'auteur de "1991-2011 : internet a 20 ans et maintenant ?" aux éditions du Puits fleuri

Les chroniques d’Utopia par Jérôme Bourgine
Le 5-09-2011
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz