Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Schraag industries graphiques : imprimer le changement

Fanny Schraag
Lorsqu’en 2005, Fanny Schraag reprend l’imprimerie familiale, elle reprend au même moment une des préoccupations de son père : celle du respect de l’environnement. Le changement dans la continuité, avec une vraie envie d’innover, voilà qui résume bien le style de Fanny, incarnation de la troisième génération aux commandes de cette entreprise familiale enracinée dans le Territoire de Belfort.

Schraag industries graphiques, c’est quarante salariés, 4 M€ de CA et un métier qui intègre la totalité de la chaîne graphique : PAO (Presse Assistée par Ordinateur), prépresse, impression, façonnage (finition), stockage et routage. Et ce pour une gamme très large : des documents administratifs aux livres en passant par toute forme de documents d’entreprise, du rapport d’activité à la plaquette commerciale. Outre un savoir-faire reconnu, l’entreprise se démarque par une stratégie qui consiste à proposer une solution globale aux besoins d’édition et de communication de ses clients.

Fanny l’avoue elle-même. Quand on est une femme et que l’on prend la tête d’une telle entreprise, il faut s’intéresser à la technique. De formation commerciale et financière, Fanny sait que compte tenu des investissements machines, la vigilance est de mise. « Se plonger dans la technique est indispensable pour la prise de décision. Il faut savoir écouter les avis en interne, sans pour autant complètement y céder. On n’achète pas une nouvelle machine pour se faire plaisir. Il faut donc faire preuve de lucidité et privilégier une approche globale qui intègre le coût des machines, leur amortissement, et la rentabilité que l’on peut en tirer. On n’a pas le droit de se tromper dans ce domaine, compte tenu des sommes en jeu ».

Certification

Le bon sens. Voilà ce qui semble primer chez Fanny. Et également le concret. Dans sa gestion de l’entreprise tout comme dans la conception qu’elle se fait du développement durable. « L’entreprise étant pionnière en matière de respect de l’environnement, nous avons naturellement obtenu le label Imprim’vert. Nous n’avons pas fait d’efforts particuliers pour l’avoir, car ce qui nous était demandé dans le cadre de l’obtention de ce label, nous le faisions déjà depuis longtemps ».

Plus globalement, Fanny prend de la distance par rapport aux labels et certifications de toutes sortes. « Au label théorique, on préfère les actions concrètes ». Et s’interroge sur leur utilité, voire leur légitimité. « La grande majorité des imprimeurs achètent le même papier, mais pour pouvoir avoir le droit de posséder et d’apposer le logo PEFC, il faut être certifié et payer des auditeurs. La certification doit apporter quelque chose à l’entreprise, comme c’est le cas avec la qualité. Quand ce n’est pas le cas, je préfère m’abstenir ». Voilà qui est dit !

En avance en matière de respect de l’environnement, Schraag Industries Graphiques l’a été. Et elle l’est encore… sans doute pour longtemps. Avec la création, en 2007, d’un nouveau site qui rassemble toutes ses activités, Fanny a choisi d’innover en mettant en place un système de récupération des eaux de pluie pour alimenter en eau les sanitaires et réguler l’hygrométrie et la température des locaux. Trop élevées ou trop basses, la température ambiante et l’humidité de l’atelier peuvent en effet affecter le tirant de l’encre et son séchage, être la cause d’électricité statique, de bords de feuilles déformés ou ondulés, et d’arrachage du papier.

Eau de pluie

Et puis très vite, « comme une évidence », Fanny passe à la vitesse supérieure. Pourquoi ne pas profiter de ce système pour imprimer à l’eau de pluie ? Pour cela, il faut récupérer les eaux de pluie, les filtrer (enlever notamment les métaux lourds), les reminéraliser et les réinjecter dans le circuit. L’important est d’obtenir une eau stable (en termes de pH notamment) pour garantir la qualité des impressions. « La période de mise au point préalable a été cruciale. On est ici sur une chimie très fine. Un tel procédé mal maîtrisé pouvait nous causer des problèmes d’impression. Or, il est clair pour nous que tout ce que l’on fait sur le plan environnemental ne doit pas se faire au détriment de la qualité. Car ce que recherche au final le client, c’est la qualité ». Schraag Industries Graphiques est aujourd’hui la seule entreprise du secteur en France qui peut se prévaloir de mouiller ses encres à l’eau de pluie. Un logo a d’ailleurs été créé pour le signaler et communiquer sur cette pratique. Un peu comme si Schraag Industries Graphiques avait su inventer son propre label…


Lionel Meneghin
Le 24-10-2011
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz