Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Be o'Logic : des lunettes « végétales »

Luc Ménétrey
Luc Ménétrey quitte à 26 ans son emploi salarié pour créer son magasin d’optique dans la Vienne. Depuis, cette fièvre entrepreneuriale n’a fait qu’empirer, avec l’ouverture d’un deuxième, puis troisième magasin. Et ce n’est qu’un début…

Tous les magasins de Luc, réunis sous l’enseigne « L’opticien » et regroupant sept salariés, sont situés dans la Vienne, en secteur rural, dans des communes dont le nombre d’habitants est compris entre 1400 et 3500 (Vivonne, Rouillé et Usson-du-Poitou). Résolument positionné sur le haut-de-gamme, les magasins distribuent les lunettes de créateurs européens. « Je ne vends jamais la même paire de lunettes. Je peux éventuellement avoir dans un autre magasin un modèle semblable dans un autre coloris. Mais je ne vends jamais deux fois exactement la même paire de lunettes ». Une démarche qui tranche avec les grandes enseignes traditionnelles et leurs produits standards. « Ces magasins ne sont pas des concurrents. Nous sommes opticiens, pas marchand de lunettes. Nous ne faisons pas la même chose. Nous ne vendons pas les mêmes produits, ni à la même clientèle. Notre valeur ajoutée, c’est réellement la proximité ».

Biosourcé et recyclable

Indépendant, Luc adhère cependant à Alliance Optique, un groupement d’achat qui regroupe 1 800 adhérents en France et en Belgique. Ce groupement l’a beaucoup aidé à faire aboutir un projet qu’il avait depuis longtemps : créer sa propre paire de lunettes, sa propre collection. Après avoir consulté des fabricants jurassiens, il prend conscience du coût élevé – trop élevé pour lui – de son ambition. Mais ce n’est pas une raison pour l’abandonner. Et c’est au cours d’une visite d’entreprise dans le cadre d’une commission au CJD qu’adviendra la solution. Cette solution passera par l’innovation. Si le « look » de ses futures lunettes est important (les lunettes sont devenues un accessoire de mode), Luc souhaite innover également dans la composition du produit. C’est donc un produit biosourcé (issu d’une matière première d’origine 100 % végétale, provenant de ressources renouvelables) et recyclable qui, dans quelques mois, viendra étoffer les étals de Luc et de 15 % des magasins du réseau Alliance Optique.

Concernant la distribution de ses produits, Luc sait ce qu’il veut. « Je n’envisage pas d’ouvrir mon réseau de distributeur à tout le monde. D’ailleurs, la distribution des produits se fera grâce à un site internet auquel les distributeurs devront avoir accès ». L’internet, un outil déjà utilisé largement par Luc, puisque chez « L’opticien », on peut déjà choisir ses lunettes et lentilles en ligne. Internet ? « Un outil qui facilite la prise de contact, qui permet de pré-réserver ses lunettes ou lentilles ». Essentiel quand on tire sa valeur ajoutée de sa proximité avec le client.

Le bio, c’est logique

Concernant la fabrication de sa collection de lunettes innovantes, Luc en est aujourd’hui à la phase des prototypes. « J’ai monté ce projet seul, en collaboration avec une entreprise de Poitiers, Valagro, spécialisée dans la valorisation industrielle des agroressources. Nous avons mis au point la matière et travaillé à son injection. Puis il fallait adapter la matière à la lunetterie. Nous devions trouver un moule et le réseau Alliance Optique m’a bien aidé en cela. Aujourd’hui, les brevets sont déposés. Les tests (allergie, oxydation…) ont été passés avec succès. Les prototypes sont prêts ». Suivi par l’incubateur régional, Luc vient d’obtenirle premier prix du concours Créa'Vienne dans la catégorie « Innovation ». Une récompense qui vient couronner l’audace et l’avant-gardisme de cette nouvelle marque que Luc a baptisé «Be o'Logic ». « Comme pour faire comprendre que maintenant, le bio, c’est logique ».

La performance globale de l’entreprise est une préoccupation récurrente chez Luc, lui qui avoue « retravailler tous les trois ans à ma stratégie d’entreprise ». Réduire l’impact environnemental de ses produits, cela allait de soi pour Luc dans l’élaboration d’un produit innovant. Mais cette performance environnementale, Luc la conjugue à une performance sociétale. « Nous allons également travailler avec le centre pénitentiaire de Vivonne. Les détenus ont besoin de travailler et c’est la raison pour laquelle ce sont eux qui assureront la partie finition avant l’expédition des produits ». Nul doute que la performance économique sera également au rendez-vous. Car c’est elle qui viendra valider la pertinence de l’approche responsable et engagée de Luc.

Lionel Meneghin
Le 10-10-2011
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz