Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


L’aventure entrepreneuriale

Lettre d’un Président du CJD à un futur Jeune Dirigeant-entrepreneur

Jérôme,

Quand tu m'as demandé de te décrire ma vision de l'entrepreneuriat, j'ai immédiatement accepté pour deux raisons majeures.
La première, est liée à ma passion du sujet étant un moi-même entrepreneur depuis l’âge de dix-neuf ans et président de la plus ancienne instance patronale de France qui place l'économie au service de l’Homme et de la vie.
La deuxième raison est l'amitié que je te porte à toi, Jérôme, notre jeune lauréat du concours de la Performance Globale du Centre des Jeunes Dirigeants 2011 (CJD) qui te lance dans cette magnifique et audacieuse aventure citoyenne : l'entrepreneuriat. A travers toi, c'est aux jeunes que je m'adresse. Qu'est-ce donc aujourd'hui que cette nouvelle forme d'engagement qui va bien au-delà du monde de l'Entreprise ? Qui sont ces aventuriers d'un nouveau genre: les citoyens entrepreneurs responsables, et quelles sont les qualités nécessaires requises pour entreprendre lorsque l'on est, comme toi, soucieux de la performance globale de son entreprise, c'est à dire économique, mais aussi sociale, sociétale et environnementale ?

Avant de te lancer dans cette véritable « aventure citoyenne », il est essentiel que tu prennes conscience de l’importance pour un entrepreneur de devenir un acteur engagé au service des autres dans sa « cité ». L’entrepreneur porte des projets et prend des risques en entraînant avec lui d’autres compagnons qu’ils soient clients, salariés, fournisseurs, actionnaires etc. Dès lors, il ne peut pas se contenter de diriger et gérer « sa boîte », les yeux rivés sur son ROI (retour sur investissement, ndrl.). Désirer devenir un bon entrepreneur responsable implique d'accepter d'apprendre tout au long de sa vie sans se contenter d'un seul diplôme initial souvent acquis aux alentours de ses vingt ans. Car le métier d’entrepreneur ne s’apprend ni en théorie, ni en pratique, mais comme toute compétence, dans une alchimie magique entre savoirs, savoir faire et surtout de savoir être reposant sur d’authentiques valeurs humanistes comme celles qui unissent les Jeunes Dirigeants du CJD. Une remise en cause par la réflexion, la formation, l’expérimentation, le développement est indispensable tout comme comprendre que l’échec peut et doit être vécu comme une expérience enrichissante à valoriser. Si son entreprise est un moyen de se réaliser, l‘entrepreneur doit cependant garder à l'esprit que sa seule finalité n'est pas de gagner de l’argent, mais bien de créer de la richesse, faire du profit par la récompense de l’initiative et non par la seule association « capital / travail ».

Dorénavant, être entrepreneur implique qu'il faille sortir du dogme du bilan et changer le regard obsolète que l'on porte sur la performance de l’entreprise pour définir ainsi les nouveaux indicateurs de demain. Ces nouveaux indicateurs sont ceux du capital humain et du capital immatériel appelé “Goodwill”. Une qualité essentielle à tout entrepreneur repose sur la vision et la connaissance de la macro et microéconomique de son environnement. Appréhender le monde, ses mécanismes géopolitiques et géostratégiques est une nécessité absolue afin d’agir en toute sérénité à l’échelle locale. Le fameux slogan du CJD : « penser global et agir local » - ou inversement.
Au CJD, nous aimons aussi rappeler qu'un bon entrepreneur responsable a « les pieds dans la glaise et la tête dans les étoiles », qu'il se préoccupe de toutes les parties prenantes de son entreprise ainsi que des ressources planétaires avec le souci de la biodiversité et de la sauvegarde des écosystèmes. L'entrepreneur responsable cherche et explore de nouveaux modèles économiques vertueux comme l'économie de fonctionnalité ou l'économie circulaire. Il est capable de changer de paradigme et de comprendre que la finance n’est utile qu’au service de l'intérêt général, car les Entrepreneurs de ce nouveau monde militent pour une société solidaire.

Enfin, je voudrais ajouter qu'être entrepreneur signifie être libre.
Cette liberté est le plus beau cadeau que nous puissions proposer à nos jeunes pour sortir du « c’est la faute de l’autre, de l'État, du système, de nos parents, de nos frères etsœurs, de nos voisins... », comprendre qu’être libre c’est avant tout être entrepreneur de sa vie.
Alors, Jérôme, bienvenue dans la grande famille des Entrepreneurs créateurs de richesses pour les Hommes et par les Hommes au service de la vie.


Michel Meunier
Le 20-02-2012
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
2 commentaires
Voir les commentaires
Powered by Walabiz