Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Expansio : valeurs ajoutées

Sophie Guichard
On connaissait les chômeurs qui, contre la fatalité, cherchent à échapper à leur sort par la création d’entreprise. On connaissait également les salariés qui, épris de liberté, s’engageaient sur ce même chemin, aussi ardu soit-il. On connaît moins en revanche ceux qui deviennent entrepreneurs parce qu’ils ne se reconnaissent pas dans les valeurs de leur employeur. C’est pourtant le cas de Sophie Guichard, qui avec son associé de mari, Fabrice Bénoliel, a créé son entreprise de conseil à Toulouse.

Après des études de droit, Sophie rejoint, avec son mari, une entreprise de conseil en financement public en Rhône-Alpes. Une expérience qu’elle juge passionnante, à travers la découverte de métiers et de projets tous aussi différents et riches les uns que les autres. Ce premier job lui permet de toucher aux arcanes de la stratégie des PME. Combien de jeunes diplômés aimeraient aussi rapidement accéder à ce niveau de responsabilités ? Seul bémol : la direction de l’entreprise ne leur convient pas. « Nous n’aimions pas la méthode avec laquelle notre entreprise traitait leurs parties prenantes. Faire du cash au détriment de la prestation, cela nous pesait, d’autant plus quand on parle de financements publics et des conséquences possibles sur les entreprises qui en bénéficient ». L’aventure s’arrête alors à la case démission.

Les atouts de Toulouse

Pour reprendre quelques semaines plus tard, en juin 2008, avec mille euros en poche, dans une ville qui leur est complètement inconnue : Toulouse. Lui bordelais, elle originaire du Lot-et-Garonne, choisissent ainsi de s’installer dans cette ville qu’ils considèrent comme un poumon économique négligé par les entreprises de conseil. De belles entreprises dans l’agroalimentaire et l’aéronautique y sont présentes. Une métropole à mi-distance de ces deux autres grandes métropoles que sont Montpellier et Bordeaux. Toulouse a des atouts.

Bref, un choix et une position stratégiques pour Expansio, jeune entreprise « créée autour de pas mal d’idéaux » ! Parmi lesquels rendre le conseil accessible à la PME. « La vision du conseil doit être valorisée. Le financement doit aller à l’entreprise, pas au consultant. Nous voulions développer une prestation claire et transparente ».Mais les débuts sont laborieux. « A 27 ans, difficile de vendre du conseil ». Leurs prospects les renvoient volontiers à leur âge. « Mais nous étions sûrs de nos compétences ». Le premier client arrive au bout de sept longs mois. « Je ne sais pas prospecter ; il faut donc nouer des partenariats, et des relations contractuelles d’apporteur d’affaires ». Avec Cohesium, groupe qui accompagne les entreprises à l’international, Expansio s’adosse à un partenaire solide pour développer, en parfaite complémentarité, ses prestations de conseil en financement public. C’est le démarrage tant attendu. Mais en 2010, à cause d’une croissance mal maîtrisée, Cohesium met la clef sous la porte.

Sécurité et pérennité

Au même moment, par hasard, Sophie découvre le CJD par le biais d’un rapport qui concerne le redéploiement des aides publiques. Un document que Sophie apprécie en experte. Adhérer au CJD, c’est aussi pour elle l’opportunité de retravailler et de ré-asseoir sa stratégie d’entreprise, à un moment où Expansio en a réellement besoin. Aujourd’hui, Expansio continue sa mission de conseil. L’entreprise agit comme le fil d’Ariane qui permet aux PME de se retrouver dans le dédale des aides publiques à l’export. Le conseil en amont et l’accompagnement en aval pour proposer une solution globale synonyme de simplicité.

Malgré la faillite de leur partenaire, Expansio se développe chaque année davantage. Aujourd’hui, l’idée est de proposer aux PME des responsables export à temps partagé. « Des PME peuvent avoir un besoin en la matière, sans pour autant avoir la possibilité de recruter un temps plein pour combler ce besoin. Beaucoup d’entreprises sont à l’export de façon complètement opportuniste, une situation dangereuse, il est nécessaire qu’elles consolident leur fonction export ». Et c’est aujourd’hui la mission d’Expansio que d’apporter assise, sécurité et pérennité aux entreprises à l’international. Peut-être dans quelques années, sous la forme d’un groupement d’employeurs ?

Impliquée dans l’association Adour Compétitivité, dont la mission est d’améliorer la performance des PME du Sud-ouest par le transfert de savoir-faire et de compétences immatérielles, Sophie demeure attachée à l’idée de changer l’utilisation du conseil aux entreprises. Au CJD Midi-Pyrénées, elle s’occupe des questions internationales. Une cohérence dans les engagements et les valeurs qui permettront à son entreprise de continuer sereinement son développement. D’ailleurs, Sophie et Fabrice songent aujourd’hui à recruter…

EXPANSIO

CA 2011 : 130 000 €

2 associés

Lionel Meneghin
Le 5-03-2012
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz