Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


« L’immigration est une chance »

Antoine Sfeir
Entretien avec Antoine Sfeir, journaliste et directeur des Cahiers de l’Orient.

Dirigeant : Est-ce que l’on parle bien de l’immigration en France ?

Antoine Sfeir : On en parle différemment selon les familles politiques, mais nous manquons sur ce thème de consensus national. On entend tellement de bêtises et de contre-sens à ce sujet. Tout d’abord, l’immigration n’est pas linéaire ni uniforme. Nous avons besoin d’une immigration non qualifiée, provenant en majorité d’anciennes colonies françaises, et d’une immigration d’excellence, ouverte aux jeunes diplômés. Malgré la crise, ces personnes veulent encore venir chez nous. Outre le fait que nous ne pouvons pas fermer nos frontières, il y a du travail ici pour eux. Nous ne savons pas gérer la globalisation économique et financière et surtout nous ne n’avons pas voulu d’une globalisation citoyenne, celle des peuples.

D. : Que pensez-vous de l’expression « immigration choisie » ?

A.S. : Elle me dérange, car elle sous-tend que l’on prend les « meilleurs » et on jette les autres. Un étudiant américain n’aura aucun problème pour venir passer un diplôme en France, ce qui ne sera pas le cas d’un étudiant venant du Sud.

D. : L’immigration est-elle une chance pour notre pays ?

A.S. : Oui, c’est une chance. Ce qui pose problème, ce n’est pas l’immigration, c’est l’application des lois de la République. Il faut lutter contre toutes les formes de ségrégation. Car, nous avons besoin d’immigration pour faire tourner l’économie mais aussi pour améliorer la qualité de la société. Comme disait Saint-Exupéry, « ta différence m’enrichit ». Il y a eu en France confusion entre intégration – impliquant la sauvegarde de ses racines – et assimilation, synonyme d’appauvrissement. La France n’est plus une terre d’asile, ni le pays des droits de l’homme. Elle est devenue viscéralement individualiste, repliée sur elle-même. Pour retrouver une vision commune, une réflexion de grande ampleur est à mener. La campagne électorale n’en sera malheureusement pas l’occasion.


Cet article est paru dans le numéro 97 du magazine Jeune Dirigeant.

propos recueillis par Anne Dhoquois
Le 20-08-2012
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz