Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Pour aller plus loin, il faut aller plus près !

Gontran Lejeune
Elu pour un mandat de deux ans à la tête du CJD International, le nouveau président trace sa vision de l'entrepreneuriat et de l'ambition qu'il souhaite porter durant sa mandature pour cette toute jeune institution internationale issue du plus ancien mouvement patronal de France.

Plus de 74 ans se sont passés depuis la création du CJD en France. Aujourd’hui le CJD International aborde sa 3e année, en tant qu’entité associative indépendante, avec une présence dans 12 pays et plus de 20 représentations dans le monde. Je ne peux m’empêcher de penser en abordant cette présidence à la naissance même du CJD en mai 1938.

En quoi les choses ont-elles bougé depuis ?

Le premier grand changement est que la perception et la compréhension de la réalité de notre environnement, sont aujourd’hui considérablement mises à mal par la complexité du monde économique et la puissance des outils économiques et financiers. De ce fait, le bon sens ne suffit plus et il devient pratiquement impossible d’agir dans son petit pré carré, indépendamment des autres. Nous savons tous que l’efficacité est bonne au plan économique, mais ce n’est pas forcément toujours bon pour l’homme. L’homme semble comme dépassé par la puissance des moyens qu’il a mis en œuvre et qu’ils échappent à sa compréhension et donc à ses prévisions.

Le deuxième changement porte sur les règles du jeu qui ne sont aujourd’hui plus respectées, chaque pays, chaque entreprise semblant posséder les siennes propres. Plus le monde s’ouvre et communique et plus les règles du jeu apparaissent différentes, au point qu’il est difficile de savoir qui en décide. Ainsi le « bien commun » semble devenir une notion de plus en plus étrangère à chacun alors que tout le monde en parle. Que puis-je faire contre la fonte des glaciers ?

Des incidences multiples

Bien entendu, il y a d’autres changements, mais les incidences majeures de ces deux changements sont multiples. Aujourd’hui, la fragilité du contexte économique fait peser de lourds soupçons sur l’authenticité de l’engagement d’un dirigeant d’entreprise (ou politique d’ailleurs) ; que peut-il promettre et pour quelle durée ? Sur l’aspect respect des personnes là aussi les choses changent, difficile par exemple de parler qualité du métier quand « on n’a pas le temps, on n’a pas les moyens, on n’a pas le choix ». Le facteur économique a pris le pas sur le souci de l’appréhension qualitative d’un métier dans lequel la personne aurait dû s’épanouir ; on échange maintenant un salaire contre des procédures exécutées. Nous voici très loin de nos modèles artisanaux et industriels ; l’identification des métiers devient de moins en moins simple, car plus immatériels et plus complexes. C’est la consommation qui domine, toujours plus pour « relancer » l’économie !

Ce qui m’étonne c’est la solution que nous tentons désespérément d’apporter à ces changements au travers la constitution d’organismes mondiaux et de plus en plus puissants et qui aspirent à une gouvernance mondiale. Certes il y a une utilité en la matière, mais ne va t-on pas trop loin ? Ne risquons nous pas une espèce d’uniformisation du monde qui de fait consisterait à nier l’unicité de chacun ?

« Relocaliser » notre pensée pour agir ici et maintenant

Mais quid du CJD International alors ? N’est-ce pas cette même volonté d’homogénéisation des dirigeants ?

Et bien non ! Non, parce que dès sa création le CJD avait déjà compris que sa richesse viendrait justement de la proximité, des échanges, de la meilleure compréhension du métier de dirigeant, de l’exemplarité et que seul compte l’engagement :

« Les solutions sont confuses encore. Qu’importe ! Déjà la lumière apparaît, car les mains se serrent, l’engagement est pris : engagement d’aller ensemble vers le même but. Seul subsiste un ardent désir d’action, le besoin de créer, pas à pas, un avenir meilleur.» Jean Mersch 1938.

C’est bien cette vision qui m’anime, contribuer à ce chaque CJD national puisse se développer avec son identité propre, sa culture, ses problématiques propres et porter ensemble le même message : ce besoin de créer un avenir meilleur et de mettre l’économie au service de l’homme. C’est par l’engagement et l’exemplarité que nous sommes crédibles, pas dans les beaux discours. Il n’y a pas une réponse unique à l’économique mais plusieurs modèles dont justement nous avons à nous enrichir, « ne pas s’attacher à des formules périmées, mais au contraire d’être à l’extrême pointe de cette évolution, d’en pressentir le cours et de l’entraîner quand il le faut. Le jeune patron est naturellement révolutionnaire».

Concrètement, avec le Bureau International, nouvellement constitué, je m’attacherai pour chaque pays à faire émerger des formations spécifiques, à renforcer les fondamentaux que constituent le CJD et à favoriser nos échanges.

Il y a quelque temps, on disait qu’il fallait « penser global et agir local ». Inondés par les informations venues de toute la planète, nous nous sommes mis, de fait, à penser global. Mais nous avons peut-être un peu oublié le deuxième terme de la proposition. Aujourd’hui, nous n’avons plus besoin de chercher à penser global, car cela nous est devenu naturel : le monde dans son ensemble nous est omniprésent. Il convient plutôt de « relocaliser » notre pensée pour agir ici et maintenant. Le changement ne viendra pas d’en haut ou d’ailleurs, mais de la base, au CJD nous le savons bien et l’expérimentons chaque jour. Il s’étendra de proche en proche par les entrelacs de nos actions collectives, par les réseaux, virtuels ou réels, auxquels nous appartenons, en raison de nos interdépendances.

Nous pouvons tous être les acteurs du changement auxquels nous aspirons et nous construire ensemble de nouveaux repères dans ce monde qui n’en finit pas de vibrer !

Gontran Lejeune
Le 20-09-2012
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz