Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Sacrés vœux !

Gâteau de Voeux, réalisation Sandrine Weber, responsable de la com opérationnelle au CJD
Qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les vœux ? Cette petite question lancinante hante les couloirs de l’entreprise de septembre à janvier. Carte papier, e-card, SMS, réseau social, quel que soit le support, la tradition d’envoyer ses souhaits à l’occasion de la nouvelle année demeure un exercice incontournable, délicat et parfois redouté. Petite foire aux questions pour ne pas tomber dans la corvée !

Que ce soit pour « réseauter » et rappeler son existence, pour se réconcilier après un conflit ou pour apporter un peu de chaleur dans une relation de travail, les vœux sont le meilleur moyen pour établir, maintenir ou reprendre le contact avec ses partenaires, ses clients ou ses pairs. Mais gare à l’envoi de masse ! Un message standardisé et envoyé à tout son carnet d’adresses est une perte de temps et d’argent. Pour être efficaces, les vœux doivent être transmis aux personnes avec qui on est en contact direct. N’hésitez donc pas à organiser une petite réunion de coordination à l’intérieur de l’entreprise et profitez-en pour mettre à jour vos contacts !

Quel message ?

Pour reprendre le slogan d’un célèbre magazine, il faut allier le poids des mots au choc des photos. Les concours de la carte la plus originale ou la plus ringarde sont légions et le choix du visuel peut déchainer les passions. Comment trancher ? La charte graphique et les valeurs de l’entreprise demeurent l’assurance contre l’échec et permettent d’asseoir la marque. Le recours aux cartes de vœux associatives doit traduire un engagement réel de l’entreprise. Il ne sert à rien de « s’acheter » une vertu par facilité et opportunisme : le retour à l’expéditeur peut être désastreux.

Quant au texte, sortez vos dictionnaires ! C’est le moment de faire preuve de sensibilité, de chaleur et de finesse. Choisissez le souhait-clé que vous voulez offrir (succès, épanouissement, sérénité…) et accompagnez-le de synonymes « riches ». Mieux vaut « espérer une année florissante » que « souhaiter une heureuse année ». De même, on ne « remercie » pas de vœux envoyés, mais on « est touché, reconnaissant, flatté ».

Enfin, n’oubliez surtout pas de laisser un espace vierge permettant à chacun d’ajouter un message personnalisé.

Quel support ?

Personnalisation d’un écrit sur un support papier ou innovation et animation grâce aux nouvelles technologies ? Si l’e-card apparait plus durable, plus rapide et moins chère, elle est également beaucoup plus impersonnelle et, si votre message surmonte les barrières anti-spam, il faudra encore qu’il résiste à la touche "Supprimer" tant il risque d’être noyé au milieu de l’océan des courriels. La carte papier offre l’avantage indéniable de la personnalisation du message mais également la possibilité d’une signature collective ; ces atouts sont contrebalancés par son coût qui doit être replacé dans un cadre global de développement et de communication.

La carte de vœux offre à l’entreprise un espace de communication, prospection, fidélisation et fait circuler sa marque auprès de ses parties prenantes. C’est cet objectif qui doit guider le choix du support et il peut être intéressant de ne pas trancher et profiter des avantages des deux médias.

Quand ?

De J-45 avant le 1er janvier pour bâtir le rétroplanning du projet au 15 janvier pour les derniers envois, voici la période durant laquelle vous devez agir. Si la coutume française veut qu’il soit de mauvais goût de formuler des souhaits de bonne année avant le 1er janvier, les pays anglo-saxons sont adeptes des « christmas cards » qui, envoyées durant la période de l’Avent, ont pour fonction de souhaiter un Joyeux Noël et une bonne année par la même occasion. Il vous fait donc adapter votre envoi à la culture du destinataire.

Et en interne ?

Les vœux de début d’année favorisent les échanges et permettent de valoriser le travail. Ce temps de convivialité offre une parenthèse, un temps interne dédié aux équipes. Au CJD, les collaborateurs ont la chance de profiter des talents et de la créativité d’une personne de l’équipe d’accompagnement qui leur offre tous les ans une maison en pain d’épices hors normes ; la photo accompagnant cet article montre le château réalisé cette année ! Les vœux sont donc également des révélateurs de talents !

Les vœux représentent une tradition diversement respectée selon les entreprises alors qu’ils devraient symboliser un temps de coordination, d’échanges et de valorisation. N’en faites pas l’économie. Il vaut mieux se louper que ne rien faire car personne n’est à l’abri d’un succès !

Nathalie Garroux
Le 9-01-2013
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
1 commentaire
Voir les commentaires
Powered by Walabiz