Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


On ne vit que deux fois

Nicolas Chabert
Nicolas Chabert avoue lui-même ne pas correspondre à l’idée que l’opinion se fait du marseillais. Derrière un accent inimitable se cache quelqu’un de plutôt réservé de prime abord, à mille lieues de l’image du méridional gouailleur et superficiel. Marseillais, Nicolas l’est indéniablement d'abord par ses origines familiales. Et pourtant, il se dit plus « attiré par des éléments comportementaux venus d’ailleurs ». Au point même d’avoir épousé une lilloise !

Son goût pour le commerce, Nicolas l’a développé en skippant des bateaux. « Skipper nécessite une grosse part de relationnel ». Il avait alors vingt ans et était engagé dans un cursus à l’ESC Marseille. Une fois son diplôme obtenu, il rejoint en 1997 le secteur bancaire. Une expérience de courte durée : l’aspect routinier du métier l’amène rapidement à démissionner. Un an plus tard, il crée sa première entreprise, spécialisée dans la création de site internet. L’entreprise croît rapidement et compte jusqu’à 10 collaborateurs.

En 2001, avant que la bulle de l’Internet n’éclate, Nicolas revend l’entreprise au groupe Himalaya, coté au second marché. Le voilà donc virtuellement millionnaire… car millionnaire en stock-options. Il accompagne la vente pendant deux ans et demi. Cet épisode, Nicolas le vit comme un échec. « Je manquais de vision à long terme et je doutais de ma capacité à faire grandir l’entreprise. J’étais essoufflé; je n’avais pas le courage de passer au cran du dessus. Une boîte, c’est essentiellement des relations humaines et j’avais oublié à quel point il fallait être attentif à cela ».

SECONDE CHANCE

C’est au moment de cette cession que Nicolas découvre le CJD. « Je découvre le contact avec de vrais entrepreneurs ». C’est-à-dire avec des patrons dont il se sent faire partie. « Des gens attachant et ouverts, confrontés aux mêmes problématiques que moi, mais avec la volonté de les surmonter ». En 2003, le groupe Himalaya dépose le bilan. La montagne s’effondre. Et les stock-options avec elle. Nicolas n’est alors réellement plus millionnaire.

En 2005 naît de nouveau chez Nicolas la volonté de recréer une entreprise. Il se donne une seconde chance. Ce sera Perfeo, une agence digitale spécialisée dans la communication des marques sur internet. Pendant 5 ans, l’agence se développe au travers d’activités très opérationnelles liées à la génération de trafic sur les sites Internet (référencement, liens sponsorisés, e-mailing, affiliation, display…). Mais c’est en 2010 que Perfeo prend un tournant stratégique décisif et va se différencier de ses confrères. L’agence « créatrice de solution digitale » est née de l’arrivée de nouvelle compétence humaine importante, et notamment l’arrivée comme Associé d’Olivier Brière, ex-directeur général de Publicis Soleil. L’agence digitale se met alors au service des marques. « Le métier de la communication a radicalement changé ces dernières années. Les clients ne paient plus des fortunes pour un simple concept publicitaire. Il faut maintenant combiner à la fois des compétences graphiques, rédactionnelles et techniques. Plus personne n’a la science infuse ; tout n’est qu’une question d’orchestration des moyens et des personnes. Un dossier aujourd’hui est le cumul de plusieurs compétences complémentaires. Chez Perfeo, nous nous efforçons ainsi de réaliser ces services au juste prix en écoutant nos clients ».

Aujourd’hui, l’entreprise compte 18 collaborateurs et une filiale en Tunisie. Elle compte également de belles références. Comme le Crédit Agricole Assurance. « Une banque peut aussi faire de l’assurance. Nous travaillons avec eux pour accroitre la notoriété de leur professionnalisme sur ce métier ». Ou encore les sous-vêtements HOM. « Nous avons travaillé leur positionnement sur la toile, recréé leur site corporate et mis en place leur dernière campagne publicitaire avec les nageurs Camille Lacourt, Florent Manaudou et Frédérick Bousquet ». Soigner son e-réputation ne s’improvise pas. « La marque ne maitrise plus son image ; les messages ne sont plus descendants mais ascendants. Une marque performante est une marque dont la publicité est faite par les autres ».

Mais la plus belle réussite est sans doute d’avoir construit une entreprise où il fait bon vivre, où le savoir de chacun est reconnu par tous, où la confiance entre les collaborateurs est totale. « Les phénomènes d’interdépendances sur chaque dossier fait que chacun se sent indispensable dans une performance d’équipe. Et quand on est reconnu dans son action, on est dans un profond bien être ».

LIBRE ET SEREIN

Autre tournant, celui-ci dans le comportement de Nicolas. « J’ai créé l’agence avec une vision plus orientée sur l’humain ». Perfeo se veut ainsi une mosaïque de talents, composée de salariés venant d’horizons différents. Cette évolution, Nicolas la doit au CJD. « J’y suis entré en 2001 et j'ai découvert, dans ce mouvement, l’importance de l'échange et de l’ouverture sur les autres. Moi, qui ne côtoyais pas d’entrepreneurs auparavant ». Nicolas vit deux années de découverte du mouvement, où il "consomme" plus qu’il ne s’implique. Et puis, c’est la révélation, avec l’animation d’une commission en 2003 sur la création et la reprise d’entreprise, puis l’organisation, un an plus tard, d’une pièce de théâtre. Quinze Jeunes Dirigeants se produisent alors devant 1500 spectateurs ! « Chaque étape au CJD est formatrice ». Aujourd’hui, Nicolas vit sa seconde vie d’entrepreneur plus librement et sereinement.

Animateur des stages du parcours au sein du CJD, président de la section de Marseille de 2010 à 2012, Nicolas a rejoint l’année dernière le Bureau National du CJD. « Je suis rentré au CJD en étant en recherche de quelque chose d'indéfinissable, j’y ai découvert des amis, et j’ai pris des risques. Mon énergie, je la trouve parce que le CJD m’a construit en tant qu’entrepreneur »

Lionel Meneghin
Le 25-04-2013
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz