Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Au plus près de la ruralité

Christophe et Richard Batardière devant une tondeuse à gazon SOLITECH
Près de Cholet, Christophe et Richard Batardière viennent de prendre les rênes du groupe familial. Retour sur le parcours de Christophe, adhérent du CJD et focus sur l’histoire de l’entreprise. Et premier bilan à chaud de cette reprise.

Christophe Batardière est un jeune dirigeant. Jeune dirigeant, parce qu’il a repris l’entreprise familiale avec son frère Richard depuis janvier 2013. Christophe se prédestinait à cela. « J’ai toujours veillé à ce que dans mes études, ce que je faisais ou apprenais ait une utilité pour plus tard, dans l’entreprise ». Même si celui-ci sait depuis toujours qu’il intègrera, un jour, l’entreprise familiale. L’ingénieur en génie civil, après un MBA CAAE (administration des entreprises), fait ses premières armes en Belgique dans une société de conseil en technologie dans le cadre du volontariat international en entreprise. Il décroche un CDI.

Le 10 septembre 2001, Christophe, bien inspiré donne sa démission. Il le regrettera dès le lendemain vers 15 heures, quand deux avions viennent percuter deux tours du côté de New York. Mais Christophe rebondit rapidement et rejoint, pendant 5 ans, le groupe Dassault Systèmes en tant qu’ingénieur avant-vente pour des logiciels de dessin en trois dimensions. « C’est extrêmement riche de travailler dans ce type de grosses structures, mais le côté entreprenariat me manquait ».

PRECURSEUR

Coup de chance : l’entreprise familiale lui fait de l’œil. « Est arrivé le moment où mon expérience internationale et technique a collé avec les besoins du moment de l’entreprise ». Eté 2007, c’est la création de SOLITECH qui importe et fabrique du matériel dans les domaines de l’outillage, du jardinage et de l’agriculture. L’entreprise se lie au groupe familial. « Mon grand-père était concessionnaire de machines agricole. Mon père avait le choix : soit rejoindre la grande distribution, soit reprendre l’entreprise familiale. Par souci de liberté, il s’est dirigé dans cette seconde voie ».

Cette entreprise de 12 salariés à la fin des années 70, Claude, le père de Christophe et Richard la développera considérablement en la réorientant vers d’autres marchés. « Il y avait de moins en moins d’agriculteurs. C’est alors qu’avec un ami, mon père a pensé à distribuer des produits complémentaires pour les agriculteurs (matériaux, bricolage, jardinage, motoculture, vêtements et libre-service agricole). Dans les année 80, l’enseigne ESPACE EMERAUDE est née ».

90 POINTS DE VENTE

Cette enseigne est proposée à d’autres concessionnaires précurseurs. Elle se développe fortement sous forme de franchise. Plus d’adhérents, plus d’activités. Aujourd’hui, ESPACE EMERAUDE, c’est 90 points de vente en France, un chiffre d’affaires annuel de 295 millions d’euros et plus de 1500 collaborateurs au total. « Nous possédons 12 magasins en propre, essentiellement répartis dans le Grand Ouest du pays. Le premier magasin a été ouvert à Saint-Léger-sous-Cholet. Nous comptons aujourd’hui environ 500 salariés ».

Depuis 2007 et qu’il sait qu’il dirigera un jour l’entreprise familiale, Christophe « navigue dans le groupe » sur différents poste. Cette première année de reprise s’annonce dans une conjoncture difficile mais le groupe est doté de bons outils et de bonnes équipes. « J’ai plein d’idées en tête en termes d’organisation et de commercial ».

PROGRESSION

Des idées piochées notamment au CJD, auquel Christophe est adhérent depuis 2009. « Je suis toujours en apprentissage. Aujourd’hui, je découvre une autre dimension du CJD au travers du réseau national et international. Je suis les travaux du CJD. Je trouve qu’en tant de dirigeant, je passe beaucoup de temps à me battre contre l’administration plutôt que de penser concurrence et marchés. Comment cette tendance peut-elle s’inverser ? ».

Au travers de l’outil de commission START, Christophe a pu structurer l’entreprise, identifier ses valeurs et manager en conséquence. Amour du monde rural, pragmatisme, énergie, solidarité, simplicité et convivialité, telles sont les valeurs qui guident le groupe aujourd’hui. Richard et Christophe ont également su s’entourer en interne. « Notre directeur général, Vincent Girard, nous a rejoint il y a trois ans. Grâce à son expérience dans des enseignes de renom, celui-ci nous accompagne dans la transmission d’entreprise et fait passer l’entreprise du statut de gros quincailler à une enseigne de grande distribution. Nous sommes vraiment un trio : chacun a son rôle, ses idées et son tempérament ». Le début d’une vraie success story ?

Lionel Meneghin
Le 13-05-2013
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
1 commentaire
Voir les commentaires
Powered by Walabiz