Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


DESTROY WHAT DESTROYS YOU

François Ghys, créateur de la société AKT Jewels
Après une carrière de cadre dirigeant à la Poste, François Ghys, entrepreneur et membre du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) à Annecy, a franchi le pas de la création d’entreprises. Son engagement au CJD lui a donné le courage d’allier passion et profession. Il prépare le lancement d’AKT Jewels, une ligne de bijoux à base d’armes recyclées. Premiers pas d’un petit bijou entrepreneurial.

Un des outils phares du CJD est la commission miroir où chaque participant présente son entreprise et son parcours et bénéficie du retour constructif et bienveillant de ses pairs. Lors de cette réunion, François Ghys a parlé de sa passion pour les beaux objets, leur noblesse, leur symbolique. François se rappelle : « Durant cette commission, j’ai fait de très belles rencontres et les JD m’ont transmis leur soutien et leur confiance en ma capacité de mener à bien un projet entrepreneurial ; bref, l’énergie qu’il me fallait pour passer du rêve à la réalité. Ça a clairement été pour moi le déclencheur.»

Après réflexion et études de marché, François opte pour le bijou. Pourquoi ? « Le bijou est un objet intime ; il souligne la personnalité des gens. Par ailleurs, économiquement, il offre un potentiel de réussite fort et de faibles contraintes logistiques » explique François. Une fois le bijou choisi, François souhaitait que ces objets véhiculent une histoire, des valeurs. Il voulait qu’en les portant, les gens expriment des valeurs de paix. Parallèlement, François était attiré par l’idée d’utiliser un matériau sans noblesse et de le sublimer.

« C’est ce cheminement qui m’a donné l’idée de prendre des symboles de haine et de les transformer en symbole de beauté ; de prendre des outils de destruction et d’en faire des armes de séduction. », explique-t-il.

La maturation du projet va prendre près de 3 ans. Trois ans à se renseigner, chercher, benchmarker, et découvrir la Fondation Suisse pour le Déminage. Cette ONG,créée en 1997 à Genève, indépendante de toute religion, idéologie ou nationalité, travaille avec le soutien de l’ONU à la collecte et la destruction d’armes.

De plus, cela rassemble toutes les valeurs qu’il souhaitait intégrer dans son projet de création d’entreprises, et donc sa nouvelle vie professionnelle, mais également dans la concrétisation commerciale de celui-ci. François insiste d’ailleurs sur sa volonté que « le bijou soit acheté à la fois pour sa qualité, son design affirmé que pour les valeurs qu’il exprime. »

La performance globale en écrin

Le projet AKT Jewels est l’archétype d’une entreprise à dimension Performance globale. Une dimension sociétale tout d’abord en participant à la destruction d’armes et en reversant2% du chiffre d’affaires à des ONG combattant la violence. Une dimension développement durable puisque tous les bijoux sont fabriqués en métal recyclé. Enfin, une dimension économique avec un métal élaboré en France et des bijoux fabriqués en Ardèche dans une zone économiquement fragile. Sans oublier le nom même du projet qui exprime l’idée d’action et d’engagement !

Un coup de cœur en financement

Lorsqu’on parle financement, François semble encore émerveillé de l’accueil qu’il a reçu de la part des JD du CJD Annecy. « Les premiers investisseurs sont des JD. L’un m’a dit qu’il accrochait complètement avec les valeurs de ce projet. Une autre que des gens l’avaient aidée à ses débuts et qu’à son tour, elle était prête à m’accompagner dans l’aventure. J’ai bénéficié d’un formidable élan d’enthousiasme au sein de la section et tous les JD m’ont transmis des astuces, de l’énergie, du feedback. C’est magique ! »

Dans tous les cas, et comme toujours au CJD, tout le monde est gagnant puisque le dirigeant de l’agence de communication qui accompagne François a décidé de rejoindre le Mouvement !

Décalé, éthique, créatif, ce projet déclenche des coups de cœur auprès de tous les acteurs que François approche. Ainsi est née l’idée de faire appel au crowdfunding (ou finance participative) pour assurer compléter la levée de fonds. Cette relation financière basée sur d’autres critères que la recherche unique de profit correspond tout à fait à l’esprit du projet. « Les internautes peuvent donner entre 10 et 1000 € et recevoir nos premières pièces en contrepartie. Au-delà du montant versé, ce qui nous est utile c’est également qu’ils diffusent l’information le plus largement possible autour d’eux ».

Une vidéo et un blog viendront soutenir cette démarche.

D’ailleurs, si vous êtes vous-mêmes séduits, vous pouvez cliquer sur ce lien :https://www.facebook.com/pages/AKT-jewels/395317147260647.

Comme le dit François, « ce projet, c’est le CJD où on échange entre entrepreneurs et où on s’aperçoit que c’est par l’énergie collective qu’une simple idée peut se façonner et prendre corps ». On y retrouve d’ailleurs toutes les dimensions de la performance globale. Nous lui souhaitons beaucoup de réussite et une longévité au moins égale à celle du CJD
Nathalie Garroux
Le 21-10-2013
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz