Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


SocialGoodWeek : montez dans le train du changement !

social.jpg

Un site, une histoire : Socialgoodweek.com

« C’est l’histoire d’un mec… » qui après avoir fait Polytechnique et HEC (master d’entrepreneuriat), commence à travailler comme consultant dans un cabinet de conseil du Top 3 qui le paye royalement et, au bout de quinze jours, se demande ce qu’il fait là ? Va-t-il vraiment passer toute sa vie à faire « ça » ? Alors, il lâche tout pour créer une start-up dans l’économie sociale et solidaire,mailforgood, qui se propose d’être une vitrine de toutes les associations et ONG, dans le but de les mettre en contact avec donateurs, fondations et entreprises. Et comme il pense, tout comme Jeremy Rifkin, qu’internet rend l’homme meilleur, il offre ces services gra-tui-te-ment ! En demandant simplement aux gens de « laisser un pourboire ». Et ça marche… très bien (140.000 visiteurs uniques par mois). « Mieux analyse-t-il que si nous réclamions un forfait ou un pourcentage aux associations mises en avant». « Nous », car Mailforgood a, depuis, embauché 4 personnes, opéré une nouvelle levée de fonds et s’apprête à en recruter 5 de plus.

Ce « mec » s’appelle Ismaël Le Mouel, il n’a pas 30 ans et après avoir créé mailforgood, il s’est dit : « Web, robotique, réseaux sociaux, mutualisation des données : on n’a de cesse (notamment dans les colonnes d’Utopia, c’est juste, nda !) de vanter les possibilités sans limites que les nouvelles technologies offrent au monde. Et si on mettait ce potentiel au service d’un monde meilleur ?... »

Bienvenus à bord !

Et comme il n’est pas du genre à réinventer l’eau tiède, il regarde ce qui se fait ailleurs. Or, justement, Aaron Sherinian, vice-président en charge de la communication à l’ONU a créé un SocialGoodDay devenu SocialGoodWeek face au succès remporté. L’objectif :«semer des graines solidaires et créer des ponts entre tous les innovateurs qui n’ont, au final, qu’un but : changer le monde… en mieux ! ». Alors, l’an passé, Ismaël lance la SGD en France,parrainé par des entreprises comme SFR ou Axa (Bébéar et Roussel sont venus partager leur vision des nouvelles technologies) en partenariat avec la Fondation Polytechnique et l’université Paris-Diderot. Mais, comme il l’explique, «On ne fait qu’initier le mouvement, l’idée est que les gens, tous : individus, associations, écoles, entreprises s’emparent de l’évènement». Et c’est ce qui s’est produit dès la première édition, en novembre 2012, donc : 25 évènements furent organisés dans 10 villes différentes, réunissant 2000 participants et attirant des dizaines de milliers de visiteurs, en chair et en os ou… sur internet.

Vers l’infini et… au-delà !

Alors, bien sûr, cette année, la SocialGoodWeek reprend du service : du 9 au 15 décembre, dans toutes les villes de France qui le souhaitent, avec une assemblée plénière qui se tiendra cette année à la Gaieté Lyrique de Paris en présence de Fleur Pèlerin et Aaron Shérinian dont l’idée a désormais fleuri dans, au moins, 7 pays. Le thème principal : ce qui bouleverse l’économie internet et l’économie tout court depuis quelques mois déjà : « l’économie et la consommation collaborative, le crowd sourcing et le crowdfunding», autant de sujets dont il a été question récemment dans ces colonnes.

Et bien sûr, quelle que soit l’entreprise que l’on dirige, si l’on est touché par cette formidable association de bienfaiteurs, rien n’empêche de les rejoindre. « C’est exactement le but recherché » !

Le tiercé des infos gagnantes :

Découvrez votre e-réputation!

Si vous ne l’avez encore jamais fait : bravo ! Vous êtes fort peu narcissique. Pourtant, vous n’imaginez pas les surprises que réserve le simple fait de taper vos nom et prénom sur Google puis d’effectuer une recherche par « images »… « Où ont-ils trouvé toutes ces photos de moi ? » vous demanderez-vous. D’où l’utilité réelle du test simple, rapide et fiable mis en pl ace par la Mairie de Paris pour tester votre e-réputation (à partir de tout ce qui circule à votre propos sur Facebook) et, le cas échéant, de l’améliorer.

Devenir chercheur…

…dans la lutte contre le cancer, n’est finalement pas si difficile que cela. L’ONG anglaise dédiée à la lutte contre le cancer,Clicktocure, propose d’ailleurs de le faire. Comment ?... En triant sur leur site des clichés de cellules malades prises au microscope. Rassurez-vous, c’est très simple, mais infiniment fastidieux vu les dizaines de milliers de prises de vue concernées. Quelques minutes données par chacun et la recherche avance. Une idée de travail participatif à retenir…

Recyclage géolocalisé

C’est bête comme chou mais vraiment très pratique. L’application irecycle vous indique, où que vous soyez, les lieux les plus proches pour recycler vos déchets : papiers, tissus et verre, bien sûr, mais également déchets verts, cartouches d’imprimantes, produits électroniques, etc. Pour ne plus dire que vous aimeriez bien participer, mais que vous ne savez pas comment vous y prendre…

Le mois prochain :

La révolution des objets connectés

Par Jérôme Bourgine

"Auteur de "1991-2011 : internet a 20 ans. Et maintenant ?" aux éditions du Puits Fleuri : www.puitsfleuri.com

Les chroniques d’Utopia (internet EST une utopie !).
Le 24-10-2013
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz