Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


C’est combien pour l’apéro ?

Christophe Praud, Président National du CJD
Samedi dernier, des amis de longue date sont venus dîner à la maison pour une de ces soirées simples et amicales que j’affectionne particulièrement. Étienne, Romain et Didier sont tous les trois entrepreneurs comme moi. Nous avons donc, en toute logique, entamé la soirée par l’apéro « whisky ». Les langues se sont déliées direct et nous avons échangé sur nos problématiques du moment.
Le premier de mes amis, Étienne, exploite un magasin franchisé en centre-ville. Il dresse son bilan et nous explique : « par rapport à l’année passée, mon chiffre d’affaires est à -30 % ». Son constat est clair: « Les gens n’ont plus d’argent ». Même ses clients les plus fidèles sont concernés. Conséquence: il envisage sérieusement de se séparer de sa vendeuse, qui, depuis 8 ans « fait un travail remarquable ». La bonne nouvelle, c’est que compte tenu de la dégradation de ses ventes, il paiera moins de TVA. De même, en licenciant sa collaboratrice, il paiera de facto moins de cotisations patronales.
Romain dirige une entreprise de 150 personnes. La rentabilité de l’entreprise est aujourd’hui menacée. Ses concurrents sont dans une situation similaire à la sienne. Certains ont d’ailleurs déjà fermé boutique. Il m’avoue la gorge serrée que l’Eco-Taxe lui coûtera 15 000 euros, et qu’il ne pourra la reporter sur ses clients, composés de collectivités locales et de particuliers. Mon ami envisage de se séparer progressivement de 30 % de ses salariés, car il peine, comme il le dit lui-même, « à sortir 150 salaires par mois ». Il positive néanmoins en rappelant quen 2013, l’entreprise s’est dotée d’un qualiticien. Une bonne nouvelle en soi… mais sa fonction première est de répondre aux 223 courriers de linspection du travail quil a reçu lan dernier, soit un par jour. La bonne nouvelle, c’est que l’entreprise, parce qu’elle ne réalise pas de bénéfices, ne paiera pas d’impôt sur les sociétés.

Didier, mon troisième ami, avoue avoir « baissé sa rémunération de 1000 euros par mois ». Il s’étonne pourtant de devoir payer 3000 euros de plus cette année au titre de l’impôt sur le revenu alors que sa rémunération a baissé. Marié, cinq enfants à charge, il a serré les boulons du budget familial. La bonne nouvelle, c’est qu’en se restreignant, il paiera moins de TVA.

À la fin de l’apéro, je me suis amusé à comptabiliser: Étienne dépensera 15 000 € de moins avec les impacts directs sur la consommation et indirects sur les rentrées fiscales que cela engendre. Romain ne fait plus de résultats donc ne payera plus d’IS et surtout, il envisage de se séparer lentement de 30 % de ses salariés. Didier payera moins de TVA et pas d’IS. Il va peut-être générer un chômeur de plus. Je suis resté pensif un moment : ça fait cher l’apéro comme manque à gagner en recettes fiscales ! Taxer le travail, les bénéfices et la consommation n’est efficace que si nous sommes encore capables de générer des entreprises bénéficiaires, de l’emploi et du pouvoir d’achat. Or, c’est de moins en moins le cas. Les entreprises peinent à équilibrer leurs comptes, le chômage est au plus haut, les fins de mois des Français sont délicates. Il est absurde de s’obstiner à siphonner un réservoir qui se tarit. Et si le Gouvernement changeait de stratégie ? Peut-être en s’engageant résolument à baisser les dépenses de l’État... Une dernière cacahouète et je mets fin à ma réflexion du moment. 

Nous passons à table. Il est temps de se soustraire à toute cette pression fiscale. Le bonheur de nous retrouver, ça personne ne nous le prendra. Alors, nous avons changé de sujet et de bouteille. Avec un bon petit Riesling, nous avons disserté sur l’Histoire et choisi un sujet au hasard. C’est tombé sur la Révolution.


Par Christophe Praud, Président National du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD)
Le 13-11-2013
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz