Février 2018
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Pour une vision à long terme

Pierre Chaigne, ancien Jeune Dirigeant du CJP
Pierre Chaigne est né en 1925. Une vie bien remplie, par son métier de chef d’entreprise d’abord, mais aussi par ses engagements sociétaux (Centre des Jeunes Patrons, aide aux entreprises en difficulté, administrateur de la CPAM et du CHU de Grenoble…). Chevalier de la Légion d’honneur ainsi que de l’Ordre du mérite, Pierre Chaigne pose un regard inquiet sur l’état de la France. Si la situation est grave, elle n’est cependant pas désespérée.

« Quand j’ai appris cet hiver par la radio les difficultés de FAGOR-BRANDT, j’ai immédiatement pensé aux salariés. La situation semble grave. Pour autant, elle ne m’apparait pas sans solution. Quel que soit leur poste, et à leur famille. J’imagine cependant leur désarroi.


Il me vint une idée. La particularité de cette entreprise est qu’elle fournit des produits à des centaines de milliers d'autres familles. Je pensais possible d'organiser, en visant les clients de Brandt, une souscription qui ferait ressortir que, au-delà de l'aspect financier, le dévouement du personnel, lui, ne s'achète pas.


Peut-être aurions-nous pu ainsi trouver de quoi amorcer un rééquilibrage financier ? De plus, ne vaut-il pas mieux tout faire pour conforter une entreprise viable, ce qui me semble être le cas, plutôt que de payer des indemnités de chômage en pure perte.

La situation de FAGOR-BRANDT m’amène, plus globalement, à évoquer la situation économique en France. A moi qui suis maintenant retiré des affaires mais qui parle d’expérience, celle-ci me fait penser à un bateau ivre qui ne sait ni où il est, ni où il va. Les gens de ma génération ont vu pire. Mais la difficulté actuelle réside – me semble-t-il – dans l'ignorance chez la plupart de nos concitoyens d'un minimum de connaissances économiques. Y compris chez nos dirigeants politiques. Les moutons n'ont plus de berger. Les politiques se montrent incapables de se projeter à 20 ou 30 ans.


Prenons l’exemple du projet de liaison Rhin/Rhône qui consistait à relier le nord de la Méditerranée à l'Europe Centrale. L’abandon de ce projet, ce sont des milliers d'emplois qui n'ont pas vu le jour et des régions qui n’ont pas été dynamisées. Tous les investissements doivent générer le maximum d'emplois pérennes. Privilégier la construction du Grand Paris au détriment d’un couloir fluvial de première grandeur, c’est saturer davantage un axe en direction de la Manche déjà bien encombré.


Il me parait urgent de constituer dès maintenant des équipes capables de présenter aux Français un plan économique cohérent, sans leur cacher que le chemin du redressement sera long et difficile. Je vous avoue être inquiet. En France de nos jours, trop peu de personnes créent des richesses par leur travail pour permettre aux chômeurs et retraités de vivre et aux services publics de fonctionner. Ces travailleurs tirent trop peu de fruits de leurs efforts. Cette situation-là ne peut durer éternellement.

Il appartient aux forces vives, essentiellement les entreprises de toutes tailles, éclairant les politiques, d'initier, de réveiller ceux qui dorment et de porter les grands projets qui garantiront un avenir à notre pays.

Ce sera long. Aussi faut-il s'y mettre le plus vite possible!

Pierre Chaigne
Le 27-02-2014
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz