François Cheng : ce que nous devons à la beauté

François Cheng

Ecrivain français d’origine chinoise, mais aussi plasticien, François Cheng livre ici sa vision de la beauté.

« Grâce à la beauté, le monde n’est nullement un espace neutre, insipide et insignifiant ; l’existence humaine, non plus, n’est nullement un séjour aveugle, sans but ni visée, fermée au devenir et à la possibilité de dépassement. Au contraire, le monde est plein d’attraits et d’appels, plein de signes et de sens. Et notre existence, elle aussi, est chargée de désirs et d’élans, elle va dans un sens et elle a un sens. Déjà en nous-mêmes nous poussons dans un sens, c’est-à-dire, comme je l’ai dit tout à l’heure, nous tendons vers la plénitude de notre présence au monde, à l’instar d’une fleur ou d’un arbre. Et de plus, nous tendons vers d’autres présences de beauté, vers une chance d’ouverture et d’élévation. C’est bien grâce à la beauté qu’en dépit de nos conditions tragiques nous nous attachons à la vie.

Tant qu’il y aura une aurore qui annonce le jour, un oiseau qui se gonfle de chant, une fleur qui embaume l’air, un visage qui nous émeut, une main qui esquisse un geste de tendresse, nous nous attarderons sur cette terre si souvent dévastée. »

François Cheng : "À partir de l'âge de quinze ans, il y a ce désir d'écriture comme un sauvetage qui m'a empêché de sombrer."

📚 "À partir de l'âge de quinze ans, il y a ce désir d'écriture comme un sauvetage qui m'a empêché de sombrer." François Cheng sur le jeune homme qu'il était.📺 Retrouvez l'émission en replay sur le site de France 5 : https://bit.ly/2vujTIU

Publiée par La Grande Librairie sur Jeudi 30 janvier 2020
Crédits : La grande librairie – France 5

François Cheng, Œil ouvert et cœur battant : Comment envisager et dévisager la beauté, Desclée de Brower, 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *