Le développement personnel, une imposture ?

Comment le développement serait-il « personnel » quand guides et manuels s’adressent à chacun comme à tout autre ? La philosophe Julia de Funès fustige avec délectation les impostures d’une certaine psychologie positive.

« Les réseaux sociaux favorisent un environnement relationnel dense, où les interactions sont nombreuses. Mais ces connections multiples n’encouragent pas tant l’attention à l’Autre que le souci du « moi » par rapport aux autres. Il s’agit moins de reconnaître autrui que de se faire reconnaître par autrui. La relation à l’Autre s’en trouve altérée. « Notre société fait qu’il est de plus en plus difficile pour un individu de connaître une amitié profonde et durable, un grand amour, un mariage harmonieux. » Le relationnel s’estompe au profit d’un narcissisme mondain. Les individus connectés les uns aux autres vivent une forme de « détachement émotionnel ». »

Crédits : Librairie Mille Pages de Vincennes

Julia de Funes, Le développement impersonnel, Editions de l’Observatoire, 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *