L’empathie selon Marshall Rosenberg

Marshall Rosenberg est un psychologue américain qui a élaboré une méthode aujourd’hui connue dans le monde entier visant à résoudre les conflits : la CNV (Communication Non Violente). Les techniques que Rosenberg a développées sont utilisées dans le champ de la médiation. Elles sont également utilisées en entreprise. Connaitre les principes de la CNV s’avère essentiel pour sortir de la violence et retrouver une vie apaisée.

« Pour expliquer l’empathie, je me sers souvent de métaphores, comme celle du surf. Il s’agit de se laisser porter par l’énergie naturelle de la personne écoutée, du flux qui la traverse. Comme dans le surf sur l’eau, j’ai confiance dans l’énergie sur laquelle je surfe. Il ne suffit pas d’appliquer mécaniquement les recettes de la CNV : cela ne marche pas. Nous perdons le contact avec l’autre.

Une vidéo essentielle pour comprendre la CNV

[…]

L’empathie est vraiment le cadeau le plus merveilleux que vous puissiez offrir à quelqu’un. Par ailleurs, je me rends bien compte que nous ne pouvons pas offrir une présence longue sans que nos pensées nous rattrapent. Et ce n’est pas un reproche. Si je constate que mon cerveau analytique se met en branle, j’appelle mes « chevaux pensées » et je leur dis amicalement : « Allez, retournez à l’écurie! »
Je sais par expérience que la force de l’empathie est énorme, même si je ne réussis pas à assurer une totale présence à tout instant. L’autre personne ressent de toute façon que je cherche à établir le lien avec elle.

Ne pas confondre l’empathie avec la compréhension intellectuelle des choses, ni avec la sympathie. Voilà l’essentiel. Si j’écoute quelqu’un qui va mal et que je lui dis « Je suis vraiment triste que tu ailles mal », je tombe dans la sympathie. Etre en empathie signifie se connecter aux sentiments de l’autre, et non aux siens propres.

Lorsque nous donnons de l’empathie à quelqu’un, nous ne nous occupons pas de ce qu’elle pense – ce qui ne veut pas dire que nous sommes d’accord avec elle. Si nous approuvons ce que dit l’autre, nous ne sommes plus en empathie. »


Marshall Rosenberg, Dénouer les conflit par la Communication non violente, Jouvence, 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *