Petite leçon de rhétorique pour cadres et dirigeants (4) : soigner son image

Crédit : Pexels – Bruce Mars

Quelles que soient la justesse de votre cause et les vertus de votre entreprise, vous ne pourrez pas les porter et les faire valoir si vous ne soignez pas votre image. L’idée selon laquelle seul le fond compte est évidemment d’une grande naïveté, qu’on le regrette ou pas.

Le présent article s’inspire à nouveau d’une vidéo de Victor Ferry qui analyse le « crash » de Jean-Luc Mélenchon et détail en conséquence ce qu’il faut faire à la lumière de ce qu’il ne faut pas faire et que le leader de LFI a fait.

Pour résumer, trois qualités sont requises :

  • Paraître compétent ;
  • Paraître vertueux ;
  • Paraître bienveillant.
Crédits : Victor Ferry – YouTube

Le voile de la pudeur

Le plus court chemin vers le paraître étant l’être, naturellement. Mais il y a des pièges. Le penchant naturel de certains d’entre nous, en ce qui concerne la vertu, pourrait être de ne pas se mettre en avant, d’être discret sur sa vie privée, d’être pudique et de ne pas se dévoiler en public.

Mais, si vous suivez ces sages adages (en apparence), alors votre image sera lisse et blanche comme un écran de cinéma, propre à recevoir toutes les projections. Non seulement si vous ne dites rien de vous, vous laissez imaginer tout un chacun ce qu’il pourrait se cacher derrière ce masque vertueux ; mais cela peut aller jusqu’à la suspicion : c’est louche de ne rien savoir.

À l’inverse, le dévoilement, non de ce qui pourrait constituer des petits potins, mais de différents aspects de votre personnalité, une personnalité qui est forcément complexe, forcément contrastée, qui a forcément ses propres contradictions, alors vous empêcherez tout un chacun de spéculer, parce que vous ne pourrez plus vous résumer dans le regard d’autrui à aucune pensée simplificatrice.

L’importance de la bienveillance

Le propos peut être étendu aux situations de conflit ; l’image ici est la façon dont votre interlocuteur vous considère. Au fond, plus le climat est tendu, plus vous avez intérêt à donner une bonne image de vous, tout à fait semblable à ce que j’ai écrit ci-dessus : compétent, vertueux, bienveillant.

Bien entendu, bienveillant ne signifie pas mou ou « neuneu ». Cela signifie animé de bonnes intentions ; ça n’est pas si difficile. Il suffit quasiment d’éviter les coups bas et les dérapages. Comme le souligne Victor Ferry, quand Jean-Luc Mélenchon s’exclame lors de la perquisition : « La République, c’est moi », il « pète » un câble. Il donne franchement l’impression qu’il n’a aucune bienveillance vis-à-vis des policiers en face d’eux, que sa situation le place au-dessus d’eux. Autrement dit, il s’emballe. Ce n’est pas tant qu’il se met en colère – certaines colères sont fédératrices – c’est que sa bienveillance ne s’adresse qu’à sa propre personne.

Laisser parler la complexité de son être

De même, vertueux ne signifie pas « gentil tout plein ». Cela signifie d’abord avoir une éthique – qui n’est pas nécessairement exclusivement tournée vers autrui – et s’y tenir. C’est là que la chose devient intéressante et presque amusante : une « bonne » image de soi passe par un comportement plutôt prévisible alors que la personne ne l’est pas (voir ci-dessus). Laisser parler la complexité de son être plutôt que d’avoir un comportement compliqué. Il y a une sorte de confiance à avoir dans la profondeur de notre être pour ne pas craindre de se laisser enfermer dans une éthique.

C’est pourquoi tout cela se résume à ne pas se laisser à la haine, ni de l’autre ni de soi.

Ce qui rien d’autre que soigner la relation avec l’autre, fût-il un adversaire féroce, et la nourrir. La relation, c’est le « sol » de l’arène, du ring, de la zone de combat. Sans cela, tout combat est vain et vire à une guerre sans règles d’où personne ne sort gagnant. C’est pourquoi tout cela se résume à ne pas se laisser à la haine, ni de l’autre ni de soi.

Ce qui implique sans doute, d’abord, d’avoir une bonne image de soi.


Laurent Quivogne 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *