Si nous construisons tous notre réalité, nous devons apprendre à être tolérants

Pour Paul Watzlawick, fondateur de l’école de Palo Alto, nous construisons le monde, alors que nous pensons le percevoir. Ce que nous appelons « réalité » (individuelle, sociale, idéologique) est une interprétation, construite par et à travers la communication. Pour changer, il nous faut changer cette construction, la rendre plus saine, plus viable.

« Mais tout ceci ne nous dit encore rien sur la réalité que construit le constructivisme. Autrement dit, dans quel monde vit-on si on accepte que l’on construit entièrement soi-même sa propre réalité ?
Avant tout, si on accepte cela, (…) on est tolérant. Si nous voyons le monde comme notre propre invention, nous devons admettre que tout un chacun en fait autant. Si nous savons que nous ne connaissons jamais la vérité, que notre vision du monde convient seulement plus ou moins, comment pourrions-nous alors considérer les visions des autres comme démentes ou mauvaises et rester attachés à la conviction manichéenne primitive « Qui n’est pas pour moi est contre moi ? » (…)
Ensuite, vivre dans un monde constructiviste, c’est se sentir responsable, au sens profondément éthique du terme, non seulement de nos décisions, de nos actes et de nos rêves, mais aussi, dans un sens beaucoup plus large de la réalité que nous inventons chaque fois que nous faisons des prédictions qui se révèlent d’elles-mêmes. Dans un monde constructiviste, il n’est plus question de confortablement rejeter la faute sur les autres ou sur l’environnement.

Conférence du psychothérapeute Paul Watzlawick, enregistrée en 1987, à Stuttgart.
Traduction française: Peter Cogen. Sous-titrage: Fabrice Pierredon.

Cette totale responsabilité implique une totale liberté. Si nous avions conscience d’être l’architecte de notre propre réalité, nous saurions aussi que nous pouvons toujours en construire une autre, complètement différente. Nous serions, au sens premier du terme, des « hérétiques », c’est-à-dire des individus sachant qu’ils peuvent choisir. »


Paul Watzlawick, L’invention de la réalité : Comment savons-nous ce que nous croyons savoir ? Contributions au constructivisme, Seuil, 1996.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *