Stratégie du conflit, règle n°11 : tracer des lignes rouges

© Can Stock Photo / sailorr

Certaines lignes rouges — ou qui devraient être telles — font actuellement l’actualité, avec les affaires d’inceste et, plus généralement, d’abus sexuels. Un cas de conflit tout à fait majeur où le besoin de l’un devient tyrannique tandis que celui de l’autre est impérieux : la protection de son intégrité.

« Cette nuit, dans Deraa, la citadelle de mon intégrité personnelle a été irrévocablement perdue. », écrit T.E. Lawrence, dit Lawrence d’Arabie, après sa captivité à Deraa où il a été torturé et violé par ses geôliers turcs. La citation dit assez bien quelle invasion peut être un abus sexuel en particulier, mais tout abus en général. Non seulement une invasion, mais aussi une dévastation. D’autant plus effroyable que la chose n’est pas reconnue, voire que la victime est rejetée par l’entourage plutôt que reconnue, que même l’opprobre est jeté sur elle plutôt que sur l’agresseur.

Si vous avez vécu de tels épisodes, je vous souhaite de vous être reconstruits ou d’être en passe de l’être ; si ce n’est pas le cas, ayez de la gratitude pour la chance que vous avez d’avoir échappé à cette infamie.

Dans tous les cas, il importe, autant que possible, de se prémunir contre le fait de vivre, pour la première fois ou à nouveau, de tels épisodes. Il importe de se prémunir contre l’abus et pas seulement, je me répète, l’abus sexuel.

Le terme « abus » désigne le fait d’aller au-delà. Au-delà des limites autorisées, au-delà du pouvoir qui leur est donné, au-delà de ce qui a été consenti.

Ce que j’appelle « tracer une ligne rouge » consiste à matérialiser ces limites et peut-être même des limites plus larges. De même que les frontières sévèrement gardées sont garnies d’un no man’s land,de même vous pouvez instaurer une zone d’interdit autour de vous.

Comme il est compliqué de se promener avec un pot de peinture rouge, le terme est évidemment métaphorique. Il s’agit bien de ne pas s’approcher de vous en matière d’abus sexuel, mais, dans d’autres contextes peut-être moins dramatiques, il s’agit de noter des comportements inadéquats que vous ne tolérez pas, même s’ils sont censés être acceptables dans le contexte où vous évoluez.

Une question de mesure

Prenons un exemple dans le management : vous avez un chef et vous avez des personnes sous votre autorité. Un abus serait que votre chef passe par dessus votre tête pour manager en direct des personnes de votre équipe (bien que cela dépende en partie de la culture managériale en vigueur dans votre organisation). Oser le conflit consiste bel et bien à ne pas laisser faire ça sans rien dire ; cela ne signifie pas nécessairement faire un scandale ; au moins, marquer le coup.

Une façon de ne pas en arriver là consiste à tracer une ligne rouge. La ligne rouge pourrait être ici : simplement, pour votre chef, parler avec un membre de votre équipe. Rien ne l’interdit, rien ne l’empêche et vous n’êtes pas fondés à l’interdire. Toutefois, c’est une occasion de rappeler la règle : « Je t’ai vu parler avec X. Naturellement, tu parles à qui tu veux. Je suis néanmoins inquiet, comme ça s’est déjà produit dans le passé, que tu ne me court-circuites dans un acte de management. Est-ce que tu peux me rassurer sur le sujet ? »

Bien entendu, une telle pratique comporte en soi des abus possibles. Par exemple, dans un couple, la jalousie. Tout est donc dans la mesure. Gardons néanmoins en tête, pour continuer à filer la métaphore sur le terrain amoureux, qu’un peu de jalousie peut aussi nourrir la relation…

Les autres articles de la série :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *