Fin du confinement : comment rassurer et mobiliser les troupes ?

Philippe Rodet

Dans son allocution télévisée du 13 avril, le président de la République, Emmanuel Macron, a daté la reprise au 11 mai. A partir de cette date, les élèves retrouveront le chemin de l’école, et les salariés, après deux mois de télétravail ou de chômage partiel, emprunteront à nouveau celui de l’entreprise. Certains auront été malades, d’autres auront perdu des proches. Tous auront vécu une période aussi insolite que traumatisante. Comment rassurer ses équipes et les mobiliser pour relancer l’activité de l’entreprise ? Dr Philippe Rodet, ancien médecin urgentiste, dirigeant du cabinet de conseil « Bien-être et Entreprise » et auteur de nombreux ouvrages sur la santé, la motivation et le bonheur au travail* prodigue quelques conseils. 

Quelles actions doit prendre un chef d’entreprise, avant le 11 mai, pour préparer la reprise ?

Philippe Rodet : L’accord de la médecine du travail est un préalable à toute reprise d’activité dans les locaux de l’entreprise. La première chose à faire est donc de la contacter. Elle va éclairer le dirigeant sur les mesures à mettre en place pour que la relance économique ne se fasse pas au détriment de la santé des employés : fournitures de gants, de masques, espacer les bureaux, instaurer un roulement à la cantine… Cet aval va également rassurer les employés. Le Coronavirus, maladie encore mal comprise, fait peur. Certains n’ont peu voire pas de symptômes, quand d’autres présentent des troubles respiratoires graves. Le manque de tests disponibles empêche également de savoir qui est porteur du virus. En revanche, les cas chinois, coréen ou italien nous ont appris que les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale marchent pour réduire la propagation de l’épidémie. Le dirigeant doit s’appuyer sur ces certitudes et montrer que tout a été mis en place pour préserver la santé des employés, pour calmer les peurs. Ensuite, le dirigeant et le DRH doivent organiser la reprise d’activité. Qui pourra revenir ? Je conseille également de maintenir le télétravail pour les fonctions et métiers où cela est possible. En faisant revenir tout le monde, il est difficile, voire impossible, de faire respecter les mesures de distanciation sociale. Quelles limites va-t-on se fixer ? Si un salarié présente quelques symptômes bénins (il tousse par exemple) mieux vaut jouer la prudence, et l’enjoindre à rester chez lui. En outre, l’activité ne peut reprendre immédiatement, comme avant, à 100 %. Le dirigeant avec le DRH doit fixer de nouveaux objectifs réalistes, atteignables et susceptibles d’évoluer en fonction des circonstances. La reprise se fera pas à pas, d’une semaine à l’autre. Enfin, une fois les décisions et aménagements pris, le DRH appelle les collaborateurs pour leur annoncer la date de la reprise, tout en soulignant que la médecine du travail a donné son accord et que des dispositions ont été prises pour les protéger du Coronavirus.

Comment calmer les peurs et relancer la machine au cours des premières semaines de reprise ?

Philippe Rodet : Le premier jour, il faut commencer par un discours pour rassurer et donner un nouvel élan. Quitte à le faire en plusieurs fois pour éviter que les employés soient les uns sur les autres rassemblés dans une même pièce. Le chef d’entreprise commence par parler du contexte, de la crise, de sa réalité, sans la nier. Il peut dire quelque chose comme : « Nous avons vécu des moments difficiles. Certains ont pu perdre des proches, d’autres ont pu être malades. L’épidémie n’est pas finie. Elle durera probablement encore plusieurs mois ». Ensuite, il explique pourquoi il a décidé de relancer l’activité. Il faut donner du sens à la reprise : « Ce que nous allons faire est important, car en produisant des masques, gel hydroalcoolique, conserves d’aliments, en traitant les déchets ou autres, nous sommes utiles à la population ». Puis il rassure sur les conditions et l’environnement de travail. « Nous avons mis en place les moyens pour que vous puissiez travailler sans risque de contamination ». Enfin il conclut sur une note positive : « ensemble nous allons réussir ».

Ce discours bien sûr n’est pas tenu par visioconférence. Il faut être cohérent. Comment voulez-vous convaincre que la reprise du travail est sans risque, si vous-même restez confiné à la maison ou dans votre bureau ? Il faut au contraire aller voir régulièrement les employés, s’assurer que tout se passe bien, les remercier pour leur travail et les féliciter. Les premières semaines, il va falloir bombarder l’entreprise d’émotions positives pour lutter contre les peurs, le stress et la démotivation. Chaque semaine, si les objectifs sont atteints, il faut célébrer cette réussite.

Comment rassurer et motiver à distance les collaborateurs en télétravail ?  

Philippe Rodet : C’est le rôle des managers. Ils relaient auprès de leur équipe le message du chef d’entreprise. Dès lors, il faut les briefer sur la ligne et les tenir régulièrement au courant d’éventuels changements. Le flou, les directives contradictoires, amènent stress et désengagement. A la question pourquoi telle personne a repris le travail et une autre non ? Il faut une seule réponse. Si deux managers répondent différemment, vous pouvez être sûr qu’avant la fin de la journée, la majorité des télétravailleurs seront au courant de cette incohérence.

Il faut aussi être souple, notamment en laissant ouverte la possibilité aux employés qui le désirent de rompre pour une journée ou deux par semaine avec le télétravail en venant travailler au calme dans l’entreprise. Il est extrêmement difficile et usant de travailler à 5 dans un 50 min 2 s avec le conjoint et les enfants.

Que doit faire le dirigeant pour se protéger lui-même du stress ?

Philippe Rodet : L’action protège. En relançant son activité, en partant à la conquête de nouveaux marchés, en réfléchissant à une nouvelle stratégie, il combat ainsi le stress. Je lui conseille également de noter chaque soir dans un carnet la plus belle réussite du jour. Cela non seulement diminue les angoisses, mais augmente également le sentiment d’efficacité et l’estime de soi. Il faut enfin bien manger, dormir et faire de l’exercice physique.

* Le Docteur Philippe Rodet est l’auteur de Se protéger du stress et réussir. Sept leviers de la motivation, ed. Eyrolles (2011), Le management bienveillant, ed. Eyrolles (2017), La bienveillance au travail trop de stress, pas assez de motivations, comment en sortir ? ed. Eyrolles (2019) et Vous pouvez vivre mieux, ed. Eyrolles (2020).  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *