Management : être au carrefour des connexions à l’ère du digital

© Can Stock Photo / hjalmeida

Fixer des objectifs, choisir les moyens pour les atteindre, dérouler des actions, évaluer la qualité et la satisfaction : manager, c’est tout cela à la fois. Mais aujourd’hui, c’est bien plus encore. Avec les nouvelles configurations d’équipe, les nouveaux modes de projet, les nouvelles générations, les nouvelles technologies… l’acte de manager se transforme radicalement.

Le management est collaboratif aujourd’hui, lorsque l’autorité se base sur l’expertise transversale à connecter des personnes, des concepts, des compétences, des profils, des disciplines, des métiers, des filières. Probablement demain connecterons-nous des robots à des robots, voire des humains à des robots.

On parle également de management « distribué », à distance :

Imed Boughzala
  • Lorsque le leadership se base sur la maîtrise des technologies mobiles et collaboratives pour se connecter.
  • Lorsque rester connecté à son environnement de travail permet de développer la capacité de mobilisation, de fédération et d’influence. Le manager devient alors leader. Il donne du sens au travail (à la stratégie, à la démarche opérationnelle, à la relation client). Il est porteur d’une vision. Sa logique disruptive lui permet de prendre des risques et d’explorer d’autres possibilités.
  • Ou lorsque la connexion permet la mobilité dans l’espace et le temps, la possibilité de passer en permanence d’un contexte à l’autre, d’un lieu à l’autre, d’une zone horaire à une autre. On parle d’ubiquité ou d’omniprésence, grâce aux technologies. Le manager développe ainsi un charisme virtuel qui lui donne une légitimité pour être à ce poste.

Aujourd’hui, alors que le contrôle laisse la place à l’empowerment, à la responsabilisation, la formule deChester Barnard*, « manager c’est cultiver la responsabilité chez les autres », reste d’actualité.

Le manager devient un leader responsable dont la vision inspire les autres, dont l’action les rend autonomes. Connecté, il est plus accessible, plus à l’écoute de ses collaborateurs, plus conscient du contexte et de l’évolution de son équipe.

Mais les avantages représentés par le fait d’être connecté s’accompagnent aussi, pour le manager, de plusieurs risques, parmi lesquels la surcharge informationnelle, l’addiction aux technologies, l’isolement et la perte de contact humain physique, la préservation difficile de l’équilibre personnel/professionnel, et l’exposition aux problèmes de cyber sécurité.


* Barnard, C. I. (1938), The functions of the executive, Cambridge, MA: Harvard University Press.


Imed Boughzala, professeur en Systèmes d’Information et directeur du département TIM (Technologies, Information & Management) à Institut Mines-Télécom Business School

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *