Le pari perdant de la collapsologie

© Can Stock Photo / kwest19

Les inquiétudes fortes liées au changement climatique et aux défis de l’écologie en général ont développé une forte crainte d’un effondrement possible de notre civilisation industrielle à relativement courte échéance, entraînant tout un courant de pensée regroupé sous le terme de « collapsologie » (de l’anglais collapse, effondrement). Emblématique de ce courant, l’ancien ministre Yves Cochet vient de publier un ouvrage retentissant où il explique comment il se prépare à l’effondrement en organisant une vie autarcique à la campagne.

Si les prédictions apocalyptiques ne sont pas nouvelles (elles étaient courantes au Moyen-Âge), et si les propos semblent parfois ridicules, la collapsologie pointe cependant le doigt sur une question importante liée à notre civilisation même si, au final, elle représente un pari perdant.

Notre civilisation : interdépendance, richesse et fragilité

Notre civilisation industrielle est le produit d’un arbitrage entre efficacité économique et robustesse. L’efficacité économique nécessite une division du travail. Chacun se spécialise dans ce qu’il sait faire de mieux, et « achète » le reste aux autres. C’est aussi ancien que l’humanité. Celui qui restait à la grotte pour peindre sur les murs ou fabriquer des flèches était nourri par le reste de la tribu même s’il n’était pas parti à la chasse. Il était dépendant des chasseurs pour sa nourriture comme eux dépendaient de lui pour leurs armes. C’est ainsi que les deux traits fondamentaux de notre civilisation industrielle représentent les deux faces d’une même pièce, celle de notre richesse : une division du travail et une interdépendance aujourd’hui poussée à l’extrême (on ne fait quasiment plus rien soi-même). C’est ainsi que pour toute activité imaginable, chacun est amené à se poser la question suivante : devrais-je le faire moi-même, et ainsi être indépendant, ou devrais-je l’acheter à un tiers, et ainsi être plus efficace ?

En ayant poussé la dépendance à son extrême, notre civilisation est devenue riche, mais elle a également développé une certaine fragilité. Une grève dans un dépôt d’essence et ma voiture ne roule plus. Sans mon boulanger, plus de pain. Sans EDF plus d’électricité. La division du travail ne peut fonctionner que dans le cadre d’un ordre politique et social relativement stable permettant les échanges. Si cet ordre n’existe plus, les échanges deviennent difficiles, et le retour à une certaine forme d’autarcie est assez naturel. Dès lors que ses tenants anticipent précisément l’effondrement de cet ordre politique et social en raison de l’évolution du climat et des ressources naturelles, la collapsologie n’est pas dénuée de fondement. Son retard industriel a ainsi servi la France durant la Seconde Guerre mondiale, car il restait une large base paysanne pour nourrir le pays ; mais on peut aussi estimer que ce retard a facilité la victoire allemande en premier lieu…

Les limites de l’autarcie

L’autarcie, cependant, a ses limites : une première limite est qu’elle n’est jamais complète. Je peux faire mon pain moi-même pour me passer du boulanger, mais je dois acheter mon blé. Je dépends donc de l’agriculteur, ou plutôt du meunier pour me le fournir. Sauf à le cultiver moi-même ? Mais ça commence à devenir compliqué parce que pour faire cela, il faut une grande surface et des outils, ce qui nécessite de travailler avec d’autres. Il y a toujours un moment où l’indépendance s’arrête et où la dépendance commence. Je peux me déplacer à cheval, mais si celui-ci tombe malade, je dois bien appeler un vétérinaire. Ce couple peut décider d’accoucher seul dans la forêt, mais si ça se passe mal, ils prendront leur téléphone et ils appelleront le SAMU. Tôt ou tard on finit par faire appel à cette civilisation industrielle à laquelle on cherche pourtant à échapper. On peut même avancer l’idée que l’autarcie n’est aujourd’hui envisageable que parce qu’il existe une sorte de police d’assurance fournie par cette fameuse civilisation industrielle qui est que quand ça se passe mal, je peux « sortir de l’autarcie », un peu comme les enfants qui crient « pouce » pour suspendre le jeu.

Une seconde limite, évidemment cruciale, de l’autarcie est qu’elle est intrinsèquement inefficace. Si chacun fait son pain, cultive ses légumes et fabrique ses habits, nous sommes condamnés à une économie de subsistance très improductive telle qu’elle existait jusqu’à la fin du Moyen-Âge. Cela signifie consacrer la majeure partie de sa vie à des tâches alimentaires et ménagères. Cela signifie se priver de très nombreuses choses qui ne peuvent exister que grâce à la division du travail (un hôpital, une armée ou un orchestre symphonique, par exemple) à un coût potentiellement très important.

De quelle fragilité parle-t-on ?

Notre civilisation est-elle cependant si fragile que ça ? Effectivement, une grève dans un dépôt d’essence et ma voiture ne roule plus. Mais cette fragilité de court terme masque en fait une solidité intrinsèque de notre système, celle qui lui permet de s’adapter à pratiquement toute circonstance imprévue. Je l’ai évoqué dans un article précédent, notre civilisation est un système complexe qui possède une propriété appelée quasi-décomposabilité. En gros, cela signifie que ce système possède une identité propre (civilisation), mais qu’il est constitué d’une myriade de sous-systèmes qui peuvent évoluer presque indépendamment. Qu’un de ces sous-systèmes vienne à défaillir (mon boulanger ferme, l’essence vient à manquer) et le système est capable de recréer un nouveau sous-système alternatif. Cela s’est toujours produit.

Cette capacité « locale » d’évoluer peut fonctionner à grande échelle, comme en témoigne le succès du site de partage automobile BlaBlaCar durant les grèves de la SNCF. Elle traduit la robustesse du système, car celui-ci peut survivre et conserver son identité propre malgré des échecs partiels même nombreux.

Un pari de Pascal inversé

Le débat entre autonomie et efficacité ne sera bien sûr jamais terminé, car il représente une tension à gérer, pas un choix binaire, mais il correspond néanmoins à un pari nécessaire. Le mathématicien et philosophe Pascal estimait qu’il fallait croire en Dieu, parce que cela représentait un bon pari : si Dieu n’existe pas, nous ne perdons rien, mais s’il existe, nous avons eu raison de croire en lui. Les collapsologues font un pari de Pascal à l’envers : ils essayent de se protéger contre un effondrement qu’ils estiment inéluctable, mais cette protection est largement illusoire, et ils se condamnent à une vie misérable si l’effondrement ne se produit pas : c’est le pari d’un faible gain avec une perte importante. On peut envisager le pari inverse : imaginer des approches permettant de renforcer la robustesse du système actuel sans dégrader sa capacité à évoluer et à produire de la richesse.

C’est le pari de tous les réformistes : une conscience des fragilités du système actuel, mais une posture de confiance dans l’ingéniosité humaine et sa capacité à continûment résoudre les difficultés auxquelles nous sommes confrontés.

Plutôt que de se retirer du monde comme les Romains se retirèrent dans leur villa, rester dans le monde pour le faire évoluer. C’est le pari de tous les réformistes : une conscience des fragilités du système actuel, mais une posture de confiance dans l’ingéniosité humaine et sa capacité à continûment résoudre les difficultés auxquelles nous sommes confrontés. Cela semble un pari beaucoup plus raisonnable que de se retirer dans sa ferme pour y cultiver quinze carottes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *