Poker et entreprise : 8 enseignements précieux

Le poker est un jeu riche d’enseignement pour les dirigeants. C’est le credo de Pierre Fiastre, expert en stratégie et passionné de jeux, qui publie un livre riche d’enseignements sur le parallèle entre le monde du poker et celui de l’entreprise. Alors, en quoi jouer au poker peut aider celui qui dirige une entreprise ?

Pierre Fiastre, Poker et entreprise, De la décision à la stratégie, Editions Mardaga, 2021.

1 – Apprendre à raisonner

A chaque fois que vous prenez la parole, vous avez une décision à prendre qui tient compte des décisions des autres joueurs et des sommes mises en jeu. La logique s’avère décisive. Au poker comme dans l’entreprise, il vaut mieux savoir compter.

2 – Apprendre à maîtriser le hasard

Le rôle du hasard est important au poker comme dans la vie ; on peut chercher à l’apprivoiser sans jamais le maîtriser complètement. Au poker, il faut compenser la brutalité des aléas par sa manière de jouer. Les conséquences du hasard doivent être, à long terme, insignifiantes. Dans le pilotage d’une entreprise, ce doit être également le cas.

3 – Développer la concentration et réduire le stress

Pour bien jouer au poker, il faut garder la tête froide, éviter l’euphorie qui suit une phase de jeu gagnante ou l’abattement consécutif a une mauvaise passe. La bonne attitude consiste à rester réaliste et à éviter le yo-yo émotionnel pour atteindre ses objectifs.

4 – Rester focus sur ses objectifs

Le poker est un jeu d’argent. L’objectif final du joueur est simple : la rentabilité à long terme. On peut tenter bien sûr des coups risqués au cours d’une partie, mais il faut très vite réajuster sa manière de jouer pour ne pas perdre l’objectif final qui est de rentabiliser ses investissements.

5 – Apprendre l’empathie

Parce que le poker est un jeu de solitaires qui se joue à plusieurs, on peut considérablement améliorer ses résultats en se mettant à la place des autres : comprendre leurs habitudes, comportements, objectifs, stratégies. Comme dans une négociation, mieux comprendre les autres permet d’atteindre le résultat souhaité.

6 – Tirer parti des signaux faibles de l’environnement

Le poker est une école d’observation. Au-delà des expressions de leurs visages ou leurs mimiques, il y a beaucoup d’informations que les adversaires ne peuvent cacher et qui trahissent leur style de jeu : fréquence avec laquelle ils participent aux coups, régularité de leur gain ou de leur perte, etc. Autant d’informations analysables puis exploitables.

7 – Distinguer l’échec de l’erreur

Au poker on peut mal jouer et réussir. Et inversement, bien jouer et échouer. Il faut donc faire la part des choses et prendre garde à ne pas trop se réjouir quand on gagne. Gagner n’est pas une preuve de la qualité d’un joueur. De même, la défaite ne doit pas décourager. Le seul critère permettant de juger votre qualité de joueur, c’est le long terme.

8 – S’adapter au changement

Au poker, les circonstances de jeu évoluent continuellement. Votre jeu qui était indigent peut soudain devenir meilleur et possiblement l’emporter sur les autres. Votre stratégie doit rester invariable, mais s’adapter en permanence aux rebondissements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *