Le monde d’après : une crise surinvestie d’espérance pour qui souhaite le voir changer

© Can Stock Photo / styf22

A quoi ressemblera le monde demain ? La crise actuelle est surinvestie d’espérances par ceux qui souhaitent depuis longtemps voir le monde changer. Grâce au désormais fameux « biais de confirmation », chaque chapelle identifie déjà dans les événements en cours des éléments pour proclamer son triomphe.

Quelques tendances lourdes se dessinent déjà quant à la manière dont est gérée la crise. Elles anticipent ce « monde de demain » que cherchent à cerner les experts.

  • Les partisans de la décroissance exultent : le monde dont ils rêvaient, nous y vivons !  Les économies se rétractent, les déplacements polluants sont devenus compliqués et donc rares. Une part importante de l’humanité a cessé de perdre sa vie à la gagner. On consomme local : bien forcés. La terre se rapproche de leur paradis ! 
  • Les souverainistes et nationalistes s’applaudissent : ils tiennent enfin la preuve que les frontières peuvent être fermées. Même en Europe, même dans l’espace Schengen… Chaque état membre de l’UE gère la crise sanitaire à sa façon, sans grande coordination. C’est la revanche des nations !
  • Les adversaires de la mondialisation ont gagné un nouvel argument : l’extension indéfinie des chaînes de valeur mondiales crée des vulnérabilités aisément exploitables. Ils l’ont toujours dit : il faut relocaliser ! 
  • Les autocrates profitent de l’occasion pour renforcer leur pouvoir personnel et réduire les institutions de contrôle au silence. Tout ce qui limitait encore leur marge de manœuvre auparavant, ils le dénoncent comme autant d’entraves à leur capacité mirifique à protéger leur peuple… 
  • Les tenants du colbertisme et de l’économie administrée appuient la nationalisation rampante des « champions nationaux » couverts de dettes par des gouvernements, hier encore décrits comme « ultralibéraux ». Ils ont toujours répété que la dette publique n’était pas un problème, mais la solution. Elle ballonne, ils jubilent.  
  • Les libéraux, de leur côté, mettent en évidence l’inadaptation des bureaucraties publiques, pétrifiés de réglementations inapplicables, à des situations de crise exigeant des réactions rapides. 

Et ils font l’apologie de la résilience de la société civile, pour mieux souligner les carences initiales de l’Etat, comme le déclare Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation pour la Recherche Stratégique, à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel :

Nous en sommes encore au moment où chacun voit ses idées et ses présomptions confirmées par la crise du coronavirus. C’est vrai à l’Ouest comme à l’Est, à gauche et à droite. Pourtant, les conséquences de la crise sont déjà en train d’apparaître.

Le recul de la mondialisation

Et pour Bruno Tertrais, la première de ces conséquences est le déclin (mais non la fin) de la mondialisation. Cela faisait déjà un moment que, pour des raisons stratégiques, les Occidentaux songeaient à réduire leur dépendance envers la Chine. Le moment est venu de passer à l’acte. L’obsession de la production « en temps réel », exactement ajustée à l’état de la demande, va devoir faire place à la nécessité de constituer des stocks et de les gérer. Et pas seulement dans le secteur sanitaire. 

C’est un point de vue défendu également par Shannon K. O’Neil, vice-présidente du Council on Foreign Relations. Les chaînes d’approvisionnement mondiales étaient déjà prises pour cibles, écrit-elle dans la revue Foreign Policy. Pour des raisons économiques : le coût du travail ne cesse de progresser en Chine et l’équipement des états anciennement industrialisés en robots leur permet de rapatrier de nombreuses activités industrielles. Pour des raisons politiques aussi : la montée des tensions entre les Etats-Unis et la Chine va relancer la guerre commerciale entre les deux pays qui avait semblé s’apaiser en début d’année, avec la signature d’un traité économique en janvier. 

Vers un renforcement de l’Etat

Deuxième tendance de fond : la pandémie va consolider l’Etat et renforcer les nationalismes. 

Les gouvernements, de toute nature, vont adopter des mesures d’urgence pour gérer la crise et ils seront nombreux à répugner à renoncer à ces nouveaux pouvoirs, une fois la crise passée.

Stephen M Walt, professeur de relations internationales à Harvard

« Pour les années à venir, pronostique, de son côté, Richard N. Haass, qui prévoit une crise de longue durée, les gouvernements seront davantage tournés vers eux-mêmes, sur ce qui se passe à l’intérieur de leurs frontières plutôt que sur ce qui se passe au-delà. J’anticipe des mouvements de grande ampleur en direction de l’autosuffisance ; et une plus grande opposition à l’immigration de masse. »

Du coup, les gouvernants autoritaires qui en général basent leur pouvoir sur un ultranationalisme, estime l’ancien diplomate indien Shivshankar Menon, vont en profiter pour se renforcer. En Chine, en Russie, en Turquie, en Hongrie, mais aussi en Inde, les « hommes forts » renforcent partout leur prise sur les appareils d’Etat, à la faveur de la lutte contre le coronavirus. 

Quand populisme rime avec multilatéralisme

Les leaders populistes, expliquent Alexander Cooley et Daniel Nexon, dans Foreign Policy tendent à aggraver l’émiettement de l’ordre international. Ils estiment leur propre souveraineté mieux protégée dans un monde où ils peuvent jouer sur les rivalités entre un certain nombre de grandes puissances. Ils apprécient beaucoup les prêts et les aides de la Chine : contrairement aux puissances occidentales, cette assistance n’est jamais conditionnée au respect de principes démocratiques. Au contraire. Il suffit de soutenir les positions chinoises dans les instances internationales et de s’abstenir de critiquer l’Empire du Milieu. En outre, la Chine ferme les yeux sur les cas de corruption : autant d’occasions de récompenser les soutiens du pouvoir. 

Théoriquement alliés des Etats-Unis, qui s’en inquiètent, les Erdogan, Orban et autres Duterte se vantent de soutenir aujourd’hui le « multilatéralisme » et, partant, l’indépendance de leurs nations. Ils se prétendent « pragmatiques », mais c’est surtout une façon de se débarrasser des ONG occidentales qui entendaient contrôler le déroulement démocratique des élections, ou la liberté de la presse. Cette tendance autoritariste va s’accentuer à la faveur de la crise. 

Mais en même temps, l’échec pathétique des dirigeants populistes, à la Trump ou Bolsonaro dans la gestion d’une épidémie dont ils ont insolemment sous-estimé les conséquences sanitaires devrait ouvrir les yeux de leurs électeurs… 

Un modèle chinois résilient, un modèle américain fragile ?

Andrew Sheng et Xiao Geng, deux experts de Hong Kong, dressent un premier bilan des erreurs de Washington dans la gestion de la crise, en comparant avec celle de Pékin. « Les confinements draconiens de la Chine ont produit un spectaculaire déclin de nouveaux cas », écrivent-ils. « Alors que la réponse retardée et fragmentée de l’Amérique a permis aux nouvelles infections de monter – ainsi que le nombre de décès. »

Plus généralement, selon ces deux experts, la crise aura été une occasion de comparer les deux modèles de développement. Et les Etats-Unis n’en sortent pas vainqueurs. 

Leur économie est, en effet, basée sur une consommation intérieure colossale, mais financée à crédit. Ce qui la rend possible est un système financier fragilisé par les effets de levier. Et la bourse est totalement déconnectée de l’économie réelle. Une bonne partie des emplois relèvent de la gig economy, des petits boulots, payés « à la tâche », mis en musique par les plateformes numériques. L’envolée spectaculaire du chômage témoigne de la généralisation de la précarité de ce modèle.

À rebours, le modèle chinois est basé sur un écosystème numérique qui permet aux usagers des plateformes à la fois de consommer et de gagner de l’argent. En cas de confinement, ce système permet de maintenir un grand nombre d’activités. Grâce à Alibaba ou à Pinduoduo, les Chinois ont pu continuer non seulement à consommer, mais de développer des activités d’autoentrepreneurs. 800 millions de smartphones, connectés entre eux, assurent aux Chinois une horizontalité des échanges, complémentaire de verticalité de leur réseau bancaire. 

Face aux États à la manœuvre, une coopération internationale insuffisante ?

De nombreux commentateurs, constatant à quel point les États ont repris la main, à l’occasion de la crise, redoutent un déclin de la coopération internationale, jugée pourtant nécessaire pour combattre l’épidémie sur le plan médical et pour en conjurer les effets dévastateurs sur l’économie mondiale. 

« Le vrai risque est qu’en cas de crise prolongée, écrit ainsi Thomas Wright, de la Brookings Institution, la coopération internationale soit vidée de sa substance – entre les alliés occidentaux et entre l’Amérique et la Chine – et laisse _un monde plus anarchique encore_, celui de de tous contre tous. » Et il en veut pour preuve le fait qu’aucun gouvernement de la planète n’ait suivi le plan de lutte contre l’épidémie qu’avait publié l’OMS. Chaque gouvernement a cherché à protéger sa propre population avec les moyens à sa disposition. Cela pourrait avoir de fâcheuses conséquences en cas de crise majeure quelque part. 

Durant la Guerre froide, rappelle ce chercheur, les USA et l’URSS ont coopéré sur de nombreux dossiers, veillant notamment à la non-prolifération des armes nucléaires et aboutissant à des réductions dans leurs propres arsenaux.  

Des inquiétudes pour l’Afrique

Jakkie Cilliers, universitaire, un expert sud-africain, est inquiet pour l’Afrique. La crise va provoquer une chute de la croissance dans tout le continent, alors que les économistes africains estimaient, avant l’épidémie, que cette croissance devait atteindre des taux très élevés – de l’ordre de 10 à 14 % pendant dix ans – pour mettre fin à la grande pauvreté. Au contraire, celle-ci va donc s’accroître. 

Et l’Afrique étant devenue très dépendante en denrées de base., la rétractation du commerce international l’inquiète. « Le résultat, pour nous, pourrait être une plus grande dépendance envers la Chine », écrit-il. Car l’aide américaine est très faible et celle de l’Europe insuffisante.

Mais le virus va aussi fragiliser les États faibles, nombreux sur le continent. Les gouvernements vont avoir de plus en plus de difficultés à lutter contre le crime organisé et le terrorisme. En RCE, RDC, Sud-Soudan, il faut s’attendre à un retrait, ou au moins à une réduction des troupes de maintien de la paix déployées par l’ONU. Et donc à un regain d’instabilité dans cette région. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *