La permaentreprise, un modèle pour demain

L’entrepreneur engagé Sylvain Breuzard nous fait un cadeau. Il offre à tout dirigeant le plan des opérations pour mettre son entreprise en ordre de bataille contre les principaux périls qui nous menacent instamment : la biodégénérescence de la planète et le creusement des inégalités. Une lecture salutaire et peut-être salvatrice.

J’ai connu Sylvain Breuzard il y a un peu moins de vingt ans, alors qu’il occupait la présidence du CJD (2002 — 2004). J’ai retenu deux traits saillants de son caractère. Le premier – cela n’étonnera personne –, c’est son incroyable énergie militante. Pendant ses deux années de mandat, Sylvain a sillonné la France pour promouvoir la performance globale et faire connaître le CJD, qui comptait alors 2000 membres. Infatigable. Il démarrait à fond, puis accélérait ! Son mandat au CJD ne fut pas une simple parenthèse (intense, mais brève) dans la vie d’un chef d’entreprise. Il prolongea son engagement notamment au sein du Réseau Etincelle et de Greenpeace France. Sans doute avec la même détermination. Tout en continuant de diriger l’entreprise qu’il avait fondée, Norsys.

Le second trait de personnalité que je reconnais à Sylvain est moins visible. Il s’agit de son souci de vulgariser, de les rendre accessibles, actionnables. Quand en 2002, Sylvain prend la présidence du CJD, il constitue une équipe capable de mettre à la portée des adhérents du CJD la réflexion initiée par celle qui le précédait dans la fonction, à savoir Louise Guerre, initiatrice de la transformation du réseau, de sa professionnalisation. Concrètement, le mandat de Sylvain sera le premier à proposer aux adhérents des outils et méthodes pour développer la performance de leurs entreprises. Ces outils prennent la forme de guide d’animation de commission sur trois thématiques : la performance globale, l’innovation et la formation. Depuis, l’offre du CJD n’a cessé de se développer, comme le CJD lui-même. Nul doute que les présidences de Louise Guerre et Sylvain Breuzard auront été décisives pour amorcer le rebond qui permit au mouvement de gagner à nouveau des adhérents et de se situer à son niveau actuel.

Engagements exigeants

Cette longue introduction psychologico-historique pour présenter l’ouvrage que Sylvain Breuzard publie cette année aux Editions Eyrolles : La permaentreprise, un modèle viable pour un futur vivable, inspiré de la permaculture. Car là aussi, nous avons affaire à un guide pratique, à la fois pédagogique et incitant à l’action. Le constat de départ est posé : les modèles d’organisation actuels échouent à proposer des solutions aux trois grands problèmes de l’humanité, à savoir le dérèglement climatique, la détérioration de la biodiversité et l’augmentation des inégalités. La RSE ? Trop éloignée du cœur stratégique de l’entreprise et souvent une affaire de communication. La raison d’être ? Intéressant, mais sans définition juridique, elle se transforme « en levier de réputation ». La performance globale ? Elle permet certes de questionner tous les aspects de l’entreprise, mais elle s’avère peu exigeante en termes d’objectifs. La société à mission ? Un pas dans la bonne direction, mais « aucune exigence au niveau de l’ambition des objectifs que se fixe l’entreprise, ni de la dimension globale de ses engagements tels que sa gouvernance, sa politique en ressources humaines, la nature de ses offres de produits et services ».

Un autre modèle doit être expérimenté qui trouve son inspiration dans la permaculture. La permaculture s’enracine dans trois principes éthiques : prendre soin des humains, prendre soin de la terre, se limiter et partager les surplus. De même, la permaculture part du terrain. Sa méthode consiste à observer les écosystèmes naturels locaux, à en tirer des connaissances pratiques, d’expérimenter, de corriger le tir, d’améliorer. Ceci posé, l’ouvrage décline les douze grands principes à respecter pour devenir permaentreprise, tout en proposant des idées inspirantes pour les traduire ces principes en réalités. La deuxième partie de l’ouvrage sera largement consacrée à la mise en œuvre, au processus permettant de déboucher sur ce nouveau modèle d’entreprise. Une méthode en cinq étapes est proposée reposant sur deux partis pris : créer une dynamique collaborative et se centrer sur les résultats.

Le guide du XXIème siècle

Incontestablement, l’ouvrage de Sylvain Breuzard ouvre des perspectives et offre des leviers à celui ou celle qui décide de relever les défis de son temps. L’entreprise peut contribuer – doit contribuer – à la transition de notre modèle de civilisation. C’est une conviction depuis longtemps ancrée chez Sylvain. Et également chez Louise, qui a engagé son entreprise et ses équipes dans cette nouvelle voie. La lecture de ce guide s’avère indispensable au dirigeant du XXIe siècle. A souligner le délicat travail d’illustration d’Etienne Appert, qui rend l’ouvrage non seulement plus accessible, mais surtout plaisant.


Sylvain Breuzard, La permaentreprise, un modèle viable pour un futur vivable, inspiré de la permaculture, Eyrolles Editions, 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *