Kamel Afrit (Le zinc à burgers) : quand la restauration rapide devient éco-responsable

Kamel Afrit et son équipe

Avec son concept du Zinc à Burger, Kamel Afrit propose une approche différente de la restauration rapide : des produits bruts, biologiques pour la plupart, un service de qualité et des lieux cosy et incarnés. Même s’il s’en défend, il s’agit bien d’une démarche éco-responsable, fondée sur les valeurs de son dirigeant passionné par son métier.

A 14 ans, Kamel Afrit crée sa première association de jeunes. A 18 ans, fort d’un parcours associatif déjà conséquent, il se lance dans la vie professionnelle au sein de la Poste où il crée une association pour les enfants. Fonctionnaire pendant 21 ans, il se consacre alors aux activités pour les jeunes et les adolescents. C’est à l’approche de la quarantaine que sa nouvelle vie professionnelle commence : il découvre Subway, enseigne bien connue de la restauration rapide et devient l’un des premiers franchisés de la marque américaine.

Au bout de quelques années, Kamel Afrit se retrouve à la tête de 4 restaurants Subway à Lyon. Pourtant en 2015 suite à des désaccords avec l’enseigne, il vend ses restaurants afin de se consacrer à un nouveau projet, davantage porteur de sens et incarnant les valeurs qui lui sont chères. « Mon constat était le suivant : les gens ont besoin d’un service rapide, mais c’est dommage d’empiéter sur la qualité, aussi bien des produits que du lieu. Mon projet était né : proposer des produits sourcés, frais et locaux, dans un cadre convivial propice aux échanges et au moment de détente qu’est le temps du repas ».

La simplicité et la qualité au cœur du concept

Aujourd’hui, Kamel Afrit gère le Zinc à Burger, composé de 2 établissements à Lyon, le 1er ouvert en 2015, qui dispose de 80 couverts environ, et enfin un deuxième inauguré en juin 2019. Pour développer son concept du Zinc à Burger, Kamel Afrit s’est appuyé sur ses valeurs. « Depuis tout petit, j’ai appris à faire la cuisine avec ma mère à partir de produits bruts et d’épices. Par exemple, je remplace le sel par tous types d’épices, notamment dans les préparations de frites. Résultat : aujourd’hui 90 % clients ne rajoutent pas de sel dans leur assiette, bien qu’il soit mis à leur disposition ».

Au service du plaisir de bien manger

La valeur qui guide Kamel Afrit, c’est aussi de permettre à ses clients de retrouver le plaisir de manger, parfois perdu dans des quotidiens bien remplis. Même si le restaurant a pour spécialité les burgers, comme son nom l’indique, on retrouve aussi des salades de qualité à la carte. « Qui dit restauration rapide, ne dit pas forcément malbouffe. Je suis tout à fait conscient que mes clients doivent manger vite, à cause de leurs impératifs professionnels, c’est pourquoi je propose un service rapide, mais dans un environnement agréable et surtout non aseptisé, contrairement aux fast-foods classiques ». Tandis que le premier restaurant dispose d’une bibliothèque qui invite à la lecture, le second arbore une fresque dessinée par Laurent Jacquet mentionnant un trait d’humour « la Terre est la seule planète où il existe du chocolat, préservons là ». Des espaces ainsi dédiés à la détente.

Des actions mises en œuvre pour le respect de l’environnement

Le concept du Zinc à Burger s’appuie aussi sur des engagements forts dans le domaine de l’écologie. Pourtant, Kamel Afrit souhaite s’éloigner des appellations éco-responsables : « Le terme écolo évoque pour moi la politique et ce n’est pas ce que je veux transmettre. Si nous tentons autant que possible de réduire nos consommations et notre empreinte environnementale, c’est avant tout parce que nous trouvons que c’est du bon sens : nous proposons le meilleur à nos clients, comme on le fait aussi naturellement pour nos enfants, en les nourrissant d’aliments bios. Ayant travaillé pendant plus de 20 ans à la montagne, le respect de la nature est pour moi fondamental ». La rentabilité à outrance comme on la trouve dans certaines chaînes, très peu pour Kamel Afrit. Même si certaines actions ont un surcoût, elles sont mises en place dans un souci de protection de la planète comme de ses équipes et de ses clients.

Des produits locaux choisis pour leur qualité

Côté produits d’abord, le Zinc à Burger dispose d’une charte qualité exigeante qui est au cœur de la démarche. Le traditionnel buns des burgers est en réalité du pain de campagne à la meule de pierre, tandis que la viande, issue d’Ecosse est de l’Angus Aberdeen, connue pour faire pâturer une bête à l’hectare. « Nous avons aussi à la carte des burgers végétariens et vegans. De plus, nous proposons un large choix de salades, qui viennent de Villefranche. Notre objectif est de proposer une carte bistrot comme à l’époque. » Pour l’approvisionnement, Kamel Afrit a sourcé l’an dernier une société alsacienne qui propose uniquement des produits biologiques, cultivés localement sur 80 hectares et transformés grâce aux énergies renouvelables. Parmi les produits utilisés au sein du Zinc à Burger, on retrouve aussi du beurre bio, de la farine bio, et enfin, des frites fraîches, de pommes de terre, mais aussi de patates douces, qui rencontrent un vif succès parmi la clientèle.

Des actions écologiques mises en place dans les restaurants

Côté équipements et entretien, la démarche éco-responsable, même si elle n’en porte pas le nom conformément à la volonté de son fondateur, est bien ancrée. Les produits d’entretien sont désormais biologiques, ce qui permet de respecter à la fois l’environnement et la santé des équipes, tandis que les sacs-poubelle sont biodégradables.

Dans le 2e restaurant récemment ouvert, on retrouve aussi des savons éco-certifiés, sous forme de copeaux, et non plus liquides, ceux-ci étant considérés comme polluants. « Nous avons aussi lancé une forte réduction, voire suppression des plastiques et des jetables. Finis les gobelets plastiques, et nous allons très prochainement supprimer totalement les emballages jetables au profit de vaisselle consignée, ou a minima d’emballages compostables. Pour tout ce qui est boissons, nous sommes passés sur la consigne pour l’ensemble des contenants : bouteilles d’eau, thés, limonades, etc. » Enfin, le Zinc à Burger a supprimé totalement les pailles en plastiques au profit de pailles alimentaires, celles-ci ayant une durée de vie de 30 minutes dans un milkshake, qui coûtent pourtant 40 fois plus cher. Un investissement qui vaut le coup pour Kamel Afrit.

Une véritable attention portée aux clients

Au sein des 2 restaurants le Zinc à Burger, ouverts 7 jours sur 7 le midi comme le soir, la clientèle est composée majoritairement d’actifs. Pour ses clients, Kamel Afrit propose en réalité une approche à la fois simple et efficace de la restauration. « Le client souhaite retrouver du service, il n’est pas juste une carte bleue à nos yeux. Dans cette optique, nous allons repasser très prochainement au service à table, tout en essayant de garder le même temps de repas. »

Mon message pour les entrepreneurs ? Faites ce que vous avez envie et faites-le bien. Travailler pour travailler, ça ne vaut pas le coup. Même si parfois on se sent à contre-courant, il faut se faire plaisir et aller au bout de ses envies.

Kamel Afrit

A table justement, les clients disposent, grâce à des QR code, d’un large choix de magazines à disposition ainsi que des informations touristiques sur la ville de Lyon. Pour l’avenir, Kamel Afrit souhaite avant tout consolider son concept de Zinc à Burger et continuer à développer ses restaurants à l’aide de sa vingtaine de salariés.

« Mon message pour les entrepreneurs ? Faites ce que vous avez envie et faites-le bien. Travailler pour travailler, ça ne vaut pas le coup. Même si parfois on se sent à contre-courant, il faut se faire plaisir et aller au bout de ses envies », conclut Kamel. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *