Une sucrerie bonne pour les dents, ça existe enfin !

Sucettes Lollitol

Pouvoir manger des bonbons sans être rappelé à l’ordre est un rêve pour nombre d’enfants. Grâce au groupe Enssoff, c’est devenu une réalité. Pas pour tous les bonbons encore. Juste pour les sucettes.

Elle s’appelle Lollitol, et se décline en sept parfums différents : fraise, chocolat, citron, ananas, mangue, framboise et orange. Lancée en 2019 sur le marché français par Enssoff, une start-up installée en Ile-de-France et à Nice, cette sucette est au xylitol, un sucre extrait de l’écorce de bouleau, très connu dans les pays scandinaves et qui entre dans la composition de nombreuses sucreries notamment, dans celle des sucettes Zollipops aux Etats-Unis. Mais Lollitol et Zollipops sont deux produits totalement différents. « Nos sucettes contiennent beaucoup plus de xylitol que celles fabriquées aux USA, explique Ovadia Schvarcz cofondateur avec David Dadouche de l’entreprise. Cet édulcorant naturel a trois avantages. Il a le même goût que le sucre, son indice de glycémie est très bas et enfin il fait baisser l’acidité dans la bouche. »

Une sucrerie bel et bien bonne pour les dents puisque l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD) l’a labellisée. Pour cette organisation qui regroupe les personnels des professions dentaires, la composition de la sucette à base de xylitol et l’enrichissement en vitamine C, contribuent au maintien et à la minéralisation des dents. L’usage quotidien de cet édulcorant naturel est, dit-elle, particulièrement intéressant, pour les personnes à risques carieux pourvu que l’on ne consomme pas plus de deux sucettes par jour ; le xylitol pouvant avoir des effets laxatifs.

Les bonbons c’est tellement bon…

L’idée est venue d’un constat simple. Les adultes comme les enfants mangent trop de produits sucrés. Et dans la famille Schvarcz, les friandises étant presque proscrites, il fallait trouver un produit qui allie gourmandise et bien-être. C’est ainsi qu’avec son associé, David Dadouche et son épouse dentiste, ils étudient les alternatives au sucre et choisissent la sève de bouleau. Les deux entrepreneurs lancent alors un site marchand « basique », communiquent sur les réseaux sociaux, participent à différents salons, testent leur produit auprès des consommateurs… après un an de recherche et de développement, plusieurs recettes et modèles de packaging différents, la sucette bonne pour les dents est lancée.

« Nous voulions proposer notre produit, dès le départ, prioritairement en pharmacie et parapharmacie. Notre challenge était d’installer notre marque comme la référence d’un bonbon sain, et ainsi de dédiaboliser l’achat de confiseries pour les enfants. Aujourd’hui, en plus d’un réseau de pharmacies, Lollitol est présente dans de nombreux magasins du groupe Casino, dans les boutiques de jouets comme PicWictoys, et certains Carrefour Market. Les sucettes sont rondes ou plates et ovales, en fonction du lieu de vente. Avant la pandémie de Covid, environ trente mille sucettes étaient vendues par mois ; il s’en vend aujourd’hui moitié moins. » Il est vrai aussi que le coût à l’unité, entre soixante et quatre-vingt-dix centimes d’euro, peut être un frein au développement de la gamme. Du coup, pour augmenter le volume de ses ventes, le groupe Enssoff envisage de lancer dès que la situation sanitaire le permettra, une sucette pour adultes contenant moins de xylitol que Lollitol, d’un coût à l’unité moins élevé, et distribuée en grandes surfaces.

Un groupe diversifié

Le mot Enssoff veut dire infini en hébreu, un terme choisi qui permet au groupe créé en 2011, de se segmenter en déclinant des marques de produits innovants. Il en compte actuellement quatre. Health + tournée vers la santé et le bien-être via la technologie, Lollitol, Popsy qui propose des maques design, lavables, réutilisables et Bizzz dédiée à l’achat d’impulsion dans les commerces de proximité. Il s’agit de placer sur des présentoirs soignés, devant les caisses des magasins alimentaires, des produits qui ne se mangent pas et qui vont du kit sécurité deux roues aux accessoires de téléphone en passant par les écouteurs. « Cette mise en forme nous a demandé trois ans de travail. Les packagings sont petits, adaptés à chaque produit et visent à susciter l’envie du consommateur. »

En janvier prochain, le groupe lancera une cinquième marque, Bezeen. « Nous allons proposer tout ce qui est autour du CBD, autrement dit du cannabidiol, un chanvre relaxant. Notre gamme de produits ne contiendra pas plus de 0,02 % de THC et sera vendue dans un premier temps en pharmacie puis dans un second temps en grande distribution. Il y aura des huiles pour le corps, des crèmes à appliquer sur la peau, des produits pour le bain, des infusions, des bonbons, des cookies… » Infini.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *