Que pense la jeunesse de Greta Thunberg ?

Crédits : Pexels – Markus Spiske temporausch.com

OPINION – Un article du Point s’intéresse aux caractéristiques sociologiques des détracteurs de Greta Thunberg. La presse s’intéresse beaucoup à eux et leur donne la parole. Mais que pensent les plus jeunes d’entre nous de celle qui est devenue, qu’on le veuille ou non, un symbole ? Léopoldine, lycéenne de 14 ans, donne sa réponse. Loin d’être considérée comme une icône, Greta Thunberg représente celle « qui essaie », avec les moyens dont elle dispose, de changer l’avenir qui nous est promis.

Aujourd’hui, tout le monde connaît Greta Thunberg, la jeune militante suédoise pour le climat, créatrice du mouvement Fridays for Future. Le réchauffement climatique est un sujet qui nous concerne tous, des plus jeunes aux plus âgés, car les derniers vont laisser un monde portant les traces de leurs actions aux premiers. La surconsommation des ressources mondiales et la longue ignorance de la destruction de notre planète nous ont conduits au point où nous sommes aujourd’hui, c’est-à-dire un réchauffement climatique de 3,5 °C en 2020, des feux en Amazonie, en Australie, une sixième crise biologique… Et cela concerne tout particulièrement les jeunes, car ils sont l’avenir de la planète. Grâce à son mouvement, Greta rassemble des millions de jeunes de centaines de pays pour militer contre la crise écologique et demander aux gouvernements d’agir.

Dans ses discours, la jeune fille critique tout particulièrement l’inaction des chefs d’Etats face au changement climatique et le fait de parler de croissance économique alors que le climat est dans un état critique. Ses discours sont ponctués de nombreux chiffres d’études, ce qui lui vaut le soutien des scientifiques qui la jugent « très mature » et la félicitent d’avoir compris les enjeux du moment.

Manipulation ?

Mais Greta Thunberg est aussi beaucoup critiquée, notamment sur les réseaux sociaux, par des personnalités plus ou moins influentes. Ainsi, en France, certaines personnes (le plus souvent des hommes âgés) jugent ses discours superflus, car elle ne fait que donner des chiffres et critiquer le système, sans proposer de solutions. Bernard Chenebault se voit destitué de son poste de président des « Amis du Palais de Tokyo » pour avoir appelé au meurtre de Greta, le 29 septembre 2019. Le 7 septembre 2019, un mannequin à son effigie est retrouvé pendu sous un pont portant l’inscription « Greta is your God » autour du cou. Laurent Alexandre, le créateur du site Doctissimo, dit que ses propos aggravent le changement climatique et mène à une « dictature verte ». Il critique aussi sa « pensée apocalyptique dépressive et catastrophique pour la jeunesse » ainsi que sa grève de l’école. Il parle aussi de manipulation, car « on ne peut pas critiquer une enfant malade », faisant référence au handicap de Greta, et accuse la jeune fille d’être instrumentalisée par des extrémistes.

Beaucoup pensent comme lui : des internautes critiquent la traversée transatlantique en voilier effectuée par Greta, car ils soupçonnent que cela implique plusieurs voyages en avion. D’autres parlent d’utilisation de Greta par Ingmar Rentzhog, un spécialiste de la communication suédois, pour promouvoir sa start-up « We Don’t Have Time », ayant pour objectif de trouver des solutions à la crise climatique. La célébrité des parents de Greta (sa mère est chanteuse d’opéra et son père acteur, producteur et auteur) laisse penser que ceux-ci utilisent leur fille pour promouvoir cette start-up afin de gagner de l’argent.

Attaques ad hominem

Crédits : Pexels – Markus Spiske temporausch.com

Le fait que Greta Thunberg soit jeune et ait arrêté l’école pour se consacrer à sa vie de militante pour le climat donne aussi une opportunité à ses opposants pour l’attaquer. Ainsi Michel Onfray critique le fait que « les bêtises des enfants sont toujours la faute des parents et des adultes qui les entourent ». Il déplore, comme Vladimir Poutine, le manque d’informations sur le monde actuel que possède la jeune fille. Cette dernière est le plus souvent attaquée sur sa personne et non sur ses idées.

Je n’imagine pas que Greta soit l’objet d’une manipulation. Toute l’ampleur qu’a prise son mouvement est basée sur le « buzz » qu’elle a fait quand les médias suédois la montraient, manifestant seule dans la rue. Ainsi, elle a pu obtenir des soutiens et encore plus de visibilité ce qui l’a emmenée à parler devant les personnalités les plus influentes, Donald Trump par exemple.

Je pense que nous avons besoin de gens comme elle dans notre société, car trop peu de gens encore s’intéressent au climat et à l’avenir de notre planète. Nous avons besoin de quelqu’un qui nous fait nous rendre compte de la gravité de ce qu’il se passe, et de nous faire agir. Je ne dis pas que Greta a la bonne méthode ni qu’elle arrivera à convaincre tout le monde, mais elle essaie. Et l’on n’a rien sans rien.

Mais malgré tout ce que l’on peut dire sur elle, elle a quand même réussi à rassembler des millions de personnes avec elle, et à faire réaliser à des gens que le climat était en état d’urgence, ce qui est quelque chose qu’on ne peut pas négliger et qui devrait être la première lutte dans le monde.

Car si l’on ne fait rien pour cela, au fond, lutter pour les droits des femmes, des LGBTQI+ sera vain. Le combat pour le climat conditionne tous les autres.


Léopoldine M.R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *