Crédit : Klaus Nielsen – Pexels

Dans les organisations, l’ennui naît de l’uniformité

Paradoxe : dans les organisations, on promeut la diversité, mais on a horreur du conflit. Or le conflit naît de la différence – et donc de la diversité – des points de vue.

Crédit : Klaus Nielsen – Pexels

Enfin d’accord sur tout !

Antoine Houdar de La Motte (1672 – 1731) est aujourd’hui complètement oublié. Pourtant cet écrivain contemporain de Jean de la Fontaine occupait une place importante dans la vie intellectuelle de son époque. Dans un recueil de fables de 1719, Houdar de la Motte nous conte l’histoire de quatre amis qui n’étaient jamais d’accord et qui se querellaient dans cesse. Un jour, l’opposition fut si forte « Que l’entretien devint presque une lutte ».

Ces quatre amis décidèrent alors de demander à Apollon de les mettre enfin d’accord sur tous les sujets à l’avenir. Ce que fit le dieu.

« Des quatre ne fit qu’une tête :
C’est-à-dire qu’il leur donna
Sentiments tout pareils et pareilles pensées. »

L’harmonie. Enfin ! Plus de conflictualité ni de tension.

Mais voilà qu’en étant d’accord sur tout, tout l’intérêt de leur relation s’évanouit. Le sel de leur amitié disparaît. A cette concorde nouvelle succède rapidement l’ennui.

« L’ennui vint : l’amitié s’en sentit altérer.
Pour être trop d’accord nos gens se désunissent.
Ils cherchèrent enfin, n’y pouvant plus durer,
Des amis qui les contredissent. »

La morale de cette fable tient tout entière dans ce dernier vers passé à la postérité :

« L’ennui naquit un jour de l’uniformité. »

La conflictualité comme condition de la survie des entreprises

Houdar de la Motte nous met en garde ici contre l’envie compréhensible de pacifier à tout prix les relations, quitte à gommer toutes différences et à uniformiser les opinions. Ce qui vaut pour les amis vaut également pour la vie des organisations. A l’heure où le mot diversité s’affiche sur le fronton des sièges sociaux, il est bon de rappeler que qui dit diversité dit en même temps possibilité de conflit. L’un ne va pas sans l’autre. Or ce risque est généralement redouté. La conflictualité, on n’en veut pas dans les entreprises. Dans les organisations, il faut que tout soit fluide, facile, sans aspérités.

Pour que des individus aiment à travailler ensemble dans la durée, il faut deux ingrédients indissociables : générer de la confiance et y trouver un intérêt, quel qu’il soit. C’est aussi simple que cela : l’individu s’engage parce qu’il a une bonne raison de le faire et parce que les relations qu’il noue avec les autres individus sont fiables.

Manager, cela revient simplement à créer les conditions pour que cela soit possible. Et cela ne peut être possible qu’en acceptant cette conflictualité inhérente à la vie des organisations, qu’en créant des occasions et un cadre pour qu’elle puisse s’exprimer… sans se transformer en guerre. Rien de pire que les conflits larvés.

Sans conflictualité, pas de diversité, pas de créativité, pas d’innovation… Ni d’avenir.

Partager cet article :

Antoine Lefranc

Journaliste professionnel, il collabore à différents titres de presse nationale et régionale

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :