Tags : Gouvernance

Points de vue

Le court-terme construit le long-terme

L’éviction du PDG de Danone, Emmanuel Faber, a fait couler beaucoup d’encre et chacun y est allé de son explication. Ce qu’on a beaucoup entendu est qu’elle marquait le triomphe du court-termisme financier sur la vision de long terme et l’engagement sociétal. L’histoire serait celle d’un PDG engagé dans une démarche de changement du monde […]Lire la suite

Entreprises

Actionnariat salarié : trois raisons d’ouvrir le capital de l’entreprise

L’entrepreneur qui souhaite associer ses salariés à la bonne marche de son entreprise dispose de deux catégories de solutions pour partager la valeur. La première catégorie regroupe les dispositifs qui impactent le résultat de l’entreprise : primes collectives, participation ou encore intéressement. La seconde, les mécanismes qui partagent la propriété de l’entreprise, comme l’actionnariat salarié. Ce […]Lire la suite

Entreprises

Quand le management ne s’appuie plus sur une hiérarchie, mais

Les dirigeants d’Arcadie, société de transformation d’épices, tisanes et arômes bio, ont signé le 2 mai 2017 devant les Arcadiens leur Constitution. L’entreprise classique est morte ! Vive l’holacratie ! Patrons, managers et employés, tous égaux, obéissent aux mêmes règles. Le management ne s’appuie plus sur une hiérarchie, mais sur une constitution. Le 24 février 2015, à […]Lire la suite

RSE

La Fabrique : « un pouvoir réparti au plus grand

A Francheville près de Lyon, Fabrice Poncet et Nicolas Autric ont créé une ébénisterie, La Fabrique. Au-delà d’un savoir-faire, les deux dirigeants ont souhaité mettre en place des pratiques managériales tournées vers le lien social, le bien-être des collaborateurs, l’inclusion, la participation active de chacun aux décisions. Près de douze années d’expérimentation grandeur nature font […]Lire la suite

RSE

Happy GOVDAY : La gouvernance du XXIe siècle doit créer

« La question de la gouvernance est aussi vieille que l’humanité », selon Eric Julien géographe et modérateur du débat « Gouvernance du XXIe siècle : ère de la raison d’être ? » qui s’est tenu le 9 décembre 2019 lors du sommet HappyGovDay à Lyon. Pourtant, les termes, les notions et les approches évoqués lors des échanges entre les dirigeants […]Lire la suite

RSE

Happy GOVDAY : Gouverner en se souciant de l’environnement (1/3)

L’environnement et son écosystème étaient au cœur des débats d’HappyGovDay, le sommet international de la gouvernance, qui s’est tenu à Lyon les 10 et 11 décembre 2019. Gouverner, une instance politique, une association ou une entreprise, repose sur les mêmes fondamentaux : se soucier de son environnement à l’instant T et à un horizon plus lointain ; […]Lire la suite

RSE

Loi PACTE : « la raison d’être est un outil

Dernier moment de notre rencontre avec Jacques Mercier, qui considère la définition de la raison d’être de l’entreprise comme une opportunité pour un dirigeant : l’opportunité de se rapprocher de l’ensemble de ses parties prenantes. A quelles questions répond la raison d’être ? Jacques Mercier : Définir une raison d’être revient à répondre à trois questions. […]Lire la suite

Portraits Entreprises

Gouvernance : « métisser les instances de décision est indispensable

Depuis 2017, deux éditions de Happy GovDay ont eu lieu à Lyon. A l’origine du projet, Virginie Nogueras, entrepreneure passionnée, engagée et à l’énergie communicative. Diplômée d’une école de commerce, Virginie Nogueras se destine rapidement à des missions de conseil en Ressources Humaines et en management. Le monde du conseil lui convient bien : elle y […]Lire la suite

RSE

Loi PACTE : « la pertinence de la raison d’être

Deuxième temps de l’interview de Jacques Mercier, fondateur de l’agence Entropy. Focus sur l’intérêt social des sociétés. Quelle est la conséquence majeure de l’adoption de la loi « PACTE » pour l’entreprise ? Jacques Mercier : Intégrer les enjeux sociaux et environnementaux dans la gestion de l’entreprise n’est pas sa raison d’être, c’est son devoir ! L’article 1833 du Code civil […]Lire la suite

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :