Innovation : les TPE et PME doivent retrouver leur « less is more »

Des ruptures stratégiques se font de plus en plus nombreuses et sont le plus souvent introduites par de nouveaux entrants, malgré les efforts conséquents des acteurs historiques pour innover. Pourtant ces nouveaux entrants n’ont pas forcément de gros moyens ni les meilleures compétences au départ. À travers son ouvrage sorti tout dernièrement, désapprendre pour innover, Maximilien Brabec, consultant-praticien, conférencier et auteur, apporte des réponses pour permettre à nos chères entreprises établies de se recomporter en nouvel entrant, avec études à l’appui.

Photo de Kaboompics .com provenant de Pexels

L’explication majeure vient de l’ancrage qu’ont les acteurs historiques sur leur modèle actuel A, qui correspond à une forme de camisole de pensée dont ils ne peuvent se sortir. Ils auront beau faire de la créativité, leurs idées s’inscriront à l’intérieur de leur ancrage sans qu’ils en aient conscience. Ils auront l’impression d’avoir trouvé un B innovant par rapport à leur A, alors qu’en réalité c’est un véritable A’ qui reste figé dans la camisole. C’est une forme d’innovation washing inconsciente.

Les constructeurs automobiles VAG et Volkswagen qui étaient convaincus de sortir un B avec leur automobile électrique se sont rendu compte en désossant la Tesla Model 3 en 2020, que celle-ci est un véritable B qui a 6 ans d’avance par rapport ce qu’ils sont en train de concevoir : la Tesla 3 est une architecture numérique de propulsion, qui les interpelle sur leur véritable A’ (A pour Automobiles et ‘ pour Electriques).

Si on pense que l’intelligence collective est l’antidote, force est de constater que ça n’a pas marché chez ces deux constructeurs malgré celle-ci. Comme toute bonne chose, l’intelligence collective comporte des travers qui sont révélés par différentes études : nous enfermer encore plus dans nos croyances collectives… sans nous en rendre compte, tomber dans les biais du conformisme. A ce titre, Maximilien est convaincu que nos PME et TPE sont plus agiles que les groupes pour déjouer ces travers. 

Revenir aux fondamentaux

Tout le monde convient des vertus de la destruction créatrice, pourtant on s’emploie plutôt à faire de la créativité… sans la Destruction préalable : il faut donc commencer par désapprendre de notre existant en se donnant le temps nécessaire. Cela permet de purger nos filtres de pensées, pour atteindre une réelle posture de nouvel entrant : l’innovation en est la conséquence naturelle.

Des rituels opérationnels sont proposés dans ce sens : ils visent à développer la curiosité individuelle partagée et à se mettre en errance dissidente par rapport au A.

Bien entendu ce n’est qu’une 1re étape préalable jusqu’à la 2e étape ultime suivante : les innovateurs sont ceux qui se donnent du temps pour revenir aux principes fondamentaux. Trop d’idées nous mènent dans un ragout d’idées. Il s’agit de revenir à un minimum de méga-idées qui se suffisent à elles seules. Au même titre, trop de projets d’innovation plongent le collectif dans une complexité endémique et négative en création de valeur (innovation wishing). Pire encore, cette complexité finit par désengager le collectif. 

Il faut donc passer d’un extrême à l’autre depuis :

  1. La désapprenance collective qui nous libère pour errer en dehors du statu quo et trouver, chemin faisant, des opportunités d’innovations B.
  2. Jusqu’à l’engagement pour rechercher le meilleur less is more et s’y tenir : faire moins de choses mieux permet d’obtenir plus de résultats et de redoubler d’agilité.

Le leadership de l’innovation nécessite de passer de l’Open Invention (extrémité 1) au Focus Innovation (extrémité 2). Voici deux questions clés qui se posent pour vous :

  • Comment s’y prendre avec le collectif de l’entreprise ?
  • À travers quel Parcours jusqu’à la création de valeur ultime ?

Vous vous dites peut-être que, votre collectif étant tellement chargé au quotidien, il ne sera pas possible de prendre le temps d’errance nécessaire à sa désapprenance ? Revenir au less is more en commençant par votre existant A vous permettra de le délivrer dans ce sens. Les études montrent que ces deux choses réunies redoubleront l’engagement de votre collectif.

Nos PME et TPE en ont le talent potentiel : il ne tient qu’à elles de revenir au less is more, pour peu qu’elles retrouvent leurs capacités entrepreneuriales. Voilà le message de Maximilien dans cet ouvrage paru aux Editions Mardaga.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *