Qu’est-ce qu’un héros ?

« Le nom d’Arnaud Beltrame est devenu celui de l’héroïsme français », a déclaré dans son allocution le président de la République. Un homme qui accepte de son plein gré d’affronter une mort quasi-certaine, voilà une grande source d’admiration, peut-être d’inspiration, mais aussi qui peut nous écraser : comment, dans notre quotidien nous sentir si peu que ce soit des héros face à un aussi grand sacrifice ?

Romain Rolland a dit : « Un héros, c’est celui qui fait ce qu’il peut. Les autres ne le font pas. » Si jamais j’avais été à la place du colonel de gendarmerie Beltrame, qu’aurais-je fait, aurais-je eu la même audace que lui ?

Probablement non, me dis-je, je me serais caché, j’aurais laissé la victime désignée de prime abord à son pauvre sort, j’aurais pensé à mes enfants… Et aussitôt de me trouver couard à nouveau d’invoquer mes enfants pour justifier mon comportement.

En vérité, c’est vrai pour moi, c’est vrai pour chacun d’entre nous, je ne sais pas comment je me serais comporté. « L’action, ce sont des hommes au milieu des circonstances. » a dit de Gaulle. Citation de militaire qui sait que, sous le feu, il y a de l’imprévisible et que chacun, en effet, fait ce qu’il peut.

Je co-anime le stage dans plusieurs régions du CJD, Le voyage héroïque et j’entends l’objection parfois de participants qui me disent : « je ne suis pas un héros. » J’ai coutume de répondre qu’un héros n’est pas un super-héros. Superman et consorts n’existent que dans la fiction, la toute-puissance n’est pas de ce monde sauf dans nos fantasmes. Arnaud Beltrame met la barre très haute. Mais que savons-nous de ses raisons ? Que savons-nous de ce qui s’est passé pour lui, quel chemin l’a amené à prendre les décisions qui l’ont amené à s’impliquer puis à tenter de désarmer son adversaire ? La veille ou le lendemain, aurait-il fait la même chose ? Ne serait-ce pas le dépouiller de toute humanité que d’en faire un héros d’acier inoxydable. Ce qui est inspirant, c’est de voir – ou d’imaginer – l’homme face à ses doutes, sur le fil de l’incertitude, c’est de savoir qu’il peut faillir, faiblir et peut-être renoncer : « Où serait le mérite si les héros n’avaient jamais peur ? » fait dire Alexandre Dumas à son personnage dans Tartarin de Tarascon.

C’est ainsi que l’héroïsme ne saurait se mesurer indépendamment du moment et de la situation. Jules Renard note dans son journal que « Il est plus difficile d’être un honnête homme huit jours qu’un héros un quart d’heure. » Signifiant ainsi qu’il y a des héros d’impulsion, peut-être inconscients et que ce n’est pas l’acte seul qui fait le véritable héroïsme mais la conscience véritable de celui-ci. Ainsi pouvons-nous conclure par une dernière citation, avec Albert Camus dans le Mythe de Sisyphe : « Si ce mythe est tragique, c’est que son héros est conscient. Où serait en effet sa peine si, à chaque pas, l’espoir de réussir le soutenait ? »

Laurent Quivogne – http://www.lqc.fr/

Partager cet article :

Laurent Quivogne

Il a travaillé 30 ans dans l’informatique, dont plus de 20 ans comme entrepreneur. Il accompagne aujourd'hui les organisations dans la capacité à dire, à entendre et à assumer les conflits.

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :