La crise, « c’est l’instant du choix »

Ivan Illitch – © Adrift Animal / CC BY-SA

Dans Le chômage créateur, Ivan Illich dénonçait en 1977 la suprématie mutilante du marché. Il exprime l’espoir que les deux tiers de l’humanité évitent encore l’âge industriel.

« On appelle aujourd’hui “crise” ce moment où médecins, diplomates, banquiers et ingénieurs sociaux de tous bords prennent la situation en main et où des libertés sont supprimées. Les nations, comme les malades, connaissent des crises. Le terme grec krisis, signifiant “choix, moment décisif”, a été repris par toutes les langues modernes pour signifier : “chauffeur, appuyez sur le champignon…” Le mot “crise” évoque aujourd’hui une menace sinistre, mais enrayable moyennant un surcoût d’argent, de main-d’œuvre ou d’organisation. La thérapeutique intensive pour les mourants, la prise en charge bureaucratique des victimes de discrimination et la fission nucléaire pour les dévorateurs d’énergie sont, sous ce rapport, des parades typiques.

Comprise ainsi, la crise est toujours bénéfique aux administrateurs et aux commissaires, comme aux récupérateurs qui se nourrissent des effets secondaires indésirables de la croissance d’hier : les éducateurs qui vivent de l’aliénation de la société, les médecins qui prospèrent parce que le travail et les loisirs ont détruit la santé, les politiciens qui s’engraissent de la distribution des fonds d’aide sociale, constitués précisément par ceux-là mêmes qui sont à présent assistés. La crise comprise comme une nécessité de se procurer plus d’essence ne se limite pas à confier au conducteur une puissance accrue, tout en resserrant d’un cran la ceinture de sécurité des passagers ; elle justifie également la dégradation de l’espace, du temps, et des ressources au bénéfice des véhicules motorisés et au détriment des gens qui veulent se servir de leurs jambes.

Mais le mot “crise” n’a pas forcément ce sens. Il n’implique pas nécessairement une ruée forcenée vers l’escalade de la gestion. Il peut au contraire signifier l’instant du choix, ce moment merveilleux où les gens deviennent brusquement conscients de la cage où ils se sont enfermés eux-mêmes, et de la possibilité de vivre autrement.

Et cela, c’est la crise à laquelle sont confrontés aujourd’hui les États-Unis, mais aussi le monde entier — c’est l’instant du choix. »


Ivan Illitch, Le chômage créateur, Seuil, 1977.

Partager cet article :

La rédaction

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :